Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Le Président d'Haïti, Michel Martelly a annoncé la création d'une commission pour régler la crise politique du pays qui s'aggrave, alors que les manifestants de l'opposition ont prévu de poursuivre leurs protestations de rues ce samedi, pour le forcer à sortir de son bureau. Dans une brève allocution sur la chaîne nationale diffusée vendredi soir, Michel Martelly, qui est en pourparlers avec divers intervenants pour faire face à la crise, a reconnu que le pays est confrontée à de nombreux défis.

Des milliers d’Haïtiens ont  manifesté vendredi à Port-au-Prince pour exiger la démission du président Michel Martelly et du Premier ministre Laurent Lamothe et réclamer la tenue d’élections libres. Le mandat du parlement actuel prendra fin le 12 janvier 2015, mais le gouvernement de Michel Martelly a reporté les élections législatives et municipales qui étaient initialement prévues le 26 octobre, sans fixer de nouvelle date, provoquant la crise politique actuelle.

                                        

Les partis d'opposition craignent que le vide parlementaire ne conduise le Président Martelly à diriger le pays par décrets. Les importantes manifestations de ce vendredi ont poussé le Président à faire une déclaration, mais dans la rue c'est son départ et celui de son gouvernement que la foule réclame. Des barricades faites de pierres et de pneus enflammés ont été érigées dans les rues, notamment au nord de la capitale, Port-au-Prince. Les manifestants ont marché en direction du Palais national aux cris de : « A bas Martelly, à bas Lamothe chef de la corruption. Ils doivent partir ! »

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

« On nous aime, mais on ne nous respecte pas. » Ainsi parlait un pompier, Mickaël Cavely, représentant syndical de la CGTM le 16 février.

Le président intérimaire d'Haïti, Jocelerme Privert, a nommé un nouveau Premier ministre, Enex Jean-Charles, un fonctionnaire et professeur de droit administratif, aute

Lundi il y aura 6 jours que la grève est commencée à la CTM et le climat de haine politique qui y règne, peut légitimement inquiéter.

Pages

« 3 4 5 6 7 »

Articles récents

Les responsables de l'empoisonnement au chlordécone des populations de Martinique ne peuvent plus vendre tranquillement.

Pour le CNCP (Comité National des Comités Populaires), le Président démissionnaire du Chili, Évo Morales a été chassé du pouvoir, victime de la stratégie des classes dominantes prédatrices.

L’affaire se murmure dans les couloirs de la CTM, mais personne n’ose affronter le vent mauvais qui souffle depuis de longs mois dans la collectivité.

Cette obsession du drapeau français sous lequel nous cherchons désespérément une place, ne produit pas toujours le meilleur.

L’assemblée Générale du MIM (Mouvement Indépendantiste Martiniquais) est une fois de plus reportée.  Présidé par Alfred Marie-Jeanne qui élimine sans crier gare toutes

Pages

« < 3 4 5 6 7 »