Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Le gouvernement a choisi d'envoyer l'armée en renfort face aux Réunionnais en gilets, qui ne sont pas que jaunes. La colère à la Réunion s'est habillée de toutes les couleurs. Comme à Paris les manifestations ont connu des moments de violence, mais dans ce département français où 40% de la population vie au dessous du seuil de pauvreté, la réponse de l'Etat est militaire. Les Réunionnais ne se sont pas laissés impressionnés, bien au contraire. Les barrages se sont multipliés et les manifestants encore plus déterminés, à obtenir des réponses concrètes. Ce mercredi, la ministre de l'Outremer a du se rendre sur les barrages pour tenter de discuter. Brigitte Girardin, contrairement à ses collègues du gouvernement, a fait preuve d'un peu plus de courage. Elle a promis des mesures contre la pauvreté qu'elle doit annoncer dans la soirée. A Paris les déclarations du Président de la République et de son gouvernement ont attisé la colère, à la Réunion des mesurettes ne devraient pas faire mieux. Même avec l'armée envoyée sur place, une vielle habitude coloniale. Un syndicaliste policier invité sur LCI ce mercredi a rappelé que les militaires, sauf les gendarmes ne sont pas formés au maintien de l'ordre.

Entendu à la télé sur LCI, ce mercredi 28 novembre 2018 : L'invité en plateau est Stanislas Gaudon, Secrétaire national du syndicat Alliance Police Nationale. Le sujet abordé est évidement le mouvement populaire des Gilets jaunes. Il est question de la sécurité sur les Champs Elysées lors de la manifestation samedi dernier, 17 novembre, et des violences qu'on a pu voir coté manifestants, celle des CRS n'est pas abordée, comme d'habitude...

 

Un journaliste demande au syndicaliste : Est ce qu'on ne pourrait pas faire appel à l'armée, comme pour la Réunion, ce serait une solution pour vous ?

Réponse du syndicaliste : Les forces armées ne sont pas formées à la sécurité publique. Seuls les policiers et les gendarmes y sont formés...

Le syndicaliste ajoute : il ne faut pas improviser, ça peut provoquer des blessés !

On le savait déjà que dans les colonies, le pouvoir politique  qu’il soit de Gauche ou de Droite, s'en fout des blessés ! Bernard Hayot le savait très bien quand il sollicitait la force en 2009, auprès d’Yves Jégo. 

Cet épisode est relaté dans le livre du secrétaire d'Etat de l'Outremer et par le Nouvel Observateur (17/01/2013) :

« Je me suis littéralement fait scalper, sur le thème « Jego n’assure pas la sécurité des patrons »

Il entend encore l’entrepreneur lui susurrer au téléphone, au plus fort du conflit : « De la fermeté, monsieur le ministre, de la fermeté… 

- Mais il va y avoir des morts !

- On s’en remettra, on en a vu d’autres… »

 

 
 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

George Pau-Langevin, ministre des outre-mer, a déclaré pour voler au secours du Président de la République, qui n'a pas répondu à la lettre ouverte de Joelle Ursull : «

La Communauté des Caraïbes (CARICOM) ne veut pas « poursuivre la question des réparations sur la base d'une diplomatie de protestation », mais «sur la base d'une diplomatie de l'engagement», a décl

Le vice-président du pôle universitaire de Martinique, Jean-Emile Symphor, fait le point sur les résultats de la réunion qui s'est tenue le lundi 16 mars, au ministère

Pages

« 253 254 255 256 257 »

Articles récents