Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Société

Le gouvernement français a suivi la demande du CRIFF (Conseil Représentatif des Institutions juives de France) d'interdire les manifestations qui visent à dénoncer le crime perpétré par Israël dans la bande de Gaza où des centaines de civils,  dont de nombreux enfants sont assassinés. Ainsi la France, pays des droits de l'homme ne reconnaît pas le droit à la vie, aux Palestiniens.

La Ligue des Droits de l'Homme déplore l'interdiction de la manifestation prévue à Paris demain samedi 19 juillet 2014. Une interdiction qui selon elle, constitue "une entrave manifeste à une liberté constitutionnelle et un déni de la réalité".

Le droit d'exprimer ses opinions pacifiquement, une responsabilité des pouvoirs publics

"La décision du ministère de l’Intérieur d’interdire une manifestation en faveur des droits du peuple palestinien au motif « de ne pas importer le conflit israélo-palestinien en France », après avoir autorisé la précédente, constitue une entrave manifeste à une liberté constitutionnelle, et un déni de la réalité.

Exiger la reconnaissance du droit du peuple palestinien à un Etat souverain aux frontières, aussi sûres et reconnues que celles de l’Etat d’Israël, ce n’est pas importer un conflit, c’est inscrire la politique française dans les principes qu’elle prétend défendre.

Au moment où la liste des victimes civiles – même si le rappel de la prohibition absolue de tels actes envers toutes les populations civiles s’impose – s’allonge de manière effrayante, il ne sert à rien de tenter d’étouffer le sentiment de révolte que provoque l’intervention militaire israélienne contre la population de Gaza, sauf à vouloir un peu plus accréditer que le gouvernement a fait le choix partisan d’un camp.

La LDH entend rappeler avec force que le conflit israélo-palestinien ne peut conduire à assigner à résidence communautaire telle ou telle partie de la population. A ce titre, s’en prendre à des lieux de culte et aux croyants est inadmissible et doit être sanctionné.

En même temps, à en croire les comptes rendus de presse, les faits en cause ont fait l’objet d’un traitement judiciaire partial, en ne rendant pas compte du rôle de la Ligue de défense juive dans leur déroulement. La LDH a déjà eu l’occasion de s’étonner du traitement de faveur dont bénéficie cette organisation qui n’a jamais caché qu’elle se comporte, à l’encontre de la loi, en milice supplétive de certains partis politiques israéliens membres du gouvernement de M. Netanyahou.

C’est sur les pouvoirs publics que pèse, avant tout, la responsabilité de faire respecter le droit de chacun à exprimer ses opinions pacifiquement et dans le cadre des lois de la République. La paix civile comme le libre débat démocratique ne peuvent être préservés que si les pouvoirs publics ont une attitude claire et impartiale."

Paris, le 18 juillet 2014

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Au moment où le dossier CEREGMIA confié à un juge d’instruction,  soulève toutes les rancœurs, toutes les manipulations, toutes les peurs et rage de celles et ceux qui ont bénéficié du système de d

Au moment où l’épidémie de chikungunya frappe toute la Caraïbe, beaucoup de justiciables martiniquais s’interrogent sur l’état de santé de la justice sous nos cocotiers.  Les symptômes du chik, mal

Le scandale des détournements de fonds au CEREGMIA n’a pas fini de faire couler de l’encre. Les plumes sont sorties au nom de l’honneur ou de l’indignité.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Le CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires) a choisi un titre provocateur pour dire le racisme institutionnalisé en France, déjà prouvé par les contrôles au

Philippe Joseph est professeur des Université d’Ecologie, de Biogéographie et de Botanique.

La côte martiniquaise allant des villes de Trinité à Saint-Anne, est incontestablement la plus belle.

Pages

1 2 3 4 5 »