Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

La triste nouvelle est tombée ce mercredi matin, le professeur Jean Bernabé est décédé. La Martinique perd un de ses brillants intellectuels et un défenseur de notre langue créole. Pour le Président de l'Assemblée de Martinique, Claude Lise, « Il demeurera le meilleur avocat de notre langue-patrimoine à qui il a redonné vie, consistance et vitalité. » Les hommages se multiplient pour ce grand homme de la Caraïbe. Conseillère exécutive en charge de la Culture et du Patrimoine, Marie-Hélène Léontin se souvient « de ce jeune linguiste, professeur, arpentant les allées du Parc Galliéni (actuel Parc culturel Aimé Césaire) à Fort-de-France, lors des Floralies de 1973, vendant son journal à la criée, un journal donnant à la langue créole ses lettres de noblesse. Ce travail et cet engagement n’étaient pas faciles à cette époque ! »

Réaction de Claude LISE, Président de l’Assemblée de Martinique suite au décès de Jean BERNABE

 

Je viens d’apprendre avec émotion le décès de Jean BERNABE.

Ecrivain, linguiste de renom, ancien doyen de la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université des Antilles et de la Guyane, Jean BERNABE s’est illustré par sa détermination pédagogique et son engagement pour la langue créole, dès les années 80.

Fondateur du GEREC, acteur déterminant dans la création du CAPES Créole, Jean BERNABE, nous laisse en héritage, par ailleurs, une vingtaine d’ouvrages sociolinguistiques.

Il demeurera le meilleur avocat de notre langue-patrimoine à qui il a redonné vie, consistance et vitalité.

La Martinique perd en Jean BERNABE un défenseur permanent de son identité

 

JEAN BERNABE, MET-A-MANYOK KREYOL, MONTE NAN GALLILE 

Marie-Hélène LEOTIN

 

Le monde la langue, de la littérature et de la culture créoles, le monde universitaire de Guyane, Guadeloupe et Martinique, sont en deuil. Jean Bernabé nous a quittés à l’âge de 75 ans.

Professeur émérite des Universités, Jean Bernabé luttait depuis plusieurs mois contre une maladie paralysante. Doyen de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université des Antilles et de la Guyane, agrégé de grammaire, Docteur d’Etat en linguistique, Jean Bernabé était particulièrement reconnu pour ses travaux sur la langue créole. Sa thèse s’intitule : « Fondal Natal : Grammaire basilecticale approchée des Créoles guadeloupéens et martiniquais » (L’Harmattan, 1983).

Fondateur du GEREC-F  (Groupe de Recherches et d’Etudes en Espace Créole et Francophone), Jean Bernabé a été à l’origine de la création de la licence et de la maîtrise de créole à l’UAG.  Avec Raphaël Confiant et Patrick Chamoiseau, il est cofondateur du mouvement littéraire de la Créolité, autour notamment de l’ouvrage publié en 1989 : « Eloge de la Créolité ». 

Jean Bernabé n’oubliait pas non plus la formation des adultes en participant à la mise sur pied de l’UTL (Université du Temps Libre), sur le campus de Schœlcher.

Ecrivain, auteur d’essais, romans, articles de sociolinguistique et de littérature, son dernier ouvrage publié en 2016 s’intitule : « La dérive identitariste » (L’Harmattan). Jean Bernabé animait aussi une tribune : « Patriotisme, université et développement de nos pays ».

Jean Bernabé a été un militant infatigable de la langue créole. Nous retiendrons l’image de ce jeune linguiste, professeur, arpentant les allées du Parc Galliéni (actuel Parc culturel Aimé Césaire) à Fort-de-France, lors des Floralies de 1973, vendant son journal à la criée, un journal donnant à la langue créole ses lettres de noblesse. Ce travail et cet engagement n’étaient pas faciles à cette époque !

« Les langues ne disposent pas d’un procédé magique qui leur permettrait de créer instantanément et de toutes pièces des mots leur permettant d’éviter les emprunts à d’autres langues. L’emprunt est un phénomène linguistique naturel et il serait aberrant de le proscrire. Le problème n’est donc pas le fait de l’emprunt, mais son intensité et surtout son caractère unilatéral ».

Le 13 décembre 2015, Jean Bernabé adressait une lettre au Président de La Collectivité Territoriale de Martinique, sous le titre : Pour le développement des compétences linguistiques de la population martiniquaise au regard de son inscription dans l'aire caribéenne. Il y préconisait la création d'un Office Martiniquais pour l'Aménagement Linguistique en Espace Créolophone (OMALEC).

Honneur et respect !

Sincères condoléances à la famille et aux amis de Jean Bernabé.

Marie-Hélène LEOTIN

Conseillère exécutive en charge de la Culture et du Patrimoine.

 

 

L’association « Tous Créoles ! » « salue en lui avec respect et gratitude une éclairante figure de proue, porteuse de cette créolité à la fois fondatrice, féconde et résiliente, parce que lien et liant dans un monde qui bouge. »

 

L’Association « Tous Créoles ! » apprend, avec tristesse, la nouvelle du décès de Jean BERNABÉ, Professeur émérite des Universités, linguiste de renommée internationale.

Artisan convaincu et infatigable de la promotion de notre langue et de notre culture créoles, initiateur passionné et compétent, chercheur brillant et généreux, essayiste appliqué, la mort l’a libéré de ce solitaire, courageux et douloureux combat que lui imposa la vie.

L’association « Tous Créoles ! » salue en lui avec respect et gratitude une éclairante figure de proue, porteuse de cette créolité à la fois fondatrice, féconde et résiliente, parce que lien et liant dans un monde qui bouge.

Elle salue également l’Ami, dans son objectif permanent d’inscrire la vivante condition créole dans la grande diversité de la condition humaine.

Une mission que avons partagée et qui a éclairé notre route associative.

Nous n’oublierons pas que le professeur Jean BERNABÉ aura été l’un des premiers grands conférenciers de nos assemblées générales, sur le thème « Des arcanes de l’imaginaire colonial aux chemins d’une décolonisation mentale : les enjeux possibles de l’association TOUS CRÉOLES ! ». Un courageux et audacieux pari sur notre vivre-ensemble.

À son épouse, à sa famille, l’Association « Tous Créoles ! » adresse ses condoléances sincères et l’expression de toute sa reconnaissance.

Lamentin, le 12 avril 2017

Le Conseil d’administration

 

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Pour le président du Comité permanent sur ​​la politique étrangère, la souveraineté et l'intégration, Vice-Yul Jabour,  « il n’y a pas de guerre entre deux pays mais un génocide du peuple palestin

Au Surinam, le commissaire de police Humphrey Tjin a ordonné une enquête à la suite d’articles de médias,  affirmant que des homosexuels prostituées ont été agressés p

Maïotte Dauphite s’en est allée à l’âge de 92 ans dans la discrétion, celle qu’elle a toute sa vie affectionnée.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Les Vénézuéliens étaient appelés ce dimanche 16 juillet à voter, lors d’une consultation populaire organisée par l’opposition sans l'aval des autorités, dans le but de rejeter la future Assemblée

Lors du sommet G20 à Hambourg (7 et 8 juillet), Emmanuel Macron a estimé que l'un des défis de l'Afrique était « civilisationnel ».

L’écrivain Patrick Chamoiseau (Prix Goncourt 1992) qui  avait été recruté comme chargé de mission par Serge Letchimy, président de l’ex Conseil  Régional, pour piloter

Un nouveau Préfet est nommé en Martinique.

On a fini par s’y habituer, chaque fois que l’opposition EPNM à la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique) sait que  son catastrophique  bilan financier,  à la t

Pages

1 2 3 4 5 »