Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Le gouvernement a choisi d'envoyer l'armée en renfort face aux Réunionnais en gilets, qui ne sont pas que jaunes. La colère à la Réunion s'est habillée de toutes les couleurs. Comme à Paris les manifestations ont connu des moments de violence, mais dans ce département français où 40% de la population vie au dessous du seuil de pauvreté, la réponse de l'Etat est militaire. Les Réunionnais ne se sont pas laissés impressionnés, bien au contraire. Les barrages se sont multipliés et les manifestants encore plus déterminés, à obtenir des réponses concrètes. Ce mercredi, la ministre de l'Outremer a du se rendre sur les barrages pour tenter de discuter. Brigitte Girardin, contrairement à ses collègues du gouvernement, a fait preuve d'un peu plus de courage. Elle a promis des mesures contre la pauvreté qu'elle doit annoncer dans la soirée. A Paris les déclarations du Président de la République et de son gouvernement ont attisé la colère, à la Réunion des mesurettes ne devraient pas faire mieux. Même avec l'armée envoyée sur place, une vielle habitude coloniale. Un syndicaliste policier invité sur LCI ce mercredi a rappelé que les militaires, sauf les gendarmes ne sont pas formés au maintien de l'ordre.

Entendu à la télé sur LCI, ce mercredi 28 novembre 2018 : L'invité en plateau est Stanislas Gaudon, Secrétaire national du syndicat Alliance Police Nationale. Le sujet abordé est évidement le mouvement populaire des Gilets jaunes. Il est question de la sécurité sur les Champs Elysées lors de la manifestation samedi dernier, 17 novembre, et des violences qu'on a pu voir coté manifestants, celle des CRS n'est pas abordée, comme d'habitude...

 

Un journaliste demande au syndicaliste : Est ce qu'on ne pourrait pas faire appel à l'armée, comme pour la Réunion, ce serait une solution pour vous ?

Réponse du syndicaliste : Les forces armées ne sont pas formées à la sécurité publique. Seuls les policiers et les gendarmes y sont formés...

Le syndicaliste ajoute : il ne faut pas improviser, ça peut provoquer des blessés !

On le savait déjà que dans les colonies, le pouvoir politique  qu’il soit de Gauche ou de Droite, s'en fout des blessés ! Bernard Hayot le savait très bien quand il sollicitait la force en 2009, auprès d’Yves Jégo. 

Cet épisode est relaté dans le livre du secrétaire d'Etat de l'Outremer et par le Nouvel Observateur (17/01/2013) :

« Je me suis littéralement fait scalper, sur le thème « Jego n’assure pas la sécurité des patrons »

Il entend encore l’entrepreneur lui susurrer au téléphone, au plus fort du conflit : « De la fermeté, monsieur le ministre, de la fermeté… 

- Mais il va y avoir des morts !

- On s’en remettra, on en a vu d’autres… »

 

 
 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

On croyait terminés les mauvaises habitudes coloniales quand l'Etat décidait d'expédier les fonctionnaires gênants en poste dans la colonie, vers la Métropole.

« On nous aime, mais on ne nous respecte pas. » Ainsi parlait un pompier, Mickaël Cavely, représentant syndical de la CGTM le 16 février.

Après 76 jours de grève, les agents du Parc Naturel Régional ont enfin obtenu la signature d’un protocole de fin de conflit.

Pages

« 2 3 4 5 6 »

Articles récents

À l’occasion du 10èmeanniversaire de la mort d’Aimé Césaire et à l’initiative de la Collectivité Territoriale de Martinique, une exposition itinérante gratui

Figure de proue de l’élite intellectuelle afro-américaine, Ta-Nehisi Coates, né en 1975 à Baltimore (Maryland) est aussi un journaliste influent.

Suite à notre article paru hier 4 octobre 2018, la Direction du Centre Hospitalier et Universitaire de Martinique a c

Les Martiniquais connaissaient déjà l’état de délabrement du Centre Hospitalier Universitaire abandonné par l'Etat, mais en découvrant indignés les mots employés dans l

Pages

« < 2 3 4 5 6 »