Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Le Ministre de l'Éducation de Sainte-Lucie,  Docteur Robert Lewis,  a nié que son pays soit sous la pression du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), d'abandonner les châtiments corporels dans les écoles. Néanmoins R. Lewis a estimé que la décision de l'organisation de créer des « Ecoles amies des enfants» dans la Caraïbe et la demande mise en place d'alternatives à la fessée était « une demande légitime. »

«Je tiens à préciser que je suis enseignant depuis vingt-deux ans et je n'ai jamais adhéré à l'idée de châtiments corporels», a déclaré le ministre de l'Éducation, ajoutant qu'il n'était pas «particulièrement un adepte des châtiments corporels. »

Il a noté que dans certains cas, des châtiments corporels administré avec colère, relèvent de maltraitance à l’enfant.

Lewis a révélé que le ministère de l'Education se penche sur la question, mais a souligné que le ministère seul ne peut pas prendre une décision, il doit le faire en consultation avec d'autres partenaires comme le Lucia Teachers Union Saint (SLTU), le National Principals Association(NPA) et les parents d’élèves.

"Ce débat est en cours parce que nous ne pouvons prendre une décision sans consultation», a déclaré le ministre.

Pour lui,  il sera difficile d'obtenir des gens d’ «investir» dans l'idée de l'abolition des châtiments corporels,  car il fait partie du système de l'éducation depuis si longtemps.

Avec le soutien de l'UNICEF et des ministères de l'Éducation, les différents pays de la Caraïbe ont commencé à appliquer le concept des «Ecoles amies des enfants», où enfants et adolescents apprennent le développent des connaissances, les compétences et les aptitudes à la vie, dans un environnement sain, sécuritaire, un environnement de protection et de respect.

L'initiative, en cours depuis 2007, est centrée sur la mise en place de solutions de rechange à la pratique des châtiments corporels.

L'article 50 de la Loi sur l'éducation (1999) interdit «les châtiments dégradants ou préjudiciable», mais permet les châtiments corporels « où aucune autre sanction n’est jugée appropriée ou efficace ».

Le mois dernier, le représentant de l'UNICEF Caraïbes Khin-Sandi Lwin a déclaré à Sainte-Lucie, que les châtiments corporels entrainent les enfants sur la voie d'une plus grande violence.

L'UNICEF estime qu’il est temps d’interdire légalement toutes les formes de violence contre les enfants,  que pays doivent interdire explicitement la pratique et aussi éliminer les dispositions qui permettent son utilisation.

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Au Surinam, le commissaire de police Humphrey Tjin a ordonné une enquête à la suite d’articles de médias,  affirmant que des homosexuels prostituées ont été agressés pa

Un incendie soupçonné d'être d'origine criminelle, a  détruit mercredi soir un bâtiment abritant des équipements importants de communication de l'aviation civile, à l'aéroport international Charles

La chanteuse guadeloupéenne, Joëlle Ursull, a adressé une lettre ouverte au Président de la République, François Hollande, pour s'indigner de ses propos tenus, le 27 ja

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Le 19 mars dans un communiqué sur l’épidémie du Covid-19 en Martinique, le mouvement politique Péyi-a appelait le Préfet et l’Agence Régionale de Santé (ARS)  « à renfo

« Des médecins cubains pour lutter contre la pénurie de professionnels en Martinique. » annonçait la presse début juin 2019.  Près d’un an plus tard, les médecins du Ce

Au moment où la Martinique semble être le lieu que le gouvernement a choisi pour accueillir tous les malades du Covid-19, contaminés sur les navires de croisière qui pa

Pages

1 2 3 4 5 »