Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Un nouveau Préfet est nommé en Martinique. Franck Robine a été directeur de cabinet de François Fillon à Matignon et a participé activement à la campagne électorale de l’ancien Premier ministre lors de la récente présidentielle. Agé de 50 ans, cet énarque qui a occupé de nombreuses fonctions, fait en Martinique ses  premiers pas de Préfet.

Franck Robine arrive des Pays de la Loire où il occupait à partir de décembre 2015 le poste de Directeur Général des services du Conseil Régional, présidé par le Vendéen Bruno Retailleau (UMP), un proche de François Fillon.

La Droite qui a remporté de nombreuses régions en 2015 a fait entrer de nombreux commis de l’Etat dans les collectivités locales, ce qui a inquiété l’Association des Administrateurs Territoriaux de France (AATF), qui avaient adressé une mise en garde aux présidents de région. Trente ans après la décentralisation et la création depuis 1997 d’un Institut des Etudes Supérieures de la Fonction Publique Territoriale (devenue Institut National des Etudes Territoriales – INET), il y avait de quoi s’inquiéter.

Pendant la campagne électorale pour la présidentielle, Franck Robine a fait partie avec Bruno Retailleau, de la garde rapprochée de l’ancien Premier ministre François Fillon, dont il a été le chef de cabinet à  partir de 2007 et conseiller parlementaire.

Préfet placé hors cadre depuis 2012, il a été Directeur Général des Services Départementaux des Alpes-Maritimes de 2013 à décembre 2015, sous la présidance d'Eric Ciotti. 

S'il a choisi la préfectorale à sa sortie de l’ENA (promotion Léon-Gambettaen 1993, le nouveau Préfet de Martinique a occupé de nombreuses fonctions dont celle d’expert national détaché à la Commission européenne, au sein de la direction générale Affaires économiques et financières.

Directeur adjoint des stages à l’ENA de janvier 2000  à  mai 2002, il devient ensuite le chef de cabinet d'Hervé Gaymard au ministère de l'Agriculture de mai 2002 à octobre 2004. Puis, direction la région Alsace où il a occupé le poste de Secrétaire Général pour les Affaires Régionales et Européennes jusqu’en 2006, avant d'être le directeur du cabinet de Christian Jacob, ministre de la Fonction publique.

Juin 2017 le filloniste retrouve la préfectorale et c’est en Martinique qu’il occupera son premier poste de Préfet, quelques jours après son anniversaire. Son candidat a été emporté par les affaires d’emplois fictifs de son épouse et de ses enfants. Peut-être une occasion manquée pour le nouveau Préfet qui aurait pu devenir ministre puisque le vendéen Bruno Retailleau dont il est un fidèle et avec qui il a mené la campagne de François Fillon, faisait parmi des favoris pour occuper le poste de Premier ministre, si le Sarthrois n’avait pas explosé en vol.

Les deux hommes se connaissent bien, le  Président du Conseil Régional des Pays de la Loire, l’avait choisi pour être son Directeur Général des services avec sous sa responsabilité 3000 agents. « Le Télégramme » du 29 novembre 2016 cite les deux hommes dans un article : « Depuis son élection à la Région, Bruno Retailleau n'a ainsi pas hésité à sabrer dans les effectifs, passant de 17 directeurs... à quatre. Une politique appliquée dans un style plus « cash » par son directeur général des services, Franck Robine. Un homme qui fut le chef de cabinet de... François Fillon à Matignon. »

Franck Robine n’arrive pas en novice en Martinique. Il est passé comme DGS dans les Collectivités locales, il connaît les cabinets ministériels, la Commission européenne où il a été détaché au sein de la direction générale des Affaires économiques et financières. Il a été le logisticien de la campagne électorale de François Fillon. Il n’ignore pas les négociations syndicales puisqu’il a, en sa qualité de DGS, ouvert des négociations sur le temps de travail, les rémunérations et les risques professionnels, à la Région Pays de la Loire.

Celui qu’on qualifiait d’homme de l’ombre de François Fillon et qui remplace Fabrice Rigoulet-Roze qui part en Charente-Maritime, n’a certainement pas été choisi au hasard par le gouvernement d’Emmanuel Macron. On saura très vite quelle face de son profil a été la plus déterminante pour représenter l’Etat en Martinique.

Lisa David

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Que peut-on demander à un élu, à un Parlementaire pour qui on a voté, sinon de s’occuper de la vie du pays, des réalités quotidiennes de ses électeurs ?

Quel esprit mauvais hante le Campus Caraïbéen des Arts pour qu’en séance plénière du Conseil Régional,  les mots qui ne sont pas dits,  provoquent des transes dans l’hémicycle ?

Saint-Kitts-et-Nevis célèbre ce vendredi 19 septembre, en grande pompe, le 31e anniversaire de son indépendance acquise contre la Grande Bretagne en 1983.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Les Vénézuéliens étaient appelés ce dimanche 16 juillet à voter, lors d’une consultation populaire organisée par l’opposition sans l'aval des autorités, dans le but de rejeter la future Assemblée

Lors du sommet G20 à Hambourg (7 et 8 juillet), Emmanuel Macron a estimé que l'un des défis de l'Afrique était « civilisationnel ».

L’écrivain Patrick Chamoiseau (Prix Goncourt 1992) qui  avait été recruté comme chargé de mission par Serge Letchimy, président de l’ex Conseil  Régional, pour piloter

Un nouveau Préfet est nommé en Martinique.

On a fini par s’y habituer, chaque fois que l’opposition EPNM à la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique) sait que  son catastrophique  bilan financier,  à la t

Pages

1 2 3 4 5 »