Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Culture

Une grande glacière blanche occupe la scène, les danseurs ne la quittent pas des yeux. Elle semble les attirer, les inquiéter, occuper leur esprit. Ils la poussent, la repoussent, la bousculent puis s’en approchent encore.  Une caresse est même commencée avant de repousser à nouveau l’objet qui contient tous les paradoxes. La glacière est le maître autour duquel passent tous les pas de danse, mais aussi tous les « pas » du refus de notre réalité destructrice. Christiane Emmanuel signe avec « Je remets le couvert : Indigestion. Mangeons all inclusive », présenté à l'Atrium les 8 et 9 novembre, un spectacle où le talent des danseurs dessine les points d’interrogation qui nous appellent à répondre de notre avenir de consommateurs. 

Les produits les plus utilisés de la malbouffe importée sont sortis compulsivement de la glacière maudite : Moutarde, ketchup, frites… On bouffe, on se gave, se goinfre sur la scène et dans la salle on entend quelques rires. Les musiques choisies ajoutent à la démesure, un pèse- personne posé là, rappelle un autre danger, celui de l’obésité qui enfle.

 

Les quatre danseurs, Murielle Bedot, Yaël Reunif, Fabrice Vaillant et Jean Félix Zaïre avec une réjouissante énergie nous mettent face à notre miroir où nous nous voyons exposés à nos tentations, invités au banquet de la déraison.

 

On aura noté que la chorégraphe, Christiane Emmanuel, a choisi comme premier ingrédient sorti de la glacière de la malbouffe, un paquet d’oignon pays. Comme pour rappeler que nous avons sur place les ingrédients pour une cuisine saine, une alimentation locale.


Un message que devraient recevoir les responsables politiques qui ont accepté que la première odeur perçue par un visiteur, en posant le pied sur le sol martiniquais à l’aéroport, est celui de la malbouffe, d’un Burger King.  


« Je remets le couvert » a toute sa place dans les établissements scolaires pour sa beauté, mais aussi pour son essentiel message.

 

Lisa David

 

 

 

 

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Depuis le 30 septembre et jusqu’au 15 février prochain, le Centre Pompidou propose, pour la première fois, une rétrospective des œuvres de Wifredo Lam, le peintre

L’amant double ou Freud dans tous ses états, un thriller fantasmagorique et psychanalytique. Un film libre.

Elle était à peine capable de marcher une semaine avant, à cause de la goutte.

Pages

« 1 2 3 4 5 »

Articles récents

Depuis quelques jours on entend parler d’une femme toujours silencieuse qu'on dit folle, qui le soir a pour habitude d'aller se couch

Un colloque sur Jean Bernabé est organisé par le CRILLASH (Centre de recherches interdisciplinaires en lettres, langues, arts et sciences humaines) de l’Université des

Selon The Guardian, le Premier ministre du Royaume Uni, Theresa May est pressée de toutes parts pour publier des avis juridiques tenus secrets qui démontrent que le Par

La décision a été prise par le Conseil d’Administration de Martinique Transport, suite à un vote l’unanimité, moins 4 abstentions, de prolonger la marche à blanc du TCSP mais avec passagers et grat

Décidément tout devient bon chez le Macron pour la Droite Martiniquaise.

Pages

« < 1 2 3 4 5 »