Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

La Région Martinique réagit après des articles de presse, sur la nomination de Fred Célimène, Directeur du CEREGMIA, au Conseil d’Administration de l’IMSEPP, en qualité de représentant de l’Université des Antilles. Le bureau du Président du Conseil Régional communique un « relevé de décision du CA de l’UAG du 19 juin 2012 », signé de Pascal Saffache, Président de l’UAG à cette époque. 

La nomination de Fred Célimène a été découverte par les élus régionaux lors de la séance plénière du 18 décembre 2014, quand un document de l'Institut Martiniquais de Statistiques et d'Évaluation des Politiques Publiques (IMSEPP) leur a été distribué. Le groupe des Patriotes n’a pas tardé à réagir, s’étonnant de ce choix. Certains médias dont freepawol (Céregmia fort dans le marigot | Free Pawol), ont rapporté cette information qui fait réagir aujourd’hui le Conseil Régional. 

Ce document communiqué à la presse, signé de Pascal Saffache, atteste que « le Professeur Fred Célimène a bien été désigné pour représenter l’UAG au CA de l’IMSEPP. » On se demande pourquoi ce «bien» ? 

Document qui se conclut par : «  pour faire valoir ce que de droit ».

La communication de cette attestation intervient ce lundi 26 janvier, au moment où s’ouvre le Conseil de discipline, dépaysé à Toulouse, pour les dirigeants du CEREGMIA Fred Célimène et Kinvi Logossah, ainsi que Eric Carpin, doyen de la Faculté de Droit et d’Economie.

La presse et certains élus, pas seulement de l’opposition, ont-ils commis une erreur ou une faute, en s’étonnant de cette nomination ?

NON ! Et cette attestation communiquée ce jour le démontre :

Le document de l’IMSEP (Institut Martiniquais de Statistiques et d'Évaluation  des Politiques Publiques) que les élus régionaux ont découvert lors de la Commission Plénière de décembre dernier, indique que Fred Célimène est secrétaire du Conseil d’Administration en qualité de représentant de l’Université des Antilles.

Mais l’université des Antilles est née de la scission de l’UAG, en 2014, qui a entraîné le départ du pôle Guyane, devenu l’Université de Guyane. Le décret entérinant la création de l’Université de Guyane date du 30 juillet 2014.

Donc Pascal Saffache n’a pu être président de l’Université des Antilles en juin 2012, elle n’était pas née.

Pascal Saffache était président de  l’Université Antilles-Guyane, jusqu’à fin de l’année 2012, ne briguant pas un nouveau mandat, il a été chargé de gérer les affaires courantes jusqu’à la nomination de son successeur. Ce fut Corinne Mencé-Caster, élue présidente de l’UAG le 25 janvier 2013.

En 2012 à l'UAG on connaissait dèjà les irrégularités signalées par la Cour des Comptes dès 1999

Il faut rappeler que si le rapport accablant de la Cour des comptes sur la gestion 2005 à 2010 de l’UAG, soulignant les irrégularités au CEREGMIA est datée du 11 janvier 2013, les dirigeants n’ignoraient pas qu’un précédent rapport provisoire de 1999, faisait déjà̀ état de « situations appelant des sanctions, sinon des correctifs sévères», comme le rappelle d’ailleurs le Rapport d’Information du Sénat d’Avril 2014.

Ils ne pouvaient ignorer non plus que suite à un précédent contrôle, l’institution de la rue Cambon avait fait le 20 mars 2007, une communication au Procureur général, ayant constaté que :

« à fin 2000, le CEREGMIA avait accumulé un déficit de 140 813,86 € provenant d’une part d’une insuffisance de recettes réalisées et d’autre part d’un non respect des procédures de dépenses. En outre, M. Célimène était depuis juillet 1999 gérant d’une société privée, la « Compagnie de Pêche Antillaise » (CPA), propriétaire de trois bateaux de pêche. Le Procureur général relevait que l’exercice prolongé d’une fonction de gérant d’une société commerciale contrevenait aux dispositions de l’article 25 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 obligeant les fonctionnaires à consacrer l’intégralité de leur activité professionnelle aux tâches qui leur sont confiées.

Saisie par le président de l’UAG le 30 mai 2007, la section disciplinaire de l’UAG compétente pour les enseignants-chercheurs a sanctionné M. Célimène d’une interdiction d’accéder à la classe supérieure de son corps pour une durée d’un an. »

Dans leur rapport de 2014  les Sénateurs s’étonnent et estiment qu’il est donc :

« Urgent de sanctionner les responsables d’une gestion pour laquelle un grand nombre d’irrégularités ont été́ relevées et de mettre fin à un système longtemps et plusieurs fois dénoncé́ mais qui a perduré en toute impunité́. Il est, à ce titre, particulièrement regrettable que l’Etat n’ait commandité une enquête administrative à l’IGAENR sur les responsables de ce laboratoire qu’à la fin de l’année 2013, alors même que la situation du CEREGMIA avait fait l’objet d’une communication du procureur général le 20 mars 2007. »

Il manquait peut-être à la Région l’attestation de rigueur dans la gestion de l’argent public.

La Région en communiquant l’attestation de Pascal Saffache, datée de 2012,  cherche à justifier cette nomination à l’IMSEPP. Il est vrai que Fred Célimène est présumé innocent et que l’attestation de Pascal Saffache ne vaut pas  certificat de bonne gestion de l’argent public. 

Plus personne en Martinique n’ignore les rapports accablants successifs, sur la gestion plus qu’irrégulière des fonds publics par le CEREGMIA, dirigé par Fred Célimène. Pourquoi la Région ne fait-elle pas le choix de revenir sur ce choix  au lieu de chercher à justifier une telle nomination qui évidemment interroge.

L’IMPSEPP est  financé par la Région, par l’argent public. Les électeurs ont le droit d’exiger que l’argent public soit géré par des personnes dont la probité n’est pas mise en doute dans une série de rapports qui ont provoqué l’ouverture d’une information judiciaire pour détournement de fonds publics et escroquerie en bande organisée.

Les chiffres publiés par cet institut sont déjà frappés de suspicion, comme le montre le commentaire du Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Martinique, dans une émission de radio récemment :

« Je dis simplement qu’il est de l’intérêt de tout le monde, pas seulement du citoyen, mais également des décideurs, de pouvoir débattre autour de l’objectivité et je ne suis pas certain qu’une institution qui est financée et pilotée exclusivement par le Conseil Régional, réunisse ces conditions. »

Serge Letchimy se réjouissait de la naissance de l’IMSEPP sur son blog le 6 décembre 2012 et il précisait que :

« Réunis en séance Plénière le 08 octobre 2012, les élus du Conseil Régional ont validé la création de l’IMSEPP, Institut Martiniquais de Statistique et d’Evaluation des Politiques Publiques.»

La carte d’identité de l’institut figure sur ses documents : une association dont la création est publiée au journal officiel  le 13 avril 2013 :

Association régie par la Loi et le Décret de 1901 – Identification RNA : W9M1005873 (JO du 13 avril 2013 – Annonce n° 2014 - Parution n° 20130015)

Sur le site du journal officiel : 

Fred Célimène a été choisi par l’UAG le 21 juin 2012, presqu’un an avant parution au Journal officiel et avant que les élus du Conseil Régional n'aient validé la création de l’IMSEPP qui affiche sur sa page Facebook comme date de création : le 6 novembre 2012.

Que dire de cet extrait du Procès Verbal de la Plénière du 18 décembre 2014 où un élu de l'opposition, Vincent Duville, interroge le Président de Région, Serge Letchimy, sur la nomination de Fred Célimène à lMSEPP :

L'attestation communiquée ce jour par la Région a au moins un effet, celui de provoquer enfin et opportunément, un sujet par la télévision de service public, Martinique 1ère,  qui dans l'évocation de cette affaire est bien la dernière. 

On n’a pas fini de parler du Ceregmia et de la presse libre, aussi.

 

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Articles liés

Le dossier du CEREGMIA ne finit plus d’occuper l’actualité.

Invité de l’émission radio « Décryptage » de Maurice Violton (Martinique 1ère ) ce lundi 19 janvier, Manuel Baudoin, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Martinique,

Dans la même rubrique...

Les hostilités sont bien ouvertes en Guadeloupe pour faire exploser l'Université des Antilles, comme le sous-entendait le Député et président du Conseil Régional de Gua

Le passage du cyclone Matthew sur la Martinique restera inscrit dans l’histoire du pays comme un raté de la Météo et des autorités préfectorales qui n’ont déclenché l’a

Dès 6 heure ce matin, les plus déterminés à empêcher le retour des protagonistes du CEREGMIA s’activaient pour installer poubelles, pneus et autres objets à l’entrée de

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Pour son 75ème anniversaire, l’Union des Femmes de Martinique a invité Angela Davis. Une initiative qui a eu un immense succès.

Pour le mouvement politique Péyi-a, « désormais l'égalité, ce n'est plus d'élever les retrait

Pourquoi ces associations d’entreprises demandent seulement aux activistes d’être raisonnables ?

Les responsables de l'empoisonnement au chlordécone des populations de Martinique ne peuvent plus vendre tranquillement.

Pour le CNCP (Comité National des Comités Populaires), le Président démissionnaire du Chili, Évo Morales a été chassé du pouvoir, victime de la stratégie des classes dominantes prédatrices.

Pages

1 2 3 4 5 »