Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Un haut fonctionnaire des Nations Unies a exprimé aujourd'hui sa profonde préoccupation sur l'impasse politique dans le pays. Sandra Honoré, chef de la Mission de stabilisation des Nations Unies en Haïti (MINUSTAH), a déclaré que la disposition clé de l’ Accord El Rancho récemment adoptée, qui implique la formation d'un nouveau gouvernement, les changements dans la composition de la commission électorale et une nouvelle législature installée, n'ont pas été mis en œuvre en raison de l'impasse politique. 

La mise en place en temps opportun du corps électoral a été entravée par un groupe de politiciens opposés à l'Accord El Rancho qui a régulièrement empêché le quorum requis. 

Soulignant qu'aucun accord n'avait été conclu sur le cadre nécessaire pour que les élections se tiennent, Mme Honoré a exprimé sa préoccupation particulière sur l'incapacité à effectuer les élections avant la fin de l'année, ce qui peut se traduire par «la création d'un vide institutionnel. »

Dans ce contexte, elle a appelé à une solution immédiate basée sur le droit, saluant les signes récents de la volonté de la politique des parties à renouveler un dialogue inclusif, et l'intention du président Michel Martelly d’ engager des discussions avec l'opposition et la société civile.

«Je me félicite de ces diverses tentatives de trouver une solution consensuelle à travers le dialogue, dès que possible, je tiens également à faire appel à tous les acteurs concernés pour veiller à ce que la solution s’appuie sur ​​la base de la Constitution et dans un cadre juridique solide qui permette des élections crédibles, inclusives et transparentes en faveur d'une transition démocratique pacifique en 2015 », a t-elle dit au Conseil.

Mme Honoré a ensuite fait remarquer que l'environnement de sécurité globale, y compris les cinq départements laissés vacants par la composante militaire de la MINUSTAH, est demeurée relativement stable, ajoutant que seulement un cinquième des manifestations sont de motif politique, alors que les causes de la plupart d'entre elles sont enracinées dans les problèmes socio-économiques, tels que le manque d'accès à l'éducation, l'électricité et l'eau.

Soulignant l'importance cruciale de garantir la sécurité avec la mise en œuvre du Plan de développement de la PNH 2012-2016, elle a appelé à l'amélioration de la capacité opérationnelle de la police nationale.

« Défis structurels et techniques tels que la faiblesse de la capacité administrative et de contrôle interne, la couverture régionale et la capacité limitée des institutions dans des domaines spécialisés, y compris la gestion des prisons demeurent et nécessitent un redoublement des efforts déployés par le Gouvernement haïtien et ses partenaires internationaux. »

Quant à la situation humanitaire, Mme Honoré a félicité le Gouvernement haïtien et ses partenaires internationaux pour leurs efforts dans la mise en œuvre du plan d'élimination du choléra, qui a conduit à la réduction significative de l'ampleur de l'épidémie. Elle a également salué les initiatives du Gouvernement dans la sphère économique visant à attirer les investisseurs, stimuler la croissance économique et la création d'emplois.

Mme Honoré a également noté que, parmi les défis auxquels Haïti fait face dans le domaine de la consolidation de la démocratie et la primauté du droit, la reconfiguration de la composante militaire de la MINUSTAH de deux bataillons, recommandée par le Secrétaire général, permettrait d'assurer « une présence de stabilisation adéquate pour soutenir les institutions haïtiennes , notamment dans le cadre du cycle électoral prochain et la poursuite du développement de la Police nationale haïtienne. « 

L'émissaire a également souligné le rôle essentiel des réformes globales du secteur de la justice pour l'évolution positive du pays.

« Sans un système de justice qui fonctionne bien, même la police la mieux entraînée et équipée ne sera pas en mesure de s'acquitter de ses obligations de fournir un environnement sûr et sécurisé, d'appliquer la loi, et, en définitive, de protéger les droits des citoyens haïtiens »,  a-t-elle dit.

Enfin, Mme Honoré a réitéré son appel pour que les institutions de l'Etat et les acteurs de la vie publique, continuent à s'acquitter de leurs obligations et d'assumer un plus grand leadership pour maintenir les progrès vers la paix, la sécurité et la stabilité à travers la consolidation du processus démocratique, l'Etat de droit et la bonne gouvernance. Elle a également souligné que ces objectifs ont exigé la coopération internationale, y compris une aide financière supplémentaire de partenaires mondiaux.

«Nous allons travailler avec le gouvernement, les Nations Unies et les partenaires internationaux d'Haïti, à élaborer un plan global de transition qui sous-tend la réduction progressive de l'empreinte de la mission, » a-t-elle conclu.

 Mme Sandra Honoré, de Trinité-et-Tobago, a été nommé Représentant spécial et Chef de la Mission de stabilisation des Nations Unies en Haïti (MINUSTAH) par le Secrétaire général Ban Ki-moon, en mai 2013.

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Saint-Kitts-et-Nevis célèbre ce vendredi 19 septembre, en grande pompe, le 31e anniversaire de son indépendance acquise contre la Grande Bretagne en 1983.

Dans un message de nouvel an à la population de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), le Secrétaire général, l'Ambassadeur Irwin LaRocque, a  déclaré que le mouvement d

Dire que le climat politique actuel en Martinique est détestable, c'est un euphémisme.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Les précisions scientifiques confirmant les conséquences dramatiques du Chlordécone sur la santé des Martiniquais et des Guadeloupéens se succèdent.

Il apparaît devant le public le dimanche gras d’habitude, mais déjà ce vendredi, 3 jours avant, Vaval se présente sur les réseaux sociaux. Vaval est dans l’air du temps !

Un groupe de militants du MIM a signé une lettre ouverte pour condamner les quelques élus de la CTM qui, après le scandale du Chlordécone, ont fait « le choix d’infliger à la population Martini

Dans son discours à l’occasion de la commémoration des 20 ans de l’assassinat du Préfet Claude Erignac, le Président de la République a déclaré que « ce qui s’est p

Pages

1 2 3 4 5 »