Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

La honte s’est rependue sur la Martinique ce Mardi gras quand au journal du soir de Martinique 1ère, s'est affiché un désolant spectacle offert par Juvénal Rémir et le chef cuisinier Jean-Charles Bredas au Salon de l'Agriculture à Paris. Les deux Martiniquais s’affichant fièrement aux cotés de Marine Le Pen, la présidente du parti d’extrême droite. Le diable se cachant toujours dans les détails, beaucoup de téléspectateurs n’ont pas remarqué une autre blonde sur la photo, Muriel Palandri, la présidente de Datex mais aussi, entre autres, de l'Usine Piment où travaille le cuisinier Bredas.  Sur notre pays un vent de souillure a soufflé, le pays où nos ancêtres ont été déportés, où ils ont été vendus comme de la marchandise, torturés au nom d'un préjugé de supériorité de la race blanche. Le pays où sont nés deux éminents anti-colonialistes, Aimé Césaire et Frantz Fanon. La terre de Martinique tremble de honte.

Le reportage de Martinique 1ère au Salon de l’Agriculture de Paris à laissé sans voix beaucoup de Martiniquais. On y découvre l’agriculteur Juvénal Rémir, qui traine dans le salon aux cotés de la présidente du Front National. Les images suivantes finissent d’assommer les téléspectateurs qui entendent Marine Le Pen voyant l’engouement qu’elle suscite autour d’elle, s’exclamer : « Venez dans mes bras ». S’avance tout sourire, les bras ouverts, le chef cuisinier Jean-Charles Bredas. Celle qui défend une France blanche semble se raidir, d’autant qu’à sa gauche elle supporte déjà un autre Noir, le cuisinier Patrick Pijulet.

Tout de suite sur les réseaux sociaux les commentaires exprimant la honte ressentie à la vue de ces images pleuvent. Ce soir de mardi gras on ne commente pas les vidés du jour mais le carnaval des autres auquel Juvénal Rémir et le chef Bredas ont participé. Le sujet enflamme la toile. Mais la présence de Juvénal Rémir, n’étonne pas, il a publiquement depuis plus d’un an déclaré sa flamme à celle qui fréquente le bal des néonazis de Vienne, au prétexte que « les Martiniquais veulent entendre Marine Le Pen »

Juvénal Rémir qui s’est fait remarquer en dénonçant les « gros mordants » dont on le sait très proche, est vu comme l’homme des békés dont l’un de leur cousin, l’industriel Alain Huyghues-Despointes, avait fait scandale en tenant des propos suintant le racisme dans un documentaire de Canal + « Les Derniers Maîtres de la Martinique». Regrettant que les historiens ne s’intéressent pas davantage « aux cotés positifs de l’esclavage » il avait déclaré devant les caméras de la chaine crypté, vouloir « préserver la race » parce que «  Quand je vois des familles métissées avec des Blancs et des Noirs, les enfants naissent de couleurs différentes, il n'y a pas d'harmonie ».

Pour beaucoup l’adhésion au Front National de Juvénal Rémir pourrait donc s’expliquer par cette proximité. C'est surtout la présence du chef cuisiner Jean-Charles Bredas qui va dans les bras de Marine Le Pen qui a surpris et à lire les nombreux commentaires sur les réseaux sociaux, il risque bien de perdre la sympathie qu’avaient pour lui quelques clients.

 

 

Le stand de Martinique ou celui de la honte

Le piteux spectacle au stand martiniquais du Salon de l’Agriculture se pimente quand on voit pour la pose photo, Muriel Palendri, la multi présidente d’entreprises en Martinique et aussi en Guadeloupe dont DATEX, mais aussi l’usine P.I.M.E.N.T (Production Industrielle des Mets Endogènes Naturels de Tradition) dont Jean-Claude Bredas est le cuisinier.

Interrogée par France-Antilles (26 juin 2015), qui lui demande qui l’accompagne dans l’aventure de PIMENT, la présidente, proche d’Eric De Lucy, annonçait la nouvelle :

« Au capital, personne. Mais ce sont des équipes, notamment celles de Datex, dont le savoir-faire se décline depuis plus de vingt ans. Et il y a Jean-Charles Brédas qui confectionne l'ensemble des plats proposés. »

Elle ajoute : « Mais ce sont surtout les agriculteurs. C'est toute la chaîne d'approvisionnement qui permet « Piment », avec notamment MAIA. Ce marché existe grâce à eux et nous leur proposons de valoriser leur production. Nous les assistons pour la plantation, la récolte, la distribution et la commercialisation. »

La naissance de MAIA ((Marché Agricole d’Intérêts Antillais) fait suite à une décision du Tribunal de Grande Instance du 19 mars 2015, comme l’explique le site Contact Entreprise (26 mars 2015) : 

« Par ordonnance du 19 mars 2015, le Tribunal de Grande Instance de FortdeFrance a décidé d’attribuer la cession de l’enseigne, de la marque et du bail attachés aux entreprises liquidées SOCOPMA et SOCOPGEL à la société MAIA (Marché Agricole d’Intérêts Antillais), constituée de la coopérative CHM (Coopérative Horticole de la Martinique) présidée par Claude MARIELOUISE, et de la société PMP SARL (Production Multi Process), filiale du groupe DATEX présidée par Muriel PALANDRI. »

Juvénal Rémir était l’un des actionnaires de la SOCOPMA qui a été liquidée et est passée entre les mains de la MAIA de Muriel Palandri. D’ailleurs à l’annonce de la création de cette nouvelle entité, il étais assis aux cotés de cette dernière, comme en témoigne cette photo de RCI.

 

Marine Le Pen la candidate des Blancs riches

Que Muriel Palandri s’affiche aux cotés de Marine Le Pen la candidate de l’argent, celle dont la richesse de sa famille est connue et qui contrairement à ses annonces ne défend que les intérêts des plus puissants, on peut le comprendre. L’extrême droite française prône la haine des étrangers, elle défend une France blanche, c’est un parti raciste et xénophobe, haineux.

Que viennent chercher Juvénal Rémir et Jean-Charles Bredas aux cotés de la chef de file de l’extrême droite française ? La fille de Jean-Marie le Pen continue la politique de son père et la dédiabolisation de son parti par les médias, dont le service publique de radio et de télévision, ne trompe personne.

 

Que dire de cette photo du journaliste de la télé d’outre-mer, Alex Uri, qui se précipite pour poser, collé à celle qui vient d’adresser une menace claire aux fonctionnaires, aux magistrats, aux policiers qui feraient leur travail dans les affaires de justice la concernant ? Une menace qui a fait un tollé en France et qui a provoqué des réactions, jusqu’au sommet de l’Etat.

 

 

Les menaces de Marine Le Pen  aux fonctionnaires rappelle les sombres temps de l’épuration sous Vichy, qu’a défendu son père. On voit passer l'ombre du maréchal Pétain qui proclamait dans son discours aux Français le 13 août 1940 : « La France nouvelle réclame des serviteurs animés d’un esprit nouveau », suffisamment « français » et « loyaux »

 

Comment comprendre que la montée des partis d’extrême droite qui sèment la haine raciale, la violence contre les étrangers, inquiète en Europe et que des Noirs puissent se tourner vers ce parti dont le racisme est connu, dont les propos haineux contre les Noirs et les Arabes s’étalent sur les réseaux sociaux ?  Comment oublier l’insulte faite à Christiane Taubira traitée de singe parce qu’elle est Noire ?

Lundi 27 février, la veille de ce lamentable moment au Salon de l'Agriculture, Marine Le Pen tenait au Mont-Saint-Michel un discours identitaire qui inquiète dans son pays. La Une « Libération » ce mardi gras en témoigne : « Le Pen souffle le chaud et l’effroi.»

Le quotidien cite les propos de la candidate FN à la présidentielle : « Pas de mention directe du christianisme, mais l’évocation de «deux mille ans d’histoire», d’un sentiment de «transcendance» et d’un attachement charnel au terreau national. «Nous allons apprendre à nos enfants à aimer la France, a promis la candidate. Il nous faut redevenir une nation de sentiments : si nous ne sommes nation que par la raison, il n’y aura que des Français administratifs.»

Juvénal Rémir, le chef Bredas et tous ces Antillais qui écoutent Marine Le Pen n’ont-ils pas compris que pour ce Parti raciste et xénophobe, ils ne seront avec leur peau noire ou basanée, que des « Français administratifs » ?  On sait ce que ces mots signifient pour le parti de la haine.

Dans une France gouvernée par l’extrême droite, quand de son balcon un raciste verra passer un Noir, il ne lui demande pas sa carte d’identité, il crachera ou descendra l’attaquer physiquement.

Comment comprendre que des Noirs puissent se coller à Marine Le Pen qui a pris la défense de la police après l’agression raciste qu’a subi Théo à Aulnay sous Bois ? Le jeune homme a dû être hospitalisé plusieurs jours après une intervention chirurgicale et risque de garder à vie les séquelles du viol qu’il a subi lors d’un contrôle d’identité. 

Une récente enquête réalisée début 2016 par Ipsos et récemment publiée, révèle ce que dans le quotidien les basanés savent en France :  « Les jeunes hommes Noirs ou Arabes ont 20 fois plus de chances d'être contrôlés que les autres. »

Nos enfants sont obligés de quitter leur pays à cause du chômage et aller en France s’exposer au racisme qui monte. Qui en Martinique ou en Guadeloupe n’a pas un fils, une fille, un parent proche vivant en France à cause de la déportation déguisée du Bumidom ?

Ces traitres qui s’allient à l’extrême droite raciste pensent-ils au danger qui menace nos compatriotes si le parti de Marine Le Pen dirige la France ? Celles et ceux qui font le choix de s’allier à nos ennemis deviennent nos ennemis. Nous, enfants d’une terre qui a connu la barbarie raciste, il est de notre devoir de combattre toutes les formes de rejet de l’autre.

C‘est à nous qui avons eu honte de ces images vues à la télé de combattre la montée de l’extrême droite qui nous menace nous, autant que les nôtres vivant en France. Un parti qui menace aussi la démocratie qui garantie nos droits et nos libertés. Il ne suffit pas de s'indigner sur les réseaux sociaux, mais bien de se lever pendant qu'il est encore temps, avant que la bête immonde ne nous emporte.

Lisa David

 

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le Ministre de l'Éducation de Sainte-Lucie,  Docteur Robert Lewis,  a nié que son pays soit sous la pression du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (

Le Premier ministre, Kamla Persad Bissessar, a effectué une visite inattendue à l'environnementaliste Dr Wayne Kublalsingh, qui a été admis dans

L'Association de la fonction publique (PSA) a appelé vendredi le Premier ministre Kamla Persad Bissessar à faire une déclaration définitive en ce qui concerne l’organisation du carnaval l'année pr

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

 

La triste nouvelle est tombée ce mercredi matin, le professeur Jean Bernabé est décédé.

Le chef d'entreprise Gilles De Reynal avait accepté en 1994, une interview vérité pour le  journal « Antilla », où Lisa David a été collaboratrice de nombreuses années

Il n’y a pas que le carême qui rend chaud ce mois d’Avril en Martinique. Le climat social qui se réchauffe met le pays sur le fil du rasoir.

Le Président de la collectivité Territoriale de Martinique, Alfred Marie-Jeanne est actuellement à Bruxelles où il est intervenu au IVème Forum des Régions Ultrapériph

Pages

1 2 3 4 5 »