Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Caraïbes

« Nous ne sommes pas des jeunes qui attendent que les élus fassent des choses pour nous ». Applaudissements des habitants présents sous un préau, installé sur le terrain de football du quartier. Invitée, la maire Jenny Dulys, confirmera cette affirmation un instant plus tard.

Celui qui parle ainsi est le président de l’association des habitants de la « Cité La Falaise » du Morne Rouge, qui fête ses 50 ans. Gilles Jean-Baptiste a de quoi être fier de la cité où il a grandi. Depuis des années, même si ils sont partis faire leur vie ailleurs et pour certains hors du pays, ils reviennent pour une fête de l’amitié, une occasion de maintenir la chaîne de solidarité, de renforcer encore le lien social.

L’histoire du terrain de football est à l’image des habitants ce cette cité, située non loin du bourg de la commune. C’était un terrain vague, un transporteur du quartier y garait son camion. Quand il partait les jeunes y jouaient au football. Mais chaque fois qu’il pleuvait le camion y laissait des travées qu’il fallait combler. Ça les énervait les jeunes. Alors ils sont allés voir le voisin transporteur et lui ont demandé si il lui était possible de porter de la terre pour qu’ils aient enfin un terrain aplani. C’est ainsi que tout naturellement les jeunes, aidé du voisin ont aménagé cet espace de jeu sur lequel, plus de 30 ans plus tard, sont installés ce dimanche, les abris qui accueillent plusieurs générations d’habitants de la Cité.

                                                          

Les plus jeunes courent et jouent au ballon sur l’espace laissé libre pendant que leurs parents reçoivent les plus âgés, l’ambiance est familiale. Devant les panneaux où s’exposent des photos de précédentes rencontres, les réflexions des uns et des autres sur les rides ou les kilos pris, provoquent des rires.

                                                           

Madame Varu, une habitante  parmi les premières occupantes de la Cité et qui y habite encore témoigne : « J’arrivais de la campagne, je n’avais pas l’habitude de vivre ainsi. Chez mes parents j’étais entourée d’arbres à pain, de manguiers, de toutes sortes d’arbres. Je pensais que ma vie allait être difficile ici, mais je me suis adaptée parce que j’ai rencontré des voisins formidables, une famille. Je partais le matin et je ne revenais que le soir. Petit à petit j’ai appris à connaître tour le monde.» Elle cite quelques noms de cette grande famille : « Mme Brithmer a été comme une mère pour moi et aussi pour tous mes enfants. » Emue, elle ajoute « je n’ai rien d’autre à dire, j’ai été heureuse de vivre avec tous ces gens autour de moi ».

                                                            

Plusieurs témoignages suivent, tous décrivent une histoire de convivialité, de respect, de partage, de solidarité. Quand vers onze heures, toute la grande famille est invitée à sortir des abris, c’est pour découvrir La surprise. Sous un bout de tissus en madras accroché à l’entrée du terrain, Madame le Maire, Jenny Dulys dévoile le nom que portera  désormais le terrain. Ce sera l’Espace Gérard Elise.

                                                             

   

Un cadeau, un hommage pour un voisin. La grande famille l’a voulu à l’unanimité, le maire et son conseil municipal ont accepté. Autant que ce bon vent frais qui souffle sur le Morne Rouge, l’émotion et la joie de Gérard Elise ont rafraichi tous ses amis. C’est que la vie n’a pas toujours été aussi joyeuse pour cet homme qui s’est battu pendant des années avec sa foi et l’espoir que son enfant gravement malade, guérisse.

                                                               

Au cours de la journée, à observer toutes ces personnes qui se rencontrent ou se retrouvent, on peut constater que dans cette cité, le bonheur de vivre ensemble est encore là. Les appareils photos et caméras des plus jeunes immortalisent tous les instants de la journée. Ils prennent le relais qu’ils passeront plus tard à leurs enfants.                                                 

                                                                 

Patricia qui fait partie des organisateurs regarde l’heure. Il faut passer à table. Ses amis l’ont surnommée « Merkel », parce qu’elle prévoit, organise, contrôle, sans se défaire de son calme légendaire.

                                                                   

   

                                                                   

   

                                                                   

                                                                   

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          L’histoire ne dit pas si ce petit coin du Morne Rouge sera un jour rebaptisé Cité du bonheur, mais on sait qu’avec la force de ses solidarités sans cesse entretenues, la Falaise peut soulever les montagnes.

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Farah Marlin et Yrose Pressoir, une mère et sa fille, ont été arrêtées mercredi par les policiers de l’unité chargée de la protection de l'enfance en Haïti.

Dans la tempête qu’elle traverse la tête haute, sans flancher, Corinne Mencé-Caster, la Présidente de l’Université,  peut compter sur la solidarité des étudiants, mais aussi de p

Une femme martiniquaise, Corinne Mencé-Caster,  compétente, respectée, admirée de celles et ceux pour qui elle travaille honnêtement, les étudiants, est attaquée pour son courage

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

L’affaire se murmure dans les couloirs de la CTM, mais personne n’ose affronter le vent mauvais qui souffle depuis de longs mois dans la collectivité.

Cette obsession du drapeau français sous lequel nous cherchons désespérément une place, ne produit pas toujours le meilleur.

L’assemblée Générale du MIM (Mouvement Indépendantiste Martiniquais) est une fois de plus reportée.  Présidé par Alfred Marie-Jeanne qui élimine sans crier gare toutes

La Confédération générale du Travail de Martinique (CGTM)  a déposé un préavis de grève de 24 heures reconductible qui débutera le 5 février 2019.

La lettre du Président de la République adressée aux Français est rendue publique.

Pages

1 2 3 4 5 »