Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité
Fola Gadet

Pourquoi ces associations d’entreprises demandent seulement aux activistes d’être raisonnables ? Pourquoi ils ne demandent pas dans le menm balan aux dirigeants des groupes ciblés, aux puissances d’argent de la Martinique d’être responsables ? Pourquoi ils ne leur demandent pas également à eux sur le même ton paternaliste d’assumer leurs responsabilités citoyennes ? Depuis deux mois, ils ont eu le temps de comprendre ce qui se passe alors pourquoi ils continuent à utiliser la stratégie du silence, de l’ignorance et de la diabolisation ?

 

Nous ne sommes plus dans les années 1930 ni les années 1960 où ils pouvaient terroriser ceux qui osaient défier leur position dominante. Pour une grande partie de la jeunesse, le complexe d’infériorité a disparu. Je le répète, les boycotts sont là pour rappeler aux puissances économiques que le peuple existe. Ils sont là pour raccourcir la distance entre les élites et le peuple. La distance que les grosses voitures aux vitres teintées, les maisons bien cachées et les moyens économiques savent creuser. Ces élites préfèrent nous voir aller de soirées en soirées, de concerts en concerts. Elles préfèrent nous voir surfer sur notre portable dernier cri. Elles préfèrent nous voir rentrer dans les rangs prévus pour nous sans faire de vague. Lorsqu’on se tue entre nous, elles n’ont pas de mots assez durs pour critiquer l’apathie de la jeunesse. Mais lorsque cette jeunesse canalise sa frustration, son désir de dignité, on nous demande d’être responsable. Un jour ou deux jours dans une année où nous venons nous faire entendre dans un commerce, est-ce la raison des difficultés économiques du pays ? Non, les raisons sont ailleurs donc arrêtez de faire de nous vos boucs émissaires.

Les militants qui s’organisent et qui veulent être acteurs de leur histoire ne cherchent pas à salir l’image du pays ni à heurter son activité économique. La fréquentation du pays n’a pas souffert de cela. Nous n’avons jamais été dans un hôtel ou sur un port à la descente d'un bateau de croisière pour manifester. Arrêtez de nous servir cette soupe à chaque fois. Un jour c’est le clip de Kalash, un autre jour, ce sont les opérations de boycott. On devrait se contenter des cancers de nos parents, de notre beau taux de chômage, des recrutements de cadre européens et de l’activité des lobbyistes à Bruxelles pour défendre les quotas des producteurs de bananes. Nous, nous leur demandons de personne responsable à personne responsable de montrer leur bonne volonté et d’arrêter de nous ignorer. On comprend bien qu’ils ne veuillent pas de cette présence devant leur commerce. On comprend qu'avoir le doigt pointé sur eux n'est pas agréable. Nous aussi, on a autre chose à faire. On a un pays à construire, des enfants à élever, des projets à mener et une santé à protéger.

S’ils ne veulent pas attirer ce genre de manifestations, qu’ils rencontrent une délégation de militants pour écouter leurs doléances et y répondre. Tant que ça se passe dans d’autres pays, c’est admirable, c’est courageux mais dès que ça arrive chez nous, c’est irresponsable. Tant que nous fermons notre bouche et que nous adorons le dieu de la consommation dans leurs temples lumineux tous les week-ends, nous sommes raisonnables. Mais quand nous disons stop un jour sur 365, nous devenons déraisonnables. Pourquoi ils ne demandent pas aux consommateurs du pays d'être plus responsables ? Sont-ils raisonnables lorsqu’ils vendent des produits chez nous deux fois plus cher qu’ailleurs depuis si longtemps ? Sont-ils raisonnables lorsqu’ils restent silencieux alors que des documentaires, des chercheurs, des anciens responsables de services pointent le doigt vers leurs responsabilités dans l’empoisonnement du pays, dans l’abus de leur position dominante, dans la profitasyon qu’entraine un petit marché comme le nôtre ? Mention spéciale pour l’actuel dirigeant de Lagarrigue qui, au lieu de se fendre d’un communiqué, lui, est sorti de son silence et a proposé de rencontrer une délégation de militants. Mention spéciale aussi pour ceux et celles qui ont pris du gaz lacrymogène dans la figure et sont quand même restés, après avoir craché leurs tripes, pour faire entendre leur voix à Génipa.

Je loue la détermination des chefs d’entreprises du pays. Il faut savoir être courageux, novateur et résilient pour tenir une affaire au pays. Nous comprenons tous qu’il y a entreprise et entreprise au pays. Lé piti pa ka viv kon lé gwo. Nous ne voulons pas causer du tort à leur activité. Les mêmes qui saluent l’’engagement d’hommes comme Martin Luther King et Nelson Mandela, de femmes comme Angela Davis ou Priscillia Ludosky, viennent nous demander d’être raisonnables. Je suppose que du temps de ces grands hommes et de ces grandes femmes, ils auraient été dans le cortège de voix qui leur demandaient à eux aussi d’être raisonnables. Si j'avais une chose, une seule chose, à demander aux militant.e.s, ce serait de bannir les insultes envers les consommateurs qui n'ont pas les mêmes opinions qu'eux. Nous pouvons échanger mais les insultes et e dénigrement ne nous grandissent pas. J’ai une bonne nouvelle pour vous et pour les puissances d’argent en Martinique. Nous sommes raisonnables ! Si nous n’étions pas raisonnables, avec près de 40% de chômage pour les moins de 30 ans, le pays aurait pu être dans un autre état. Seulement vient un temps où le vieil ordre socioéconomique qui nous fait déjà tant de mal doit mourir. A mon tour je vous demande d’être raisonnable et de commencer les négociations avec les activistes !

Steve Gadet

 

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Grenade et d'autres Etats membres de l'Organisation des États des Caraïbes Orientales (OECO) vont bénéficier de 10,6 millions d’euros, dans le cadre d’un programme de l’AMC, l'Alliance mondiale pou

Le  sixième Sommet de Chefs d’Etat et/ou de Gouvernement de l’Association des Etats de la Caraïbe (AEC) se tiendra à  Mérida,  au Mexique, du 28 au 30 avril 2014.

Saint-Vincent-et-les-Grenadines se prépare à un boom touristique avec l'ouverture prévue de son premier aéroport international en 2015. La ministre du tourisme, des sports et de la culture, Cecil M

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Pour son 75ème anniversaire, l’Union des Femmes de Martinique a invité Angela Davis. Une initiative qui a eu un immense succès.

Pour le mouvement politique Péyi-a, « désormais l'égalité, ce n'est plus d'élever les retrait

Pourquoi ces associations d’entreprises demandent seulement aux activistes d’être raisonnables ?

Les responsables de l'empoisonnement au chlordécone des populations de Martinique ne peuvent plus vendre tranquillement.

Pour le CNCP (Comité National des Comités Populaires), le Président démissionnaire du Chili, Évo Morales a été chassé du pouvoir, victime de la stratégie des classes dominantes prédatrices.

Pages

1 2 3 4 5 »