Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

La lettre de Josette Manin, présidente du Conseil Général de Martinique, adressée au Député Jean-Phlippe Nilor qui l’a rendue publique à l’occasion d’un rassemblement de son mouvement politique, provoque la colère des dirigeants du Conseil Régional. Ce courrier révèle les projets de discrimination anbafèy, déjà organisés pour favoriser lors de la mise en place de la CTM, les agents déjà dans la cour du roi à la Région. Ce sera au détriment de ceux du Département qui s'en enquiètent. Le journal télévisé de « Martinique 1ère » a eu l’audace d’aborder le sujet, ce qui lui vaut un rappel à l’ordre du directeur de cabinet de Serge Letchimy. On sent venir le moment où Jeff Lafontaine sera tenté d’écrire seulement deux mots à la presse : Au pied !

Au pied !

Qui a voulu dresser un chien, connaît cette interpellation adressée à son animal lors de l'apprentissage du marcher en laisse. Le corniaud ne doit jamais s’éloigner du pied de son maître. Bien dressé, il ne s’en éloignera pas, même sans lanière. Le dresseur canin aura prévenu le maître : « si vous le laissez marcher devant en décidant du rythme, de la direction et des arrêts, cela signifie que vous vous soumettez à sa volonté et donc que vous êtes hiérarchiquement inférieur. »

On pourra accorder aux dirigeants de la Région Martinique de ne pas être les seuls à rêver d’une presse aux ordres. Mais on ne peut s’empêcher de constater qu’ils prennent davantage leurs rêves pour la réalité ou pire, ignorent la réalité.

Parce que les médias aux ordres restent complètement allongés au pied du pouvoir, mais jusqu’à ce que celui-ci vacille. Les réseaux sociaux ont ouvert un couloir de liberté qui laisse passer les affaires judiciaires qui s’approchent de plus en plus de membres et proches du PPM, et le doute est en train de s’installer sur la crédibilité des femmes et hommes au pouvoir à la Région. Plus personne n’ose aujourd’hui parier avec assurance sur la victoire du PPM et de ses alliés de Droite, unis au sein de EPMN (Ensemble pour une Martinique Nouvelle). Ce n’est pas Chantal Maignan, la nouvelle convertie qui joue à la Morano locale sur les réseaux sociaux, qui ramènera la confiance.

Celle qui a adoré Nicolas Sarkozy avant de se prosterner devant Serge Lechimy n’a pas compris que sa nomination au titre de Madame Sargasse ne sert qu’à ba moun gaz, autant que les algues puantes. Le phénomène étant allergisant, on peut imaginer que le chef risque aussi de souffrir d’irritation.

Actuellement, tout vire au vinaigre pour le parti au pouvoir et la presse risque bien de prendre plaisir à s’approcher du couloir de liberté, d’y poser le bout d’un orteil, pour sentir le vent frais d’un matin de réveil citoyen.

La lettre envoyée au rédacteur en chef de Martinique 1ère, Alain Petit, même si elle rencontre un écho favorable dans les bureaux des chefs qui tremblent dès que le pouvoir s'énerve, parce qu'ils doivent rendre des comptes à la Métropole, même si comme d’habitude l’appel au garde à vous sera respecté, les tentatives de désobéissance risquent de se multiplier. Des journalistes, même minoritaires tenteront encore de faire leur travail d’information.

On ne nait pas serviteur pour oublier les bonnes manières.

La chaîne publique s’est toujours mise au service du pouvoir. De Droite pendant longtemps. Personne n’a oublié que dans cette station, Aimé Césaire a été interdit d’antenne pendant de longues années, avant que les mêmes qui l’ostracisaient ne se battent pour l’interviewer, l’accompagner, le couvrir de documentaires de magazines, de courbettes, après la victoire de François Mitterrand le 10 mai 1981.  

La Gauche est restée au pouvoir en France pendant les deux mandats de François Mitterrand, réélu en 1988. Le virage dans les médias, on le connaît, il était serré mais tout le monde avait appris à piloter. Mais quand en 1995 la Gauche ayant déçu ses électeurs, la Droite risquait de l’emporter, le vent changea. Jospin le candidat du Parti Socialiste ne partait pas favori, même si à Droite deux amis de trente ans du RPR, Jacques Chirac et Edouard Balladur s’affrontaient. De Paris arriva une journaliste Balladurienne (le temps que Chirac grimpe dans les sondages), chargée de la politique. La rédactrice en chef marquée à gauche avait déjà été affectée ailleurs.

En Martinique, en bon colonisé on se fait toujours plus serviteur pour plaire au maître de la Métropole. Exemple avec ce cas, que j’ai déjà eu l’occasion de citer :

Sur la chaîne publique RFO, un soir d’avril 1995, par une subtile manipulation, les téléspectateurs martiniquais ont été orientés sur le deuxième canal où était diffusé « La Marche du Siècle » avec comme invité le candidat RPR, Jacques Chirac.

La présentatrice du journal ayant annoncé le même soir, l’annulation de « La France en direct », émission prévue sur le premier canal avec comme invité…. le candidat PS,  Lionel Jospin.

Pendant que les téléspectateurs regardaient la « Marche du Siècle » dont l’heure avait (opportunément ?) été avancée, était diffusé sur le premier canal « La France en direct » avec le candidat socialiste à l’élection présidentielle, Lionel Jospin.

Le maire PPM de Fort-De-France, Aimé Césaire, président du comité de soutien de Lionel Jospin, a immédiatement adressé une lettre de protestation au Président du CSA (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel), Hervé Bourges.

Camille Darsières, alors Secrétaire Général du Parti et Député du Centre, en a fait de même. Au chef de la haute autorité de l’audiovisuel, il écrivait :  

« Je me permets d’attendre de vous les précisions que vous pourrez obtenir, n’ayant pas à me commettre avec des irresponsables ayant, par leur attitude, décliné leur allégeance.»

On connaît la suite : le candidat Jospin a réalisé son meilleur score en Martinique avec 53,89% des suffrages exprimés !

L’élégance d’Aimé Césaire et de Camille Darsières qui pouvaient êtres très fermes dans leurs écrits, n’est pas resté en héritage aux membres du PPM. Mais inutile de s’y attarder, les Martiniquais ont eu le temps de le constater depuis l’arrivée de la nouvelle équipe à la tête du Conseil Régional, où les injures du genre « chien habillé an moun» de Catherine Conconne et les doigts d’honneur de Camille Chauvet, décrivent la décadence.

Chantal Maignan et Camille Chauvet unis dans la bêtise

Le simple reportage de la chaîne publique a déchaîné les soldats de Serge Letchimy et ça va loin, très loin dans l’ignominie. Sur sa page Facebook, Camille Chauvet se lâche entre injures et xénophobie pour s'en prendre au présentateur du journal du soir de Martinique 1ère, Serge Bilè, qu’il va jusqu’à désigner « héritier de Goebbels » :

« Dans votre pays le Côte-d’Ivoire vous ne ferez jamais ça car vous savez ce qui se passerait. En Martinique votre pays d’accueil, votre pays de cœur vous vous comportez comme un héritier de Goebbels. »

 

La journaliste qui a signé le reportage, Dominique Legros, est accusée d'avoir commis un gros, «un énorme mensonge » :

 

L’appartenance à la Martinique de Serge Bilé est effacée d’un trait d’intolérance, digne des extrémistes du Front National et autres partis racistes et xénophobes qui sévissent en Europe.

Le journaliste est marié à une Martiniquaise, père de deux enfants martiniquais, il a choisi depuis plus de deux décennies de vivre dans ce pays et sa Cote d’Ivoire d’origine lui est envoyée à la figure, pour mieux l’insulter, l’écraser. Honte !

La pulsion de mort qui se dégage de ce torrent de haine présage de ce que peut être notre Martinique, dirigée par des élus capables de bafouer ainsi la liberté de la presse. Comment peut-on diriger une collectivité régionale au sein de la République française et tolérer ce déferlement d’insultes sur toutes personnes coupables de ne pas baisser la tête devant le Parti au pouvoir ?

Madanne Sargasse-Chantal Maignan lâche ses gaz toxiques en appelant ses amis Facebook a « allez dire à Bilé ce que vous pensez de son reportage et de sa présentation sur sa page facebook. » La groupie de Sarkozy et Letchimy publie même la charte de déontologie des journalistes, faute d'en avoir une de l’éthique en politique.

Le niveau zéro de la politique est atteint. Des sous entendus viennent renforcer l'appel lancé contre le journaliste « que je respectais jusque là malgré tout ce que j'entendais de ci, de là...»  

Au pied !

Sinon les crachats pleuvent sur les journalistes et les opposants, en attendant peut-être d'avoir le pouvoir suprême pour éliminer physiquement ?

Ces élus titulaires d’un dérisoire pouvoir octroyé par la France à ses danseuses, se croient tout permis et prennent les Martiniquais pour des imbéciles en essayant de faire croire qu’il n’y a aucun problème, « pani pwoblèm », comme nous aimons dire, entre Madame Manin et Serge Letchimy, en voulant nous faire avaler que l’amour est dans la savanne. Bèèèè !

Josette Manin savait qu’en envoyant sa lettre à Jean-Philippe Nilor, Député membre du parti d’opposition à la Région, et ceci à la veille de l’élection pour la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique), elle rendrait l’affaire publique. Une affaire qui a jeté le trouble au sein du personnel du Conseil Général qui se demande, avec raison, à quelle sauce il sera mangé.

Le personnel du Conseil Général n’ignore pas les gros salaires que perçoivent celles et ceux qui servent à attaquer la presse et les opposants où à imaginer des projets qui en fin de mandature restent encore projets.

Ils craignent que dans les miettes restantes, ils ne trouvent tous leur part. Dans ce pays de chômage, leur inquiétude est légitime, même si on peut imaginer les pressions, les menaces qui pèsent sur eux et sur leur Présidente.

Et même si, assis l’un à coté de l’autre Josette Manin et Serge Letchimy « clarifient », rien n’est claire dans cette affaire, sauf la manipulation sans cesse renouvelée de la presse, trop longtemps acceptée par certains journalistes qui conçoivent leur profession comme une oeuvre de communication au service des puissants.

Au pied !

Si le journaliste a affirmé que Serge Letchimy a déposé l'amendement, alors que c'était le gouvernement, il était simple d'adresser à la chaine un rectificatif. Veut-on nous faire croire avec cette lettre vèglaj que le Député Letchimy découvrait cette amendement, qu'il était contre ?  Vraiment c'est prendre l'électeur encore une fois pour un mouton.

Extrait de la séance de la Commissions des lois de l'Assemblée Nationale du Mardi 7 juillet 2015où est adopté l'amendement CL94 du Gouvernement :

Assemblée nationale ~ Compte rendu de réunion de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale

Cette conception qu’ont de nombreux responsables politiques de la presse est simplement insupportable. Elle ne peut souffrir d’aucun silence complice. Quel pays voulons-nous laisser à nos enfants, quelle idée de la liberté, de la démocratie ?

Au pied !

Dans cette histoire de dominant et dominé, le maître doit être pour son toutou le chef de meute. Le dresseur aura ajouté : « Pensez que dans une meute, le chef de meute sera toujours prioritaire pour manger. Il ne laissera manger les autres que quand lui s’en ira, le ventre bien rempli.»

Ces responsables politiques devraient ne pas oublier, à moins qu'il ne le voient pas, qu'en Martinique, trop de ventres sont vidés par le chômage, par la drogue, par la violence, par les embouteillages qui épuisent. Trop de ventres ne sont remplis que par le vent de promesses non tenues, pendant que le copinage permet de goinfrer un petit nombre de serviteurs arrogants et méprisants.

Au pied !

Le dresseur dira aussi au maître : Attention il y a des chiens qui aboient, il y a des chiens qui se taisent, il y a aussi des chiens qui n’acceptent aucun dressage et ceux-là peuvent mordre au moment où on s’y attend le moins.

Lisa David

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Notre article du 18 mars révélant la proximité étonnante, sinon inquiétante pour l’indépendance de la presse, constatée sur la page d’accueil du site de la Ville de For

Le Président du Conseil Régional, Serge Letchimy, aura du mal à calmer ses troupes, tellement il a accepté leurs excès depuis son él

Une visite sur le site de la Ville de Fort-de-France et une image insolite a attiré notre attention : Dans la rubrique « Partenaires » on trouve : L'Union Européenne, le Conseil Ré

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

David Douillet ancien député des Yvelines (Les Républicains), a oublié sous le tapis une partie « substantielle » de son patrimoine dans sa déclaration à la Haute A

L’île de La Réunion est placée en pré-alerte cyclonique par la préfecture depuis midi ce lundi, la menace du passage de Berguitta se précise.

A l'occasion d'une réunion jeudi (12 janvier 2018) avec des parlementaires sur le thème de l'immigration, le Président des Etats- Unis, Donald Trump, a tenu des propos

Après 76 jours de grève, les agents du Parc Naturel Régional ont enfin obtenu la signature d’un protocole de fin de conflit.

La Collectivité Territoriale de Martinique a décidé d’inaugurer le Pont du Prêcheur, ce jeudi 21 décembre, sans associer la municipalité à l’organisation de l’événement

Pages

1 2 3 4 5 »