Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

« La Martinique avance » : qui ne l’a pas lu ? Bloqués par les embouteillages sur les routes de Martinique, les automobilistes sont condamnés à les voir. Plantés là comme une provocation, pendant qu’on fait du sur place. Brandis à notre face comme une mauvaise blague. Sur la portion appelée autoroute, les panneaux menteurs sont voisins des radars. L’un nourrit l’autre :  

En ralentissant, on évite le PV et on peut lire que « La Martinique  avance » tout en jetant un œil sur la voiture de la marque Renault élevée au niveau de la route… et du radar.

En dépassant les 70km/h, vous aurez le PV qui ira remplir aussi les caisses de la Région et du Département.

Une partie du produit des amendes de police relevées par les radars automatiques est versée aux départements et aux régions d’outre-mer en fonction de la longueur de voirie appartenant à chaque bénéficiaire.

Ces panneaux énervent quand, pris dans les ralentissements quotidiens, on fait et refait les comptes du mois qui sera encore difficile, avec une facture d’essence qui augmente avec les embouteillages.

« La Martinique avance » énerve tellement que des tags ont envahis ces panneaux mal venus. Des mécontents y ont inscrit un nombre de chômeurs ou l’ont transformé en « La Martinique recule. »

Le Président de Région, Serge Letchimy, a décidé de porter plainte pour ces dégradations de « panneaux de chantier » et a soupçonné l’opposition en parlant de violence politique.

En ouverture de séance de la plénière de ce 13 novembre, Vincent Duville, conseiller régional du Groupe des élus régionaux Patriotes Martiniquais et sympathisants, a rappelé quelques règles en matière de panneaux de chantier.

Protestation des Patriotes Martiniquais et sympathisants

(Texte lu en début de la séance plénière publique du Conseil Régional de Martinique)

 

Monsieur le Président, chers collègues,

Une fois n'est pas coutume, mais nous pensons que les faits sont suffisamment graves pour que nous portions un démenti formel à vos dires.

Il s'agit de l'affaire des panneaux publicitaires « tagués »le long des routes de Martinique.

En fait vous dites panneaux de chantier, j'ose espérer que l'urbaniste que vous êtes sait faire la différence entre un panneau de chantier, qui doit porter un certains nombre d'informations obligatoires et un panneau publicitaire qui peut même être tout blanc.

Nous constatons que les panneaux en question ne comportent aucune des informations obligatoires que doit comporter un panneau de chantier : nature des travaux, maitre d'ouvrage, maitre d'oeuvre, montant des travaux, entreprises attributaires, durée du chantier, date de début, date de fin des travaux, informations sur les financeurs, personne à informer en cas d'accident et j'en passe...

Nous en concluons qu'il ne s'agit donc pas de panneaux de chantier. Qui plus est, ils ne sont même pas placés à côté des panneaux de chantier, les vrais, que les entreprises attributaires doivent apposer avant le démarrage du chantier.

Par contre les panneaux publicitaires obéissent à d'autres règles. On ne peut en mettre n'importe où, ni dans n'importe quelle condition. Ils ne doivent en aucun cas constituer un danger pour les usagers de la route. Leur fixation nous semble bien sommaire. Vu le prix on peut exiger mieux !

Vous avez laissé entendre qu'il s'agirait de l'oeuvre de l'opposition qui pour masquer son désarroi introduirait la Violence politique. Contre ce propos là aussi, nous élevons une vive protestation. Les patriotes et sympathisants ne sont pas porteurs de violence, ils ont accédé aux responsabilités en développant la ligne IEMO et en parlant le langage de la vérité c'est pourquoi leur aura continue à rayonner, une fois les illusions évanouies... La Martinique et les Martiniquais connaissent les employeurs de Gros Bras !!! Ceux qui cassent les réunions privées, ceux qui tirent des coups de feux pendant les meetings et que la justice ne recherche même pas ! Ils ne sont ni patriotes ni sympathisants patriotes !

Vous avez annoncé un montant de réparation qui nous interpelle 100 000€ ! La Martinique entière aimerait connaître l'heureux titulaire de ce marché juteux, 100 000€ pour détaguer les panneaux, à ce prix tous les pompiers pourraient être pyromanes !

Enfin 100 000€ de pub aux frais du contribuable martiniquais cela aussi nous interpelle et dores et déjà nous protestons énergiquement contre ce détournement de fonds publics au profit de votre seule majorité, moins d'un an avant le renouvellement. La commission nationale des comptes de campagne saura apprécier !

En tout cas en ce qui nous concerne, nous ferons tout pour faire retirer ces panneaux publicitaires, payés par des fonds régionaux, au seul profit de la majorité.

De surcroit, vous nous avez traités « d'indicateurs du SRPJ ».

Je vous rappelle que nous sommes des élus qui faisons notre travail d'opposants et nous l'avons déjà dit, nous porterons plainte pour « faux en écritures publiques. »

Je vous remercie.

 Le 13 novembre 2014

 Vincent DUVILLE

Groupe des élus régionaux Patriotes Martiniquais et sympathisants

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Après les récents débats à l'Assemblée Nationale (19 février, 

La photo en étonnera plus d'un, mais c'est la preuve que toutes les manoeuvres pour empêcher la présidente de l'Université des Antilles de rencontrer le Président de la République, François Holland

Après sa victoire aux municipales de mars 2014, Pierre Samot a assommé les habitants de la ville du Lamentin d’une importante hausse d'impôts.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Pour son 75ème anniversaire, l’Union des Femmes de Martinique a invité Angela Davis. Une initiative qui a eu un immense succès.

Pour le mouvement politique Péyi-a, « désormais l'égalité, ce n'est plus d'élever les retrait

Pourquoi ces associations d’entreprises demandent seulement aux activistes d’être raisonnables ?

Les responsables de l'empoisonnement au chlordécone des populations de Martinique ne peuvent plus vendre tranquillement.

Pour le CNCP (Comité National des Comités Populaires), le Président démissionnaire du Chili, Évo Morales a été chassé du pouvoir, victime de la stratégie des classes dominantes prédatrices.

Pages

1 2 3 4 5 »