Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Francis Carole, président du mouvement politique PALIMA et aussi Conseiller exécutif de la CTM, ne reste pas insensible à l'actualité et la récente déclaration de François Fillon, l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, qui « exhale l'odeur pestilentielle de tous les discours révisionnistes et négationnistes sur l'esclavage et la colonisation », l'ont indigné. Dans un communiqué, Francis Carole rappelle que « ce que François Fillon appelle voluptueusement  "partage" a été en réalité une entreprise systématique de mépris, de destruction, de violence sans nom, d'élimination de populations entières, d'écrasement des cultures. »

 

Le « partage » de la culture selon un certain monsieur Fillon

 

La déclaration de François FILLON, le dimanche 28 août, à Sablé-sur-Sarthe, exhale l'odeur pestilentielle de tous les discours révisionnistes et négationnistes sur l'esclavage et la colonisation. « Non, La France n'est pas coupable d'avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d'Afrique, d'Asie et d'Amérique du Nord », s'indigne l'ancien Premier ministre français.

Le propos, à vrai dire, n'est pas nouveau. L'article 4 de la loi du 23 février 2005 -que nous avons combattu en son temps s'inscrivait dans la même veine fangeuse.

Il affirmait : « Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord et accordent à l’histoire et aux sacrifices des combattants de l’armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit » (article 4, alinéa 2).

Le prêchi-prêcha d'un certain Nicolas SARKOZY, à l'université Cheikh Anta Diop, à Dakar, le 26 juillet 2007, affichait encore plus violemment la volonté de rejeter le continent africain dans un éternel immobilisme, alors même que l'Afrique est le berceau de la civilisation : « Le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est jamais entré dans l'histoire.[...]. Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n'y a de place ni pour l'aventure humaine ni pour le progrès. »

Toutes ces prises de position ont en commun la négation du crime de l'esclavage, l'apologie du colonialisme, le mépris des civilisations non-européennes et le mythe  européocentrique d'une prétendue « mission civilisatrice de la France » qui sépare les êtres humains en « races supérieures » et en « races inférieures ».

Le « partage » en question, soit dit en passant, ne s'opérait  d'ailleurs qu'en sens unique puisqu'il n'était pas imaginable pour le colon d'accepter, lui, de partager (au sens propre) la culture de celui qu'il pensait avoir le droit de dominer éternellement. L'autre n'appartenait-il pas aux races inférieures ? Tout au plus pouvait-il espérer être assimilé à la culture du colonisateur.

Ce que François FILLON appelle voluptueusement  « partage » a été en réalité une entreprise  systématique de mépris, de destruction, de violence sans nom, d'élimination de populations entières, d'écrasement des cultures.

Adepte d'une pensée provincialiste, FILLON, comme tous ses prédécesseurs d'une certaine philosophie française, soliloque cyniquement sur l'amas de désastre absolu, encore fumant, laissé par la traite négrière et la colonisation. Ce désastre se poursuit aujourd'hui à travers une mondialisation qui, à bien des égards, n'est qu'un prolongement de l'impérialisme et des crimes d'une histoire lourde.

Il y a  quelque chose de viscéralement indécent et insidieux à vouloir justifier un quelconque « rôle positif » de la colonisation et encore davantage à chercher fallacieusement à confondre partage avec l'autre et anéantissement de l'autre.

Quel citoyen français tolérerait qu'un candidat au poste de chancelier de l'Allemagne ( Bundeskanzler) déclare que l'occupation de la France par les nazis, entre 1939 et 1944, exprimait une volonté bienveillante de HITLER de faire « partager » aux Français la culture aryenne ?

En outre, si l'on accepte la vacuité perfide et intellectuellement  irresponsable du raisonnement de François FILLON, ne devrait-on pas presque s'accommoder de la violence aveugle des « djihadistes » qui, tout compte fait, ne sauraient être jugés « coupables » de vouloir simplement - certes, à coups de bombes et de décapitations – « faire partager » ce qu'ils considèrent comme leur « culture religieuse » ?

François FILLON, en disant ce qu'il a dit à Sablé-Sur-Sarthe n'a pas simplement commis un impair. Il a énoncé ce que l'on pouvait énoncer de pire : justifier l'injustifiable au nom de la pire des idéologies.

En cela il n'est pas pardonnable.

 

Francis CAROLE

MARTINIQUE

Vendredi 2 septembre 2016

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

« Alisette va rejoindre ton ami Mawad et je vais te faire une fiche S kréol comme S….pe 

Le TCSP qui n’en finit plus d’être opportunément essayé, a été mis en circulation sur les routes où les travaux commencés depuis nanni-nanan ne sont toujours pas achevé

Le « Comité Citoyen Marine Déwô » qui s’est constitué dès l’annonce de la venue de Marine Le Pen en Martinique pour son « opération

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Louis Boutrin lance une nouvelle provocation au monde syndical, en menaçant les agents grévistes du Parc Naturel Régional de les mettre au chômage.

Le chanteur et compositeur Manno Charlemagne qui avait été hospitalisé dans un hôpital de Miami Beach est décédé ce dimanche 10 décembre à l’âge de 69 ans, des suites

En consultant la presse sur le Net, on peut difficilement y échapper.

Après les vigiles, les chiens, puis la police, les grévistes du Parc Naturel auront eu droit à toutes les indignités, qui éclairent le pays sous un mauvais jour.

Le 25 juin 1805, vente, pour 850,0 Mardi, le Président de la Collectivité Territoriale de Martinique, Alfred Marie-Jeanne, a fait appel aux forces de l'Ordre, pour fair

Pages

1 2 3 4 5 »