Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Caraïbes

« Nous ne sommes pas des jeunes qui attendent que les élus fassent des choses pour nous ». Applaudissements des habitants présents sous un préau, installé sur le terrain de football du quartier. Invitée, la maire Jenny Dulys, confirmera cette affirmation un instant plus tard.

Celui qui parle ainsi est le président de l’association des habitants de la « Cité La Falaise » du Morne Rouge, qui fête ses 50 ans. Gilles Jean-Baptiste a de quoi être fier de la cité où il a grandi. Depuis des années, même si ils sont partis faire leur vie ailleurs et pour certains hors du pays, ils reviennent pour une fête de l’amitié, une occasion de maintenir la chaîne de solidarité, de renforcer encore le lien social.

L’histoire du terrain de football est à l’image des habitants ce cette cité, située non loin du bourg de la commune. C’était un terrain vague, un transporteur du quartier y garait son camion. Quand il partait les jeunes y jouaient au football. Mais chaque fois qu’il pleuvait le camion y laissait des travées qu’il fallait combler. Ça les énervait les jeunes. Alors ils sont allés voir le voisin transporteur et lui ont demandé si il lui était possible de porter de la terre pour qu’ils aient enfin un terrain aplani. C’est ainsi que tout naturellement les jeunes, aidé du voisin ont aménagé cet espace de jeu sur lequel, plus de 30 ans plus tard, sont installés ce dimanche, les abris qui accueillent plusieurs générations d’habitants de la Cité.

                                                          

Les plus jeunes courent et jouent au ballon sur l’espace laissé libre pendant que leurs parents reçoivent les plus âgés, l’ambiance est familiale. Devant les panneaux où s’exposent des photos de précédentes rencontres, les réflexions des uns et des autres sur les rides ou les kilos pris, provoquent des rires.

                                                           

Madame Varu, une habitante  parmi les premières occupantes de la Cité et qui y habite encore témoigne : « J’arrivais de la campagne, je n’avais pas l’habitude de vivre ainsi. Chez mes parents j’étais entourée d’arbres à pain, de manguiers, de toutes sortes d’arbres. Je pensais que ma vie allait être difficile ici, mais je me suis adaptée parce que j’ai rencontré des voisins formidables, une famille. Je partais le matin et je ne revenais que le soir. Petit à petit j’ai appris à connaître tour le monde.» Elle cite quelques noms de cette grande famille : « Mme Brithmer a été comme une mère pour moi et aussi pour tous mes enfants. » Emue, elle ajoute « je n’ai rien d’autre à dire, j’ai été heureuse de vivre avec tous ces gens autour de moi ».

                                                            

Plusieurs témoignages suivent, tous décrivent une histoire de convivialité, de respect, de partage, de solidarité. Quand vers onze heures, toute la grande famille est invitée à sortir des abris, c’est pour découvrir La surprise. Sous un bout de tissus en madras accroché à l’entrée du terrain, Madame le Maire, Jenny Dulys dévoile le nom que portera  désormais le terrain. Ce sera l’Espace Gérard Elise.

                                                             

   

Un cadeau, un hommage pour un voisin. La grande famille l’a voulu à l’unanimité, le maire et son conseil municipal ont accepté. Autant que ce bon vent frais qui souffle sur le Morne Rouge, l’émotion et la joie de Gérard Elise ont rafraichi tous ses amis. C’est que la vie n’a pas toujours été aussi joyeuse pour cet homme qui s’est battu pendant des années avec sa foi et l’espoir que son enfant gravement malade, guérisse.

                                                               

Au cours de la journée, à observer toutes ces personnes qui se rencontrent ou se retrouvent, on peut constater que dans cette cité, le bonheur de vivre ensemble est encore là. Les appareils photos et caméras des plus jeunes immortalisent tous les instants de la journée. Ils prennent le relais qu’ils passeront plus tard à leurs enfants.                                                 

                                                                 

Patricia qui fait partie des organisateurs regarde l’heure. Il faut passer à table. Ses amis l’ont surnommée « Merkel », parce qu’elle prévoit, organise, contrôle, sans se défaire de son calme légendaire.

                                                                   

   

                                                                   

   

                                                                   

                                                                   

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          L’histoire ne dit pas si ce petit coin du Morne Rouge sera un jour rebaptisé Cité du bonheur, mais on sait qu’avec la force de ses solidarités sans cesse entretenues, la Falaise peut soulever les montagnes.

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Pour cette année 2014, sa majesté Vaval s’est mise dans la peau du moustique Aedes aegypti,  vecteur de la dengue et du chikungunya qui se répand depuis quelques semaines dans le

Serge Ménil qui n'est pas connu pour être un syndicaliste excessif dans ses propos, dit aujourd'hui les quatre vérités concernant ces fonctionnaires qui sont envoyés, tels des éléphants malades, mo

Gorgetown, Guyana, 10 Avril -  Le Secrétaire général de la Communauté des Caraïbes (CARICOM ) , Irwin LaRocque , a regretté la disparition du professeur Norman Girvan, décédé mer

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Déjà plus de 40 jours que les salariés du "Carrefour Market" du François sont en grève pour faire respecter leurs droits et obtenir une augmentation de salaire, pour am

Élections ou pas les brigades financières continuent à fouiller dans les magouilles politiques qui pourrissent le pays…

La Martinique va bientôt accueillir pour la première fois de son histoire une femme, au poste de Procureur de la République.

C’était Samedi 25 avril à Fort-de-France, le rassemblement condu

En grève depuis une semaine, les lycéens en classe de 2BTS MHR Management en Hôtellerie-Restauration du Lycée Nord Caraïbe de Bellefontaine ne savent plus à quel saint se vouer, face au lourd silen

Pages

1 2 3 4 5 »