Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Cinq ans après le terrible tremblement de terre de magnitude 7,0 qui a frappé Haïti, juste avant 17 heures le 12 janvier 2010, le pays porte encore les stigmates de cette catastrophe qui a tué environ 300 000 personnes. Aujourd’hui 80 000 personnes vivent toujours dans les camps et l’intérêt de la communauté internationale qui avait tant promis, est retombé.  Le pays est actuellement secoué par une crise politique rythmée de nombreuses manifestions de rue, pour obtenir la démission du Président Michel Martelly. Les manifestants interrogent aussi : « où est passé l'argent de la reconstruction ?»

 

Le Secrétaire général adjoint de l'OEA, Albert Ramdin, qui est également président du Groupe des amis d'Haïti, a rappelé que depuis 2010, au moins 94% des ménages déplacés à la suite du tremblement de terre, ont été relogés. Il a souligné que l'enlèvement des débris a cédé la place à la reconstruction, l'amélioration des infrastructures, la croissance économique et la création d'emplois.

«Plus d'enfants vont maintenant à l'école qu'avant et les indicateurs de santé s'améliorent. Le travail qui a été fait au cours des dernières années a produit des résultats concrets qui devraient être célébrés, mais dans le même temps, nous ne devons pas perdre de vue tout ce qui reste à faire, dans l'unité » a déclaré Albert Ramdin.

Le Secrétaire général de l'Organisation des États américains, José Miguel Insulza, a déclaré que « pour le bien-être de la population, il est impératif que tous les acteurs de la nation haïtienne unissent leurs efforts, pour trouver les accords nécessaires afin de préserver les réalisations qui ont été faites et pour assurer un développement durable en Haïti ». Il a ajouté que « c’est d'autant plus urgent, que la date limite pour résoudre la crise politique qui menace les institutions d'un pays démocratique, approche ». José Miguel Insulza a déclaré que l'OEA salue les efforts intensifs du président Martelly et du Parlement, au cours des dernières semaines, pour s’entendre sur la voie à suivre.

Il a exhorté tous les acteurs politiques à « travailler ensemble pour créer les conditions nécessaires à la tenue d'élections libres et transparentes en 2015, qui sont essentielles à la préservation des acquis démocratiques et à la stabilité politique du pays.

« La meilleure façon d'honorer les milliers de victimes de cette catastrophe est de surmonter les blocages politiques et autres difficultés, avec courage et dans l'unité, afin de poursuivre sans délai, les travaux nécessaires pour permettre à Haïti et à sa population d’atteindre leur plein développement. » 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le militant écologiste Dr Wayne Kublalsingh,  connu pour avoir mené des campagnes réussies contre les grandes multinationales a commencé une grève de la faim mercredi, devant le bureau du Premier m

Le Premier ministre Ralph Gonsalves a quitté l'hôpital de Cuba, 10 jours après son arrivée sur l’île pour recevoir un traitement à cause d'un traumatisme à la jambe.

Mélissa, l’adolescente de 15 ans qui avai quitté le domicile familial depuis une semaine, sans donner de nouvelles, a été retrouvée mercredi chez une proche.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Élections ou pas les brigades financières continuent à fouiller dans les magouilles politiques qui pourrissent le pays…

La Martinique va bientôt accueillir pour la première fois de son histoire une femme, au poste de Procureur de la République.

C’était Samedi 25 avril à Fort-de-France, le rassemblement condu

En grève depuis une semaine, les lycéens en classe de 2BTS MHR Management en Hôtellerie-Restauration du Lycée Nord Caraïbe de Bellefontaine ne savent plus à quel saint se vouer, face au lourd silen

Le Galion retire de la vente, de facon immédiate, du sucre venu d'ailleurs pour cause de présence de corps étrangers métalliques. Le Martiniquais découvre à cette occasion que son sucre n’est pas s

Pages

1 2 3 4 5 »