Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Le samedi 6 décembre à Saint-Anne de 8 à 17 heures, à l'initiative du MODEMAS (Mouvement des démocrates et écologistes pour une Martinique Souveraine), le drapeau martiniquais sera mis à l'honneur. « Pour que nul n'oublie et respecte la dimension symbolique qu'il mérite», annonce le parti de Garçin Malsa.

Il faut reconnaître à l'ancien maire de Sainte-Anne, le mérite d'avoir contribué à populariser le drapeau Rouge Vert Noir, à travers son combat quand il a eu le courage de le hisser au fronton de sa mairie, puis résister à toutes les attaques pour que l'emblème martiniquais continue à flotter dans sa commune.

Garcin Malsa au nom de son mouvement rappelle quelques étapes du drapeau depuis sa naissance à la fin des années 60 :

Sorti pour la première fois en public en fin de la decennie 60 grâce à un petit groupe de militants indépendantistes, puis porté à chaque lutte populaire depuis la grande grève de février 1974, ce drapeau Rouge Vert Noir conçu en prison par Victor Lessort en 1963 a été apposé depuis 1995 sur le fronton de mairie de Saint-Anne, un lieu public hautement symbolique dans la République française.

C'est depuis cet acte libérateur et de fierté de notre identité souveraine que l'Etat français a tenté de semer confusions et diversions quant à l'appropriation de ce symbole par les Martiniquais. Des confrontations juridiques aux gels de subventions en passant par des agressions physiques à l'encontre du maire de l'époque, garcin Malsa, le drapeau Rouge Vert Noir a fini par être accepté, reconnu par l'Etat français.

C'est en 2001 au cours d'une visite officielle de la Ministre de l'Aménagement du Territoire et de l'Ecologie, Madame Domiique Voynet, qu'il fut décidé d'apposer côte à côte le drapeau français et le drapeau martiniquais Rouge Vert Noir sur le fronton de la mairie de Saint-Anne. C'est le résultat d'une très longue et âpre concertation entre représentants de l'Etat français et représentants de la commune.

Aujourd'hui le drapeau flotte avec dignité dans deux communes de Martinique, celles de Sainte-Anne et du Prêcheur. Il n'existe aucun obstacle, ni juridique, ni culturel, ni social pour que les autres communes leur emboitent le pas.

Serait donc vaine, stupide, incohérente et sans fondement légal toute polémique qui consisterait à ramner ce symbole fort à l'appartenance à une commune, un mouvement politique ou un individu.

Serait aussi dangereuse toute tentative qui voudrait appeler à une sorte de grande assemblée informe pour faire reconnaître le drapeau Rouge Vert Noir comme celui du peuple Martiniquais.

Dans le but d'éteindre définitivement toute fausse polémique autour du drapeau Martiniquais, Rouge Vert Noir et de lui accorder tout le respect et la dimension symbolique qu'il mérite, le MODEMAS a décidé d'appeler les Martiniquais à célébrer à Saint-Anne la journée du drapeau le 6 décembre 2014.

Cette date a été choisie pour cette célébration car elle rappelle au moins deux moments forts pour tous les militants martiniquais épris de justice, en lutte pour le respect de la dignité de l'homme martiniquais et en quête pour construire notre destin :

L'anniversaire de la mort de Frantz Fanon (6 décembre 1961) dont l'oeuvre et l'action incarnent la résistance à l'oppression coloniale, la démarche panafricaine et l'esprit humaniste : « Il n'y a qu'une seue race, la race humaine.» (F.Fanon)

La date anniversaire d'un vaste mouvement populaire « Le Pen déwo » (6 décembre 1987) qui a interdit de toucher le sol martiniquais (marqué par l'extermination des Amérindiens et l'esclavage) au leader du Front National, Jean-Marie LE PEN. Ce dernier qui fait l'apologie des idéologies racistes, ségrégationnistes, négationistes, est un partisan de la colonisation.

Aucun argument ne peut justifier que la Martinique puisse se présenter sans son drapeau, sans son hume au sein des organisations des Etat caraïbéens. Les artistes, les footballeurs martiniquais se sentent profondément désarmés et frustrés quand ils représentent la Martinique dans les manifestations caraïbéennes, quand ils voient les représentants des autres nations brandir leur symbole identitaires.

Que ce 6 décembre 2014 marque le début d'un Lyannaj pou respé pou drapo nou

Gardin Malsa

Président du MODEMAS

 

Sur sa page Facebook, le militant indépendantiste Alex Ferdinand publie « en toute modestie » sa contribution à l'histoire du drapeau martiniquais 

 CONTRIBUTION POUR LE DRAPEAU ROUGE VERT NOIR

(En toute modestie)

Mai-Juin 1968 à Paris, les organisations patriotiques de Guadeloupe, Guyane, Martinique AGEG (Association Générale des Etudiants Guadeloupéens) UEG (Union des Etudiants Guyanais), AGEM (Association Générale des Etudiants Martiniquais), AGTAG (Association Générale des Travailleurs Antillais et Guyanais), des militants du GONG (Groupe d'Organisation Nationale de Guadeloupe) et de nombreux travailleurs des colonies, plusieurs centaines, manifestent sur le Boulevard Barbès contre le pouvoir colonial français.

C'est la première apparition publique du drapeau Rouge Vert Noir brandi par un groupe de Patriotes dont Guy Cabort-Masson, Rodolphe Ramos, Ernest Breleur, Marie-Andrée Mencé, Alex Ferdinand et de nombreux autres militants ouvriers et étudiants...comme en témoignent quelques photos de l'époque.

C'est avec une grande émotion que Marie-Andrée avait cousu ce premier drapeau public, en présence de Guy Cabort, Ernest Breleur et Alex Ferdinand. Ne connaissant pas la configuration réalisée par l'OJAM, nous avions longtemps hésité sur la place du noir et du rouge.

En effet, le mouvement « CONSCIENCE ANTILLAISE » animé entre autres par Frantz PRUDENT (le medecin), Maurice LOUIS-JOSEPH DOGUE (le maire) l'avait mis en couverture de leur Revue sous forme de triangle avec des bandes verticales. Le mouvement MLNM l'avait également adopté sur la couverture de leur journal « clandestin »  Désanm 59, dans sa configuration actuelle avec Raymond BOURGADE, Nisette MONTJEAN, SEITU, et les autres camarades cités.

En février 1972, toujours à Paris, nous avons défilé en tête du cortège( 1million de participants), lors de l'enterrement du militant maoiste Pierre Overney; le drapeau a été placé dans sa tombe au Père Lachaise, à côté de celui de Palestine ( ils se ressemblent). C'est moi Alex Ferdinand qui le brandissais comme on peut le voir sur les photos.

Toujours à Paris, en août 1971, l'AGEM dont j'étais le Président après André Lucrèce et Ludovic Bravo, a adopté le drapeau sur son journal « Madjoumbé » et l'a présenté dans les nombreux meetings aux côtés des drapeaux guadeloupéen et guyanais.

Un bal de soutien organisé en 1971 à Rivière-Pilote a permis d'agrapher les 3 couleurs sous forme d'oeillet sur chaque participant à l'entrée.

Le Groupe Septanm 70 l'a également adopté et le 1er mai 1974, nous avons brandi des dizaines de drapeaux lors du défilé à Trinité.

Le Journal la Voix du Peuple (Cabort,Fonsat,Jean-Claude Lauréat, Ferdinand) l'a placé en en-tête après que Cabort l'ait largement popularisé dans sa revue « En Avant »,  distribuée aussi par Michel GODZOM.

Des Patriotes de Rivière-Pilote ont dressé en 1974 un drapeau immense de plus de 4 m d'envergure et à une hauteur de plus de 10 m avec un bambou sur le morne qui domine le bourg.  Comme le vent avait déchiré et emporté le vert et le noir, les gendarmes ont mis un militant en garde à vue sous prétexte qu'il aurait érigé le drapeau d'une puissance étrangère sur le territoire  « français» !!!, (l'URSS !!!) il ne restait que le rouge. Ils ont envoyé un commando de l'armée l'enlever car en fin de journée, on entendait le bruit intrigant ( flap,flap...) dans le bourg.

Voici quelques remarques pour compléter l'HISTOIRE du drapeau Rouge Vert Noir...

La suite est plus connue avec le journal « SIMAO » etc... Tous les camarades dès le début ont toujours attribué la paternité de la conception du drapeau à l'OJAM, en tout cas les couleurs que nous avions pu découvrir sur la couverture de la brochure « Le Procès de l'OJAM » dès 1967. Cette brochure se trouvait en particulier dans les Archives de l'AGEM.

Nou pa ka blyé DJO DEZORMO ki mété lé 3 koulè-a, pou dis édisyon Lacaille...dépi 1974

Alex Ferdinand

 

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

A peine les élections municipales passées et le maire Pierre Samot réélu à 80 ans avec 51,57 % des suffrages, une hausse des impôts de plus de 15%, était lachée sur la tête des électeu

Serge Letchimy, au nom du Conseil Régional de Martinique, salue la reconnaissance de l'Etat palestinien par l'Assemblée Nationale française.

« Chantal Maignan n’a pas de convictions !

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Sur la Rocade de Fort-de-France, le radar situé dans le sens Schoelcher vers le Lamentin est habillé d'un gilet jaune.

Le gouvernement a choisi d'envoyer l'armée en renfort face aux Réunionnais en gilets, qui ne sont pas que jaunes.

« L’Union des Travailleurs Guyanais (UTG) a choisi ce mardi 27 novembre pour commencer la grève générale reconductible.

Celles et ceux qui ont eu la chance d’assister ce mardi à la compétition nautique des foils dans la baie de Fort-de-France, ont eu droit à un époustouflant spectacle of

La Baie de Fort-de-France sera, dès ce samedi 17 novembre, le rendez-vous mondial de la voile à « foil ».

Pages

1 2 3 4 5 »