Parce que nous avons besoin d'une presse libre

GEORGETOWN , Guyana , le 18 février.                                                                   

La CARICOM (Communauté des Caraïbes) a exprimé son inquiétude sur les affrontements qui ont eu lieu au Venezuela ces derniers jours dans le cadre de manifestations.

Dans une déclaration déplorant la mort d'au moins quatre personnes découlant des actes de violence, l'organisme régional a appelé au respect du gouvernement démocratiquement élu.

" Dans toutes les démocraties, les citoyens ont le droit d'exprimer leurs opinions et leurs différences, cependant, cela doit être fait dans le cadre constitutionnel et non pas par des manifestations violentes. Aucune société démocratique ne peut raisonnablement laisser se poursuivre le trouble ou toute subversion injustifiée des institutions démocratiques », a déclaré la CARICOM dans un communiqué publié mardi.

La CARICOM a appelé toutes les parties à prendre les mesures nécessaires et à s'abstenir de toute nouvelle action qui pourrait entraver une résolution pacifique des différends et un retour à la paix et au calme dans le pays .

Mardi , des milliers de manifestants ont envahi les rues de Caracas , la capitale du Venezuela , après l’arrestation du chef de l'opposition Leopoldo Lopez , accusé de fomenter des troubles contre le gouvernement et d’être responsable des violence qui ont entrainé la mort d’au moins quatre personnes.

 

 

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le Parti socialiste brésilien (PSB) a officiellement nommé la défenseure de l'environnement de renommée internationale, Marina Silva, comme sa nouvelle candidate à la p

Le président bolivien, Evo Morales, a été élu largement dimanche 12 octobre à la tête du pays.

Le gouvernement cubain a confirmé ce samedi qu'il signera un protocole d'accord avec les Etats-Unis, le 16 février, pour formellement rétablir des vol

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

L’affaire se murmure dans les couloirs de la CTM, mais personne n’ose affronter le vent mauvais qui souffle depuis de longs mois dans la collectivité.

Cette obsession du drapeau français sous lequel nous cherchons désespérément une place, ne produit pas toujours le meilleur.

L’assemblée Générale du MIM (Mouvement Indépendantiste Martiniquais) est une fois de plus reportée.  Présidé par Alfred Marie-Jeanne qui élimine sans crier gare toutes

La Confédération générale du Travail de Martinique (CGTM)  a déposé un préavis de grève de 24 heures reconductible qui débutera le 5 février 2019.

La lettre du Président de la République adressée aux Français est rendue publique.

Pages

1 2 3 4 5 »