Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

La première séance plénière de la Collectivité Territoriale de Martinique s’est tenue à l’ancienne Région à la rue Gaston Deferre ce mardi 5 janvier, dans une ambiance à faire pâlir d’envie n’importe quel bouddhiste. Il est certain qu’un maître comme le Dalaï-Lama, fort de son expérience, ne s’y laisserait pas prendre, sachant que le calme et la sagesse ne s’acquièrent qu’au bout d’un long enseignement. Mais pour les Martiniquais qui ont assisté ou vu à la télé pendant les cinq dernières années, les agitées séances plénières du Conseil Régional où la politique prenait son pire visage avec des menaces, des insultes, des micros coupés à l’opposition, la surprise est de taille.

Les élus de la Collectivité Territoriale de Martinique s’étaient déjà réunis après l’élection du 13 décembre qui a vu la victoire du groupe « Gran Sanblé Pou Ba Péyi-a an Chans ». Lors de la réunion d’installation de la CTM le 18 décembre dernier, ne tenant pas compte de sa cinglante défaite, le groupe « Ensemble Pour une Martinique Nouvelle » conduit par Jean-Claude Duverger (PPM), s’était fait remarquer par son habituelle agressivité, son inutile arrogance. La charge de Fred Lordinot contre les vainqueurs a choqué jusque dans les rangs de son parti.

Quelques vérités ont été dites à Trénelle et en dehors, par les militants qui ont désigné les responsables de la raclée du 13 décembre. L’ambiance au siège du Parti Progressiste Martiniquais ressemble à celle qu’on a connu au défunt Conseil Régional, pas du tout zen. Il se trouve même des voix pour contester le leadership de Serge Letchimy qui n’a pas su remporter une nouvelle victoire.

Dans ce contexte, la prudence est de mise et les bonnes manières en publique ont été recommandées. Dans cette nouvelle assemblée où sont arrivés de nouvelles et jeunes élues et aussi des hommes nouveaux, avec ce climat apaisé et respectueux qu’ont instauré dès le départ les présidents Claude Lise et Alfred Marie-Jeanne, on sentait bien certains dans l’opposition, mal à l’aise.

La position des corps, les visages fermés sur les bancs de l’opposition ont fait sourire et jaser, pas seulement dans le public où là aussi des voix ne se sont pas élevées - sauf  un gros murmure de réprobation quand le président de l’Assemblé, Claude Lise, a cité le nom de Catherine Conconne comme membre titulaire de la commission du jury de Concours.

L’élue du Groupe pour une Martinique Nouvelle est restée silencieuse même si encore boudeuse. Son comportement de feu et son arrogance affichée vis-à-vis des membres de l’opposition ont laissé de mauvais souvenirs. Mais peut-on lui faire porter la responsabilité des dérapages quand son président Serge Letchimy, loin d’établir une éthique, osait menacer en séance plénière un représentant de l’opposition, Louis Félix Duville, connu pour son flègme. Personne n’a oublié son « Sé lè ou lé, là ou lé. Sé pa an sel manman ka fè ich méchan ! » Louis-Félix Duville est devenu le directeur de cabinet du Président du Conseil Exécutif.

Quand à Fred Lordinot qui s’est cru désigné au rôle de l’idiot utile de l’équipe perdante, en jouant l’aboyeur de service, on ne l’a pas entendu.

C’est l’ancien vice-président du défunt Conseil Général, David Zobda, qui le premier a pris la parole au nom du Groupe « Ensemble Pour une Martinique Première.» Premier adjoint du maire du Lamentin où les électeurs ont choisi en majorité de voter contre la liste sur laquelle il figurait comme chef de section du Centre, David Zobda  est prudent. Celui qui espère prendre la succession du maire Pierre Samot, n’est pas il est vrai, un habitué de l’inélégance.

Il sait aussi qu’avec le déficit de la ville où le maire dans une mégalomanie non contrôlée s’est lancé avec la SEMAVIL (Société d'Économie Mixte d'Aménagement de la Ville du Lamentin) dans l’acquisition de structures hôtelières qui ont toutes coulé, le vote des électeurs assommés par les augmentations impôts, n’est pas gagné. Il mesure le danger de suivre les mauvais éléments du groupe EPNM, conduit par la machine PPM qui pour l’instant semble durablement grippée.

Jean-Claude Duverger qui n’a pas su ou voulu se démarquer de Fred Lordinot, lors de la séance de mise en place de la CTM s’est montré mesuré et  constructif. Jean-Philippe Nilor (Gran Sanblé Pou Ba Péyi-a an Chans), avec qui il a discuté de la répartition des membres de l’opposition dans les commissions, a souligné le climat de confiance dans lequel se sont déroulées les discussions avec lui. Des mauvaises langues ayant des doutes sur la volonté des élus EPMN de changer de comportement, ont affirmé : « c’est dans leurs gènes. » On ne retiendra pas cet excès de pessimisme.

Sur les bancs de la majorité, les visages étaient détendus, souriants et certains paraissaient déjà très concentrés.

Si un  prix de la zénitude était décerné pour cette première séance, Daniel Marie-Sainte l’aurait remporté, sans conteste. Alfred Marie-Jeanne a renforcé son influence en le choisissant comme porte-parole du Conseil Exécutif et des présidences de commissions importantes lui sont confiées, comme celle de la formation professionnelle. Le militant du MIM est récompensé pour sa fidélité, et pour son efficacité dans le traitement des dossiers, reconnue par tous.

Miguel Laventure, homme de Droite, qui retrouve pour la deuxième fois la confiance d’Alfred Marie-Jeanne, remporterait le deuxième prix de la zénitude. Il aura la responsabilité d’un secteur qu’il connaît bien, le tourisme. 


 

Dans cette ambiance apaisée, Yan Monplaisir pouvait savourer son bonheur, après qu’avec Alfred Marie-Jeanne et lui aient été traités pendant la campagne électorale, comme de dangereux démons coupables d’une alliance contre nature. Le troisième prix de la zénitude lui serait attribué.

Alfred Marie-Jeanne, en bon tacticien, a trouvé normal ce consensus inattendu. Pour lui il n’y avait que des points qui le permettaient à l’ordre du jour. Et celui que ses adversaires ont qualifié de « vieux » qui devait rester chez lui, allongé sur son « matelas », sait qu’il risque de trouver le lit des finances qu'avec le seul sommier, et au mieux,  avec quelques « rad kabann. »

Le Payeur Général qui a assisté très attentif aux débats, devrait attester de ce qui reste sur le sommier.

Cette première séance plénière avait pour but de donner l’autorisation au Président du Conseil Exécutif, Alfred Marie-Jeanne, d’engager, de liquider ou mandater des dépenses d’investissement, ceci en application de la loi. Le deuxième point consistait à lui donner délégation pour intenter les actions en justice et défendre la Collectivité dans les actions intentées contre elle. Troisième point : lui donner délégation pour prendre toute décision concernant la préparation, la passation, l’exécution et les règlements des marchés et des accords-cadres.

Le quatrième point de l’ordre du jour concernait la composition des commissions relatives à la commande publique. Cinquième et dernier point, la désignation des membres et délégués de l’assemblée qui vont siéger au sein des organismes extérieurs.

Tous les points de cet ordre du jour ont été discutés dans la sérénité. Même Justin Pamphile qui au cours des débats télévisés de la campagne électorale aurait pu obtenir le prix de l’arrogance, n’a soufflé mot. A voir le nombre de fois où il a soutenu sa tête pendant la séance, semblant même sommeiller à certains moments, cette nouvelle ambiance l’a sonné.

La charge de travail qui attend les nouveaux élus, sous la houlette de deux présidents forts de leur expérience, devrait rapidement faire oublier cette campagne électorale et permettre à ces Martiniquaises et Martiniquais de resserrer leurs liens, dans l’intérêt supérieur du pays, qui a vraiment besoin d’avancer.

Lisa David

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

L'intervention de Daniel Marie-Sainte, élu à la CACEM, nous en apprend de belles.

Le président de la Région martinique et celui de la Région de Guadeloupe se sont rencontrés ce samedi, en Martinique. Ils ont abordés de nombreux sujets et le font savoir.

Notre article du 18 mars révélant la proximité étonnante, sinon inquiétante pour l’indépendance de la presse, constatée sur la page d’accueil du site de la Ville de For

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Déjà plus de 40 jours que les salariés du "Carrefour Market" du François sont en grève pour faire respecter leurs droits et obtenir une augmentation de salaire, pour am

Élections ou pas les brigades financières continuent à fouiller dans les magouilles politiques qui pourrissent le pays…

La Martinique va bientôt accueillir pour la première fois de son histoire une femme, au poste de Procureur de la République.

C’était Samedi 25 avril à Fort-de-France, le rassemblement condu

En grève depuis une semaine, les lycéens en classe de 2BTS MHR Management en Hôtellerie-Restauration du Lycée Nord Caraïbe de Bellefontaine ne savent plus à quel saint se vouer, face au lourd silen

Pages

1 2 3 4 5 »