Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

L'avis de la Chambre Régionale des comptes  publié le 20 septembre, annonçant un excédent budgétaire en 2015 pour l’ex-Région, de 535 110,20€, a fait sortir du bois tous les guignols. Mais les Martiniquais ne sont pas dupes, ils savent que si le TCSP ne roule toujours pas, il a servi à de troubles mélanges entre le Syndicat Mixte du TCSP, la CACEM et l’ex-Région. Pour les Martiniquais, reste une vérité incontestable : Quant ce faitout manjé-cochon sera sorti des braises de la manipulation, restera une seule vérité : les contribuables seront les seuls déplumés. La lettre adressée par le Payeur Général à la CTM en cadeau de réveillon, le 31 décembre 2015, jette plus que le trouble sur le vrai jeu de ping-pong : celui pratiqué avec l'argent public. 

Budget de l’ex-Région : Des chiffres et des mots en déséquilibre

Le jour même de la sortie de l'avis de la Chambre Régionale des Comptes, tous les médias ont répété que le constat d’un déficit de 23 M € de l’ex-Région, annoncé par la majorité élue à la CTM, était faux. Au fil des jours des sujets se sont succédés sur les radios et télés. On a pu entendre sur RCI Yves Colcombet, président de Chambre Régionale des Comptes, expliquer les résultats annoncés par sa juridiction, chargée de vérifier les comptes des collectivités : La CTM n’a pas inscrit dans le compte administratif 2015, une recette de 15 millions d’euros correspondant à un versement attendu du Syndicat Mixte du TCSP.

Le porte-parole de la Collectivité Territoriale de Martinique, Daniel Marie-Sainte, a tout de suite réagi ce 20 septembre sur sa page Facebook. Selon lui : « Cet excédent de 535.000 € apparent vient du fait que la Chambre Régionale des comptes a considéré, à mon avis à tort, que les 15 M€ à recevoir du syndicat mixte du TCSP que Letchimy a inscrit dans son budget 2015 était une recette certaine !

Ceci n'est pas vrai, car le SMTCSP qui n'a aucune recette propre ne pourra pas payer cette somme !
 Cest une recette fictive ! »

Le Conseiller exécutif sait de quoi il parle concernant cette « recette fictive » de 15 M€, puisque le tout nouveau Président de la CTM, Alfred-Marie-Jeanne, à peine élu le 13 décembre 2015, a été destinataire d’une lettre du Payeur Régional datée du 31 décembre lui suggérant de :

« Reporter l’inscription de cette recette en 2016, après avoir revu son impulsion budgétaire et vérifié que les conditions de recouvrement effectif sont bien réunies. Le compte de gestion provisoire 2015 de l’ex région vous sera transmis dès que les prises en charge reçues la dernière semaine de décembre 2015 seront comptabilisées. »

 

Il faut donc attendre, et pour cause : de nombreux actes ont été effectués dans la précipitation par l’équipe EPNM (Ensemble pour une Martinique Nouvelle), qui décidait des affaires de l’Ex-Région, mais aussi de la CACEM.

Exemple, cette « décision modificative N°3 du budget annexe transport de la CACEM qui montre que les membres du Bureau Communautaire se réunissent seulement le 2 décembre 2015, à quelques jours des élections de la CTM, pour émettre un avis favorable pour « une augmentation de la Section Fonctionnement aussi bien en dépenses qu’en recettes de 2 672 128 €. »

 

 

On aura bien noté que cette augmentation n’est que de 2 672 128 €,  loin des 15 M€ nécessaires pour le Syndicat Mixte du TCSP.

La  Chambre Régionale des Comptes... politiques, ou manque d’informations avant la rédaction de son avis ?

Ces 15 M€ font couler beaucoup d’encre et répéter beaucoup de paroles inutiles  dans le pays. Il faut dire qu’entre les avis du Président de la Chambre Régionale des Comptes  et ceux du Payeur Régional, le citoyen lambda peut y perdre son créole.

La juridiction de contrôle des comptes des collectivités, selon le spécialiste de Martinique 1ère Franck Zozor, sensé démêler le vrai du faux : « a pris un mois à examiner ces comptes, ils ont tout recalculé.. ».

Interrogé par le « spécialiste » de RFO/Martinique 1ère», après la réaction de Daniel Marie-Sainte parlant de « recette fictive », le décidément très médiatique président Yves Colcombet a répondu au journaliste qui annonce que « pour le président de la Chambre,  il y avait un problème sur le suivi des opérations financières entre la Région et la CTM » :

« Ce suivi n’était pas très rigoureusement tenu par la précédente collectivité Conseil Régional, mais quand même il y avait des tableaux de bord. Et ces tableaux de bord n’ont, semble t-il, plus été renseignés à partir de début 2016, ce qui a créé une forme de bouillard.

On en arrive à se demander avec ce mot « bouillard » employé par le chef de la juridiction de contrôle des comptes, où est l’enfumage ?  Le président de la Chambre poursuit :

« Et comme les opérations continuent à se dérouler, même si on ne les suit pas, et bien la Chambre a été amenée à faire un état des lieux le plus exhaustif possible de toutes les pièces  qui nous ont été communiquées, que nous avons demandées. »

Donc il faut comprendre que la Chambre Régionale des Comptes ignorait l’existence du courrier du Payeur Régional, qu’elle n’aurait pas interrogé celui qui demande le 31 décembre à la CTM, de ne pas inscrire cette dette bien fictive au budget 2015 ?  

Daniel Marie-Sainte persiste et signe au cours du même reportage où s'exprime le chef de la Chambre Régionale des Comptes : « Le Syndicat Mixte du TCSP n’a aucune ressource propre » et pour lui, si la Chambre n’avait pas introduit ces 15 M€, il n’y aurait pas eu d’excédent constaté par elle.

Yves Colcombet a une explication :

« Le fait que le Syndicat Mixte n’aurait pas la possibilité de payer ou n’aurait pas l’intention d’honorer sa dette, à ce stade nous ne pouvons pas le prendre en compte. Peut-être que la Collectivité Territoriale peut provisionner cette recette considérant qu’elle ne va pas être honorée, sur des bases objectives, avec des éléments qui permettent de le dire. Mais nous Chambre Régionale des Comptes, nous n’avons pas d’éléments qui permettent d’écarter cette créance de 15 millions d’euros sur le Syndicat Mixte. »

 

Simon Morin, président du Syndicat Mixte du TCSP interrogé par la Radio publique 

Le 22 septembre, Edmond Morin, président du Syndicat Mixte du TCSP que le « spécialiste » n’a pas interrogé, l’a été par la radio de Martinique 1ère. L’enregistrement a fait le buzz sur les réseaux sociaux, largement partagé sur « WhatsApp. » Le journaliste radio annonce :

« Daniel Marie-Sainte à raison, nous ne pouvons pas rembourser les 15 M€ à la CTM, c’est la déclaration du président du Syndicat Mixte du TCSP. Pour Simon Morin, la CTM aurait du suivre l’avis de la Chambre Régionale des comptes et inscrire les 15 millions dans les recettes… »

 

Au micro d’Alain Livory, le président du SMTCP précise :

« Il a raison puisqu’il sait parfaitement bien que le Syndicat Mixte a été créé dans le temps par le Conseil Général, le Conseil Régional et la CACEM, comme un outil opérationnel pour réaliser le TCSP. Mais le Syndicat Mixte n’a pas de recettes autres que celles données par les différentes collectivités qui l’ont créé. Effectivement le syndicat Mixte n’avait pas les moyens de payer cette somme. Le souci dans cette affaire : les juges concluent que la CTM devait passer ça en recette. La CTM devrait demander au Payeur d’émettre un titre de recettes à l’encontre du Syndicat Mixte, même si après coup on aurait pu voir que cette somme est peut-être irrécouvrable. »

 

Ces élus croient-ils jouer au Monopoly avec l’argent public, le bien public ?

Le journaliste ajoute en conclusion : « Une dette que vous ne pourrez jamais honorer.»  Simon Morin répond avec la même décontraction, sinon désinvolture : « Peut-être oui. »

Incroyable quand même d’entendre tous ces messieurs qui jouent avec l’argent public, expliquer que par un jeu de « ou wèy-ou pa wèy », une somme de 15 millions d’euros pourrait être soustraite des caisses de la CTM au détriment des jeunes de notre pays qui ont besoin d’étudier ou de formation. Au détriments des besoins des plus faibles de notre population.

Pour le responsable du Syndicat Mixte du TCSP, concernant ces 15 millions d’euros, les choses sont si simples :

« Entre les moyens de les payer et le fait de constater, c’est autre chose. En comptabilité publique, on pourrait toujours dire après, les sommes sont irrécouvrables, le Payeur pouvait dire à la Région après, attendez il y a un problème, mais il avait l’obligation de demander d’inscrire ça en recette. On lui demande simplement de constater cette dette, hein ? De faire en sorte que cette dette soit enregistrée en recette puisqu’il y a une convention passée.»

 

Une convention a en effet été passée par son prédécesseur à la tête de la Communauté d’Agglomération du Centre de Martinique, Thierry Fondelot, élu PPM, ancien président de la commission Sport au Conseil Régional. 

La photo ci-dessous est une capture d’écran de l’émission d’ATV « Regard sur l’Actu » animée par André Berton.  Le lancement du journaliste nous rappelle les promesses mal papaye de l’équipe majoritaire  à l’ex-Région, qui après la défaite,  joue aujourd’hui sans rire, les vierges effarouchées :

« Ce nouvel épisode de Regard sur l’Actu aurait pu s’intituler ‘retour vers le futur’. Le futur, c’est le lancement dans un an exactement, de ce fameux TCSP (Transport Collectif en Site Propre), qui a déjà fait couler beaucoup d’encre et qui je vous le rappelle, permettra de rallier la Pointe Simon à Fort-de-France, à Carrère en passant par le Lamentin. Le futur, c’est aussi la mise en œuvre à l’horizon 2016, dans un domaine marqué jusqu’alors par une véritable anarchie, d’une seule et unique autorité organisatrice des transports couvrant l’ensemble du territoire. »

 

Le journaliste s’appuie évidemment sur les annonces des afficheurs de « La Martinique avance », qui ont laissé et laissent encore le TCSP à l’arrêt.
 

 

 

Simon Morin n’est pas du tout perturbé par la situation. Que des informations contradictoires, des mensonges soient diffusés à la population depuis des années, dernier exemple cette demande d’aide exceptionnelle de la CACEM adressée à l’ex-Région et obtenue en partie pour effectuer des travaux du TCSP qui relèvent de la responsabilité de Vinci. Le contrat signé avec la multinationale qui bénéficiera pendant 22 ans d’un onéreux loyer, le démontre. Voir article ici : Transport en Martinique : Au bal menteur du TSCP | Free Pawol

L’ancienne équipe qui dirigeait les affaires à la Région cherche vainement à se refaire une virginité

« Ensemble Pour une Martinique Nouvelle » qui de 2010 à décembre 2015 a pris toutes les décisions à la Région, à la CACEM et au Syndicat Mixte du TCSP peut difficilement utiliser le rapport de la Chambre Régionale des Comptes pour tenter de se refaire une virginité.

Même si Simon Morin, à qui les bretelles ont du être remontées par quelque major du Parti de Trénelle, a sorti un communiqué non daté pour tenter d’atténuer ses déclarations, il a bien avoué en radio que : pani lajan au SMTCSP pou remboursé !  

La lettre au Président du Conseil Exécutif de la CTM interpelle

À entendre encore des journalistes évoquer un jeu de ping-pong entre les responsables politiques d’hier et d’aujourd’hui, faute pour eux d’avoir le courage de désigner clairement les responsabilités, on ne peut que citer ce proverbe : « Il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir».

Ne pas dire les responsabilités qui sont pourtant établies par les nombreux faits connus, c’est laisser l’impression que dans ce pays il n’y aurait que des incapables, qu’il ne peut régner qu’un climat de guerre entre tous les responsables politiques qui seraient tous incompétents, incapables d’honnêteté, incapables de pouvoir gérer les affaires martiniquaises.

Ne pas expliquer clairement les faits, c’est laisser un sentiment de malaise dans la population, instaurer une perte de confiance en nous même. Est-ce le but recherché ?

 

Des irrégularités graves pourtant signalées par le Payeur Régional

 

Comment expliquer que la Chambre Régionale des Comptes n’ait pas tenu compte des observations faites par le Payeur Régional, dans sa lettre au Président de l’Exécutif de la CTM, le 31 décembre 2015 ? Le fonctionnaire est pourtant précis dans son courrier ayant pour objet : « Titre 2015 Région/TCSP n°1198, 15M€ ».

 

Monsieur le Président,

Les services de la région Martinique ont émis le 01 décembre 2015 un titre de recette numéroté 1198 d’un montant de 15 000 000 € au nom du syndicat mixte de Transport en commun en site propre SM TCSP

Le titre est justifié par la convention relative au « groupement de commande pour la passation des marchés d’études et de travaux en rapport avec l’exécution du projet TCSP Martinique ». Cette convention signée le 25 octobre 2010 entre le SM et la Région Martinique, stipule à l’article 6 (dispositions financières), que « les paiements effectués par la Région pour le compte du syndicat mixte sont assumés par la Région qui adressera une demande de remboursement chiffrée et détaillée ».

La demande a été faite par le président de la Région, elle porte sur le remboursement :

-      des travaux du TCSP au niveau de l’échangeur de la  Pointe des Sables pour 9 M €

-      des travaux du TCSP au niveau du franchissement du canal de Gaigneron pour 6 M€

La demande est justifiée par un état descriptif des travaux faits pour l’échangeur de la Pointe des Sables à hauteur de 9,65 M€, et à hauteur de 10,5 M€ pour le franchissement du Canal de Gaigneron.

« Le président du SM du TCSP a inscrit au budget supplémentaire adopté le 30 novembre 2015 une ligne de dépense au compte 21735 pour 15 M€.

J’observe que le budget d’investissement pour cette opération est équilibré par une subvention de la CACEM à hauteur de 10 M€, qui semble t’il à l’heure de la rédaction de ce courrier n’a pas été votée par la collectivité.

Par ailleurs, la trésorerie actuelle du TCSP ne permet pas le remboursement de 15 M€, et ne le permettra pas d’ici la fin de l’année et très probablement pas sans cette participation majeure de la CACEM.

Aussi, bien que la régularité du titre semble établie, j’émets des réserves sur la prise en charge pour les raisons suivantes :

-      1. Les descriptifs joints ne sont pas certifiés par le comptable, l’absence des références aux mandats de paiement, rendent la vérification du service fait et des réceptions des travaux impossibles.

-      2. Les crédits inscrits par le SM TCSP pour le remboursement des 15 M€ à la Région sont au compte 21735 « immobilisation reçues au titre d’une mise à disposition. Or les travaux relatifs à :

l’aménagement de surface de l’échangeur de la  Pointe des Sables (735 578,55 €),

la pénétrante Est RN9 échangeur de la pointe des Sables/carrefour Dorothy (897 689,42 €),

l’échangeur du Canal du Lamentin/pont rivière Lézarde (6 801 924,04 €),

sont déjà intégrés à l’actif du SM, à la suite des transferts des emprunts (passif) pour le TCSP contracté par l’ex-collectivité  régionale. L’imputation budgétaire 21735 ne permettrait donc pas de payer les 15 M€ sauf à comptabiliser en doubles des lignes d’inventaire de travaux vu supra.

-      3. Si le remboursement des travaux effectués par la Région implique normalement un transfert des actifs, l’imputation donnée au titre de recette 1328 « subvention d’équipement non transférable » est erronée.

-      4. La bonne exécution du titre de recette, c’est à dire son recouvrement dépend d’une entité publique tierce, la CACEM, qui garde la liberté d’inscrire ou non la subvention, SM TCSP.

-      5. Enfin l’inscription d’une recette incertaine de 15 M€ est de nature à obérer la sincérité des comptes

En conclusion, je suggère de reporter l’inscription de cette recette en 2016, après avoir revu son imputation budgétaire et vérifié que les conditions de recouvrement effectif sont bien réunies. Le compte de gestion provisoire 2015 de l’ex région vous sera transmis dès que les prises en charge reçues la dernière semaine de décembre 2015 seront comptabilisées. »

 

L’argent public n’est pas destiné à alimenter des parties de poker

Le groupe politique majoritaire actuellement à la CTM, devait-il passer outre les recommandations du Payeur Régional et jouer au poker avec l’argent public ?

Le Préfet ignorerait-il les mises en garde du Payeur Régional quand il demande un avis à la Chambre Régionale sur le compte administratif 2015 de l’ex- Conseil Régional ?

Le jeu de guignols imposé à la population martiniquaise confrontée aux difficultés engendrées par le chômage qui touche de manière dramatique les jeunes, et de nombreux parents, irrite de plus en plus. Les commentaires désabusés ou de colère sur les réseaux sociaux, en donnent une désespérante démonstration. Mais les perdants des élections de décembre 2015 ne l’ont pas compris, eux qui relancent régulièrement leurs polémiques qui alimentent les médias et obligent la majorité en poste à la CTM à réagir.

Les faits sont têtus : il n’y a jamais eu l’ombre d’un doute pour tous les protagonistes du TCSP, ils savaient que ces 15 millions d’euros n'entreraient jamais dans les caisses ni de l’ex-Région, ni dans celles de la CTM.

C’est simplement parce que ce groupe politique s’imaginait à la tête de la future CTM, oubliant que les électeurs ne sont pas si bêtes qu’on veut le croire.  Ce groupe EPNM (Ensemble Pour une Martinique Nouvelle) a pris des risques avec l’argent public, dans le but de brandir le TSCP qui apparaissait comme garantie de la victoire électorale. Et après ? C’est comme on dit chez nous : Nou ké wè !

Le scénario de la victoire n'avait pas prévu la fin et les perdants n'ont pas digéré la défaite. Le ridicule ne tuant pas, pourquoi se gêner. Après une conférence de presse organisée le 4 septembre faisant suite à une du Conseil Exécutif de la CTM qui elle, répondait aux attaques du tout nouveau Secrétaire Général du PPM, Johnny Hajjar, le PPM organisait une conférence de presse pour évoquer le dossier du TCSP.

Le 22 septembre c’est au tour de EPNM ( PPM et alliés de Droite et de Gauche) de convier la presse pour se réjouir de l’avis de la Chambre Régionale des Comptes, qui a trouvé un excédent budgétaire de 535.000 € en contrôlant le compte administratif de l’ex-Région, annoncé déficitaire par la majorité dirigeante de la CTM.

On a pu voir et entendre Jean Claude Duverger, Conseiller territorial et porte-parole EPNM à la CTM, ouvrir les hostilités en jouant l’indignation « Je dénonce qu’ils ont menti. Ils ont menti au peuple, ils ont menti sur notre gestion…»

Fred Lordinot, élu PPM à la CTM qui s’était fait remarquer par son agressivité et son inutile arrogance, lors la réunion de mise en place de la CTM, avant d’être rappelé au calme par ses chefs,  a repris du service. Il évoque la loi pour jouer au savant :

« Ils ne peuvent pas revoter le compte administratif. La loi dit, il y a obligation aujourd’hui pour la majorité, il faut intégrer le nouveau résultat, il faut rectifier les chiffres. Donc la majorité doit s’asseoir avec les cadres et les techniciens de la CTM et nous proposer un nouveau budget supplémentaire qui va intégrer ces résultats. Un travail long et difficile. »

Ce qui semble un bien long et difficile travail est celui à effectuer par ces élus qui, grâce aux suffrages des électeurs, vont siéger plusieurs années sans apprendre les règlements et lois qui régissent les collectivités où, pour leur fonction sensée améliorer le quotidien des citoyens, ils perçoivent des indemnités.

Il est écrit dans l’avis de la Chambre Régionale des Comptes, qui a été saisie par le Préfet de la Martinique « en raison du déficit excessif du compte administratif de 2015 du conseil régional de la Martinique, qui s’élève à 8,98 % des recettes réelles de fonctionnement » :

« CONSIDERANT que le Syndicat mixte des transports en commun en site propre (SMTCSP) s’est engagé par convention à rembourser l’ex-conseil régional de Martinique une partie des dépenses d’investissement du projet que la région a réalisé pour son compte, soit 15 M€ ; que la circonstance que ledit syndicat ne possédait pas de trésorerie suffisante pour honorer sa dette est sans incidence sur son caractère de dépense obligatoire pour le débiteur et de recette certaine pour l’ex-conseil régional de Martinique ; qu’il convient donc d’inscrire 15 M€ en restes à réaliser de recettes à ce titre ; 


Mais ce considérant est contredit par les recommandations faites à la CTM par le Payeur Régional, de ne pas inscrire la fameuse somme de 15 M€ en recettes. Des contradictions qui, selon nos informations, posent déjà question dans les couloirs de l’Etat puisqu’il relève juridiquement des obligations de ce fonctionnaire d’Etat qu’est le Payeur Régional, de constater une créance irrécouvrable, de signaler des irrégularités, lors de l’exécution d’un budget. Il a donc fait son travail.

Des coups de boutoir pour faire oublier l’arrêt prolongé du TCSP et en pensant aux prochaines législatives de 2017.
Les militants et sympathisants PPM venus en nombre assister à la Conférence de presse, ont pu se satisfaire des coups de boutoir de leurs élus, mais les résultats de la gestion d’EPNM sont actuellement suffisamment connus.

Les électeurs ont choisi le 13 décembre 2015 une nouvelle majorité avec l’alliance « Gran Sanblé pou Ba Péyi-a An Chans » menée par Alfred Marie-Jeanne,  en espérant un changement dans les comportements politiques, mais surtout pour que des décisions soient prises afin d’améliorer leur quotidien.

Au centre de cet avis contesté de la Chambre Régional des Comptes, c’est encore le dossier du TCSP qui réapparaît et avec lui, la gestion obscure de l’argent public qui n’a pas permis qu’enfin, les bus quittent les abords de l’autoroute.

Letchimy « criminel » ?

 

La surprise du Chef est arrivée dans les colonnes de « France-Antilles » de ce samedi 24 septembre, sous le titre « Une lettre salée de Letchimy à Marie-Jeanne. »

On est d’abord surpris de lire au début de cette lettre signée Serge Letchimy, Député de la Martinique :

« Les magistrats de la Chambre régionale des comptes viennent de rendre leur jugement sur l'état des finances régionales pour les années qui viennent de s'écouler. »

Etonnant de la part d’un Député qui vote les lois au Parlement, de confondre un avis et un jugement. La Chambre Régionale des comptes a émis un « AVIS N° 2016-0147
 » comme il est indiqué en première page.

 

Le Député poursuit sa « lettre salée » :

« Cette haute autorité indépendante de la République constate au 31 décembre 2015 un excédent de clôture de 535 110,20 euros. Voilà ce que clament obstinément les chiffres : la vérité.

Or, depuis plusieurs mois, vous avez consacré l'essentiel de vos forces à une campagne indigne sur la prétendue découverte d'un déficit de « 84 millions » . Par ce jugement, les magistrats démontrent le contraire et vous infligent en passant une leçon d'intégrité. Ils disent en substance que vous avez falsifié des comptes publics en ayant recours à un grossier maquillage des recettes et à un gonflement artificiel des dépenses.

Le problème des masques, c'est qu'ils finissent toujours par tomber. 

Quant aux mensonges, ils gardent leur vice originel : construits sur rien, ils ne résistent pas au moindre souffle d'honnêteté.

Falsifier, détruire, punir des dizaines et des dizaines d'agents, dresser les Martiniquais les uns contre les autres, ne saurait constituer une politique responsable, ni même une politique tout court. La Martinique n'avance plus. 

Elle vous regarde. Je vous demande, conformément à la loi, de rectifier les chiffres du compte administratif 2015 dont le résultat est de +535 110,20 euros. Cela ne serait que justice.

Je n'attends rien d'autre de vous, sinon le simple effort d'être à la hauteur des espérances martiniquaises, et de vous hisser au niveau de la responsabilité qui vous incombe.

Pour le reste, je vous laisse à votre seule conscience. Je vous assure, M. le Président, de toute la considération que requiert votre fonction. »

 

L’ex-président de l’ex-Région porte encore la rage du perdant, ça se lit et on peut le comprendre. Sa lettre qui se veut un brulot, est loin d’être sortie des ateliers de l’imaginaire de son ancien employé à la Région et ami Patrick Chamoiseau, parti avec sa plume.

On peut s’étonner encore que le Député « demande, conformément à la loi,  de rectifier les chiffres du compte administratif 2015 ». Aucune loi ne prévoit que l’ordonnateur président de la CTM, soit sommé de rectifier un compte administratif, suite à un avis de la Chambre régionale des comptes.

D’ailleurs, on peut constater que la Chambre note dans un CONSIDERANT « … qu’il convient donc d’inscrire 15 M€ en restes à réaliser de recettes… »

Nulle part dans « PAR CES MOTIFS »,  ne figure autre demande que celle précisée au dernier paragraphe :

.       4)  RAPPELLE qu’en application de l’article L. 1612-19 du code général des collectivités territoriales, « les assemblées délibérantes sont tenues informées dès leur plus proche réunion des avis formulés par la chambre régionale des comptes et des arrêtés pris par le représentant de l’Etat » ; 


.       5)  DEMANDE en conséquence à la collectivité de faire connaître à la chambre la date de cette réunion et de l’accomplissement de cette obligation ; 


Au moment où nous publions, aucun arrêté n’a encore été pris par le représentant de l’Etat, qui a saisi pour avis la Chambre Régionale des Comptes.

 

Le plus piquant reste l’envie d’excédent qu’exprime Serge Letchimy pour ce compte administratif 2015, année de sa défaite aux élections. Risible quand on se souvient que pendant toute la campagne des élections régionales de 2010,  lors de tous ses meetings politique il fustigeait la gestion d’Alfred Marie-Jeanne, président de la Collectivité Régionale de 1998 à 2010 (réélu en 2004). Dénonçant l’excédent budgétaire, qualifié de « matelas », il avait alors déclaré :

« Il est criminel de terminer un exercice avec un excédent budgétaire alors qu’il y a tant de chômage, tant de chantier à lancer pour le pays. »

 

Des propos très durs que rappellent Louis Boutrin et Raphaël Confiant, dans leur livre « Décembre 2015 – Une nouvelle page dans l’histoire de  la Martinique. »

Arrêter le délire ambiant et combler les attentes de la population

Il serait temps d’arrêter le délire ambiant et que toutes celles et ceux qui ont obtenu le vote des citoyens, se mettent à remplir leur mission : réfléchir, agir, dans l’intérêt du pays et de sa population. 

 

Lisa David

 

 

 

BWÈT ZOUTI : 

Lettre du Payeur Régional adressée le 31 décembre 2015 au Président du Conseil Exécuif de la CTM

 

Le communiqué non daté de Simon Morin Président du SM TCSP, après avoir déclaré en radio, qu'il n'y avait pas d'argent pour rembourser les 15 M€

 

 

Ordre du jour de la réunion du 16 Décembre 2015 au cours de laquelle il est demandé aux membres du Conseil communautaire de se prononcer sur la décision modificative (DM3) du Budget Annexe Transport de la CACEM

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Depuis quelques semaines les insultes pleuvent sur Daniel Marie-Sainte, porte parole du Groupe de élus Patriotes Martiniquais et Sympathisants au Conseil Régional de Ma

En 2013, le Député de la Martinique, Jean-Philippe Nilor, s'était engagé auprès de l'association GPX Outre-mer, pour que ce dossier se concrétise, il salue aujourd'hui cette avancée pour les foncti

En vue des élections pour la Collectivité Unique de Martinique de décembre prochain, plusieurs organisations politiques, CNCP, Martinique Ecologie, le MIM, le PALIMA, le PCM, le RDM se sont unies a

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Pour son 75ème anniversaire, l’Union des Femmes de Martinique a invité Angela Davis. Une initiative qui a eu un immense succès.

Pour le mouvement politique Péyi-a, « désormais l'égalité, ce n'est plus d'élever les retrait

Pourquoi ces associations d’entreprises demandent seulement aux activistes d’être raisonnables ?

Les responsables de l'empoisonnement au chlordécone des populations de Martinique ne peuvent plus vendre tranquillement.

Pour le CNCP (Comité National des Comités Populaires), le Président démissionnaire du Chili, Évo Morales a été chassé du pouvoir, victime de la stratégie des classes dominantes prédatrices.

Pages

1 2 3 4 5 »