Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Il ne fait aucun doute que la grève déclenchée à la CTM n’a qu’un but, celui de tenter de déstabiliser l’équipe en place, que la population martiniquaise a choisi par son vote. Qui va croire que des syndicats qu'on n'a pas entendus pendant la mandature de Serge Letchimy, alors que les problèmes qu’ils évoquent aujourd’hui existaient déjà, n’ont pas un autre objectif ?  Alors que la période des examens approche, pourquoi ces syndicats qui ont bloqué les centres administratifs de la CTM ont eu besoin d’aller bloquer des collèges et lycées ?  Est-ce Alfred Marie-Jeanne qui a besoin de réussir à ses examens pour espérer travailler demain ?  La mise a mort du syndicalisme est en marche, quand il est utilisé pour des règlements de comptes obscures. Le président de l’exécutif de la CTM réagit dans un communiqué, il appelle au déblocage des collèges et lycées.

Il suffisait de faire un tour hier sur les réseaux sociaux, pour constater le déferlement de joie et de bêtise des membres, salariés ou partisans de l’ancienne majorité.  Pour mesurer la haine qui est alimentée contre l’équipe qui est pourtant en place, après avoir gagné les élections démocratiquement en décembre 2105. 

Le plus inquiétant reste le post qui a fait le buzz sur Facebook, celui d’un pourtant jeune homme, David Dlys, qui faisait partie du service communication du Président de l’ex-Région.  Répondant à un commentaire d’un de ses amis, il écrit :

 « Je fais partie d’une milice politique qui cible la majorité en place actuellement. »

Après les élections perdues par son  mentor, le jeune homme a monté sa propre entreprise de communication et on peut croire qu’il connaît le sens et la force des mots. Donc il y a bien une milice chargée de déstabiliser les élus de la majorité.

Quant à l'ancienne vice-présidente de la Région, Catherine Conconne, que David Dlys est chargé de coacher, pour la conduire à la tête de la colléctivité dans 6 ans, elle ne cache pas son plaisir, tout en provocation.

Celle qu'on a connu insultant, injuriant, méprisant l'opposition sur les bancs de l'ex-Région, n'ayant en 6 ans exprimé publiquement son affection que pour celui qui a tué, et été tué lors de fusillage dans la discothèque « Paparazzi » en décembre 2015, sème des coeurs aujourd'hui sur Facebook pour celles et ceux qui ont été employés en CDD et en masse, par Serge Letchimy et pour qui les syndicalistes sont prêts à bloquer le pays. On est ému de tant d'amour qui jaillit brusquement !

Faut-il s’étonner que le jour même ou démarre le mouvement de grève illimité à la CTM, apparaisse en Une du quotidien local « France-Antilles », une lettre haineuse de Serge Letchimy adressée à Alfred Marie-Jeanne, le Président de l’exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique , pour contester le déficit annoncé lors de l'examen des compte des deux anciennes collectivités, en mars dernier ?

Heureusement que nous avons été colonisé par un pays, la France, dont le système démocratique évite les pires dérives.  On peut imaginer que dans un autre système, pendant cette grève très politique, les coutelas seraient sortis et la chasse aux vainqueurs de décembre, ouverte. 

Lisa David

 

Le communiqué du Président de l'exécutif de la CTM

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Alfred Marie-Jeanne avait demandé aux organisations syndicales qui ont appelé à la grève, de débloquer les lycées et collèges avant toute négociation.

Lundi il y aura 6 jours que la grève est commencée à la CTM et le climat de haine politique qui y règne, peut légitimement inquiéter.

Alfred Marie-Jeanne, le président de la Collectivité Territoriale de Martinique et son premier vice-président Daniel Marie-Sainte, ont rencontré ce jeudi une délégation de l’intersyndicale des chef

Pages

« 2 3 4 5 6 »

Articles récents

Un message a circulé d’abord sur WhatsApp, avant de s’échanger sur Facebook.

La séance plénière de la Collectivité Territoriale de Martinique de ce mois de février, quelques  jours avant le Carnaval, a été l’occasion d’un échange troublant

La grève des enseignants en Martinique qui dure depuis plus de deux mois, inquiète légitiment les parents qui pensent à la scolarité de leurs enfants.

On sétonnait de ne pas le voir lors de certains évènements au pays, le Député Jean-Philippe Nilor rassure.

Depuis quelques jours circulent sur les réseaux sociaux les photos de la cuisine de l’IMFPA (Institut Martiniquais de Formation Professionnelle pour Adultes), organisme territorial de forma

Pages

« < 2 3 4 5 6 »