Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Mercredi les images de gendarmes aspergeant de gaz lacrymogène des élus venus tenter de discuter sur la route du Centre Spatial de Kourou, ont fait le buzz sur les réseaux sociaux. Les manifestants tentaient de se rendre vers le centre spacial, les gendarmes leurs ordonnaient de reculer, et les élus qui voulaient empêcher des affrontement ont cru que les représentants des forces de l'ordre allaient les respecter. Ce jeudi c’est toute la Guyane qui commence à se lever pour exiger plus de sécurité et faire aboutir une liste de revendications présentées par les organisations syndicales. L’avion d’Air France arrivant de Paris a dû faire demi-tour, alors que déjà le lancement d’Ariane-5 a dû être reporté pour cause de grève à 80% des salariés de la société, qui devaient la déplacer jusqu’à son pas de tir. Sur sa page Twitter la ministre des outre-mer, Ericka Bareigts, a publié ce matin un communiqué où elle fait des propositions pour sortir de la crise, mais elle précise que « la levée des blocages permettrait que les discussions se déroulent dans un climat apaisé et constructif. » Les Guyanais semblent déjà répondre : « toutt jé sé jé, mé mété bwa an tchou makak pa jé » !

La population guyanaise répond à l'appel des organisations mobilisées et au fil des heures les groupes sont de plus en plus importants dans les rues. La ministre qui demande de lever les barrages ne risque pas d'être entendue. 

Le communiqué de la ministre a fait réagir Antoine Karam, Sénateur de la Guyane, sur sa page Twitter :

 

Et pour que les autorités comprennent bien que le pays a l'intention d'obtenir cette fois des réponses et surtout des actes concrets, les rideaux se baissent, les écoles sont fermées dans le pays où les organisations syndicales sont déterminées, tout comme "Les 500 frères" qui ont fermé la mairie de Cayenne".

 

 

L'avion d'Air France en provenance de Paris a du faire demi-tour.

 

 

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Comme aux heures sombres de l’histoire esclavagiste en Martinique, Louis Boutrin a choisi des vigiles accompagnés de chien, pour terroriser les grévistes du Parc Nature

Le climat social en Martinique se détériore, les grèves se répètent et leur durée s'allonge.

Le « Canard Enchaîné » révèle que sous les mots déguisés en colère, du chef du patronat français Pierre Gattaz, se cache un cri de joie.

Pages

« 2 3 4 5 6 »

Articles récents

Il apparaît devant le public le dimanche gras d’habitude, mais déjà ce vendredi, 3 jours avant, Vaval se présente sur les réseaux sociaux. Vaval est dans l’air du temps !

Un groupe de militants du MIM a signé une lettre ouverte pour condamner les quelques élus de la CTM qui, après le scandale du Chlordécone, ont fait « le choix d’infliger à la population Martini

Dans son discours à l’occasion de la commémoration des 20 ans de l’assassinat du Préfet Claude Erignac, le Président de la République a déclaré que « ce qui s’est p

Décidément les comportements de voyous se multiplient chez les élus martiniquais.

Pages

« < 2 3 4 5 6 »