Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Le mouvement « Nuit debout » commencé sur la Place de la République à Paris, à l’issue des manifestations contre la Loi travail El Khomri du 31 mars, s’étend dans toute la France. Les jeunes ne veulent plus regarder en silence les décisions politiques qui leur promettent un avenir de semi-esclaves du monde de la finance. Ils l’avaient dit dès le premier jour, « Ce soir, on ne rentre pas chez nous. » Un mois plus tard ils sont toujours là. Ce rassemblement pourtant pacifique est percu comme une menace pour le gouvernement qui, faute de leur apporter des réponses d’espoir, laisse le sale boulot à la police avec tous les risques de dérapages qu’on voit déjà. Entre les voyous masqués, sans qu’on sache d’où ils viennent et la police qui frappe sans distinction, le choix du gouvernement qui a déjà prolongé deux fois l’état d’urgence, est de restreindre encore les libertés, comme en témoigne le communiqué de la Préfecture de Police de Paris.

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le « Canard Enchaîné » révèle que sous les mots déguisés en colère, du chef du patronat français Pierre Gattaz, se cache un cri de joie.

« On nous aime, mais on ne nous respecte pas. » Ainsi parlait un pompier, Mickaël Cavely, représentant syndical de la CGTM le 16 février.

Lundi il y aura 6 jours que la grève est commencée à la CTM et le climat de haine politique qui y règne, peut légitimement inquiéter.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Dans un récit autobiographique, Camille Kouchner brise un silence de 30 ans sur des viols commis sur son frère jumeau par leur beau père, Olivier Duhamel.

Le courage des femmes et hommes politique de Martinique n'est pas leur point fort. A de rares exceptions, les difficultés des citoyens ne les intéressent que le temps des campagnes électorales.

La Poste distribue des masques p

Pages

1 2 3 4 5 »