Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Le courage des femmes et hommes politique de Martinique n'est pas leur point fort. A de rares exceptions, les difficultés des citoyens ne les intéressent que le temps des campagnes électorales. Ne leur demandez pas de vous parler de politique au sens noble du terme, ne leur demandez pas de projet de société. Élus, ils et elles gèrent l'argent public au mieux pour certains, dans leurs intérêts propres en embauchant enfants, concubins et concubines, amis et alliés, voyagent le plus possible entre la métropole et la colonie, pour les autres, plus nombreux. Qu'un Préfet décide depuis le début de la pandémie du Covid d'infantiliser, d'infliger des punitions à la population, de commettre un acte criminel en ouvrant notre pays à des dizaines de milliers de touristes, en pleine remontée de la contamination du Covid 19 en France, ces dames et ces messieurs se taisent. Quand vient le ministre des colonies, Sébastien Lecornu, pour passer son réveillon au soleil, le temps d'un voyage éclair, on trouve des élus pour l'accompagner dans une visite bidon à la Sécurité Sociale pour fuir les socio-professionnels. Exemple, la Sénatrice Catherine Conconne qui trouvera bien une citation de Césaire pour tenter de masquer son allégeance. Au temps des masques, « au carnaval des autres », c'est toute l'année. Tous ces mots pour saluer le courage de la représentante locale du Parti Socialiste Français, Beatrice Bellay, première Secrétaire fédérale du Parti Socialiste Français, qui dans un communiqué de presse dénonce le couvre-feu ou wèy - ou pa wèy, décidé par le Préfet Stanislas Cazelles, qui décidément semble prendre plaisir à humilier les Martiniquais.

La Fédération Socialiste de Martinique (FSM) indique qu’elle est solidaire des martiniquais, des commerçants, restaurateurs, traiteurs qui, une fois encore, sont pris au dépourvu dans l’application de mesures liberticides arrêtées de manière, plus que jamais, autoritaire et brutale par le Préfet de Martinique, Stanislas CAZELLES !

Comment comprendre ce couvre-feu infligé, à chacun d’entre nous, le 28 décembre pour une application le Jour de l’An, de 1h à 6h du matin ? Comment accepter que ce jour-là particulièrement - alors que tout nous avait été imposé depuis des mois pour soi-disant l’éviter - nous nous retrouvions à devoir soit annuler, soit précipiter, soit prolonger par obligation règlementaire, les « festivités », mesurées, que nous avions prévues avec nos proches ?

Quelle est cette vision de la société martiniquaise qui peut faire prendre au Préfet une décision de cette nature ?

Comment demander aux restaurateurs de se réorganiser si promptement lorsque des réservations ont été confirmées, des achats de denrées effectués, des recrutements faits, pour assurer, dans le respect des mesures sanitaires imposées, une soirée de détente apaisée à leurs convives ? La seule pour certains depuis longtemps !!

Comment demander aux familles de se séparer, à peine la cloche de minuit sonnée, pour répondre à des injonctions aberrantes du représentant de l’Etat ?

Comment comprendre cela quand, parallèlement, la Martinique est tout simplement submergée de touristes, venus précisément profiter des choix faits par l’Etat, d’ouvrir toutes les vannes et frontières de la Martinique, sans AUCUNE limitation !

Notre carnaval est également d’ores et déjà annulé ? Mais c’est pourtant à un véritable « vidé » incessant de touristes que nous assistons, tous les jours, depuis 3 semaines, à laéroport Aimé Césaire du Lamentin et sur les plages Martiniquaises notamment !!!

A quand un semblant de cohérence dans les mesures prises sur notre petite île de moins de 1200mk2 ? A quand un respect des habitants ? A quand ?

 

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Alfred Marie-Jeanne a pris contact avec le gouvernement cubain pour concrétiser l’arrivée en Martinique de médecins cubains, en renfort au Centre Hospitalier Universita

Le Premier ministre Édouard Philippe est venu devant la réprésentation nationale ce mardi 28 avril 2020, pour informer du plan de déconfinement pensé et imposé par le P

Selon les chiffres de l'Agence Régionale de Santé de Guyane, qui annonçait mardi 2.593 cas confirmés de Covid-19, 8 décès et 15 patients en réanimation, la situation sanitaire continue à se dégrade

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

En grève depuis une semaine, les lycéens en classe de 2BTS MHR Management en Hôtellerie-Restauration du Lycée Nord Caraïbe de Bellefontaine ne savent plus à quel saint se vouer, face au lourd silen

Le Galion retire de la vente, de facon immédiate, du sucre venu d'ailleurs pour cause de présence de corps étrangers métalliques. Le Martiniquais découvre à cette occasion que son sucre n’est pas s

Il n'avait échappé à personne aux Antilles ou dans les aut

Dans un récit autobiographique, Camille Kouchner brise un silence de 30 ans sur des viols commis sur son frère jumeau par leur beau père, Olivier Duhamel.

Pages

1 2 3 4 5 »