Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Jamais élection en Martinique n’aura donné une image aussi dégradée de la politique. La course pour être absolument dans ce nouveau machin nommé CTM (Collectivité Territoriale de Martinique), autorise tous les reniements, toutes les bassesses et pour parlé local, c’est un sacré manjé-cochon. Ni Droite, ni Gauche, ni débat d’idées. Un seul objectif : remplir une liste pour aller prendre le pouvoir. Même quand le parti raciste, Front National de la haine annonce son implintation dans le pays, ils se taisent tous, tournés vers le machin. Qui s’étonnera de la perte de valeur qui conduit une partie de notre jeunesse vers la drogue, la violence, le rejet de toute autorité ? « La ronde des girouettes » de Térèz Léotin dit avec humour le désarroi que peuvent ressentir les électeurs, face à tant d’indécence.

Autrefois sur toutes les églises de France de Navarre et des colonies, les clochers étaient ornés d'une girouette qui, comme son nom l'indique, tournait selon le gré de la force du vent. Depuis quelque temps, les girouettes hélas, ne sont plus au sommet des églises. Est-ce pour pouvoir défendre la laïcité menacée ou peut-être l’imminence des élections de décembre, qui les a fait tournoyer tant qu'elles se sont retrouvées en bonne place dans certaines mairies ?

Ainsi, de Ducos au Diamant en passant par le Robert nos hommes politiques se sont transformés en girouettes qui tournoient, à faire pâlir de jalousie le phare de la Pointe des Nègres. Un coup ici un coup là bas. 

Mais après quoi courent-elles, donc, ces girouettes ? Voudraient-elles améliorer le pouvoir d'achat du contribuable, ou simplement transformer la vie de leurs concitoyens qui les ont portées à la tête de l'édilité ? Que nenni. Elles tournent, elles tournent pour danser la ronde des girouettes politiques.

Elles tournent à gauche, virent ensuite à droite, virevoltent au centre, rien que pour avoir un mandat, nécessaire à tous maux.

Tavernier cherche un strapontin partout, opportuniste comme les autres, il attrapera sa tott auprès de Marcelin.

Lorsqu'ils ne font pas comme Philippe Petit - lequel ramènera un tribun de son hexagone de référence, pour venir causer bon français aux électeurs qui n'auraient rien compris aux futures élections - nos hommes politiques, deviennent de piètres pantins. Peuvent-ils être sincères lorsqu'ils volent au secours de leur propre intérêt ?

Des zizitatas au Robert veulent changer de sponsors, mais refusent la course avec Maignan. Ils se bousculent auprès du patron Sergeot de la yole PPM, espérant leur dikanman d’équipier.

Au Diamant, la commune malade financièrement est mise sous tutelle. Qu'importe. Monsieur Eustache n'est pas aussi mêlé que cendre et farine sauraient l'être, puisqu'il lui reste L'élixir du bon père Serge et son cataplasme EPMN qui viendront reconnaissant, au secours de ses aigreurs en sachant l'intégrer sur une liste.

C'est ça la politique ? La politique palayi-palaya. Voilà donc en marche le mouvement des Palayistes !Sé Palayiss la ka kouri la yo konprann diri a ka gonflé.

Ils ne défendent pas des idées, mais plutôt une certaine idée de la politique intéressée.

RÉJOUISSANT ou ÉCŒURANT ? À vous de voir.

 

Térèz Léotin

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

La table ronde organisée hier mercredi 24 février à l’ancien Conseil Régional de Martinique a  commencé dans une ambiance tendue, les pompiers et personnels administrat

Pendant des années les Martiniquais pouvaient voir partout sur les routes des panneaux payés avec l’argent public, indiquant « La Martinique avance. » Installés par le

Dans un climat d’agressivité volontairement instauré par certains syndicalistes, le mouvement de grève s’est poursuivi ce lundi dans

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

L’affaire se murmure dans les couloirs de la CTM, mais personne n’ose affronter le vent mauvais qui souffle depuis de longs mois dans la collectivité.

Cette obsession du drapeau français sous lequel nous cherchons désespérément une place, ne produit pas toujours le meilleur.

L’assemblée Générale du MIM (Mouvement Indépendantiste Martiniquais) est une fois de plus reportée.  Présidé par Alfred Marie-Jeanne qui élimine sans crier gare toutes

La Confédération générale du Travail de Martinique (CGTM)  a déposé un préavis de grève de 24 heures reconductible qui débutera le 5 février 2019.

La lettre du Président de la République adressée aux Français est rendue publique.

Pages

1 2 3 4 5 »