Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Le 8 mars, Arlette Bravo-Prudent était invitée par le maire de Fort-de-France, avec deux autres auteurs, à présenter leurs œuvres. Elle à récemment écrit « Regards Croisés sur la Dominique et Sainte-Lucie. Ma Caraïbe anglophone, cette inconnue » (L’Harmattan). Mais le 8 mars est la journée internationale des droits des femmes. L’auteur a donc ténu à rappeler la réalité : « Les droits des femmes prônés depuis plus d’un siècle semblent, en certains endroits et par moments, une bien triste chimère ! »

                                    En hommage aux Femmes 

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les élus,

Mesdames et Messieurs

Merci de nous accueillir dans cette magnifique salle, dans ce lieu prestigieux, qui porte l’indélébile empreinte d’Aimé Césaire ! 

Ce 8 mars, Monsieur le Maire, vous nous offrez cette formidable occasion de présenter nos œuvres, je vous en remercie.

Toutefois, j’ai l’intime conviction que s’il n’y avait pas de 8 mars, cette opportunité nous aurait été quand même proposée, n’est-ce pas ?

Les droits des femmes prônés depuis plus d’un siècle semblent, en certains endroits et par moments, une bien triste chimère !

Néanmoins, ces droits ont fait de petits pas, pour certaines, des bonds, pour d’autres, MAIS continuent encore de s’accommoder de l’horreur !

Avec la journée internationale de lutte pour les droits de femmes, de nombreuses initiatives fleurissent ici et là, comme des fleurs ou des sorties anticipées pour les salariées,  c’est bien et c’est tant mieux !

Cependant, ces cadeaux servent parfois à masquer les réalités sordides faites aux femmes particulièrement sur leurs lieux de travail !

Ces faveurs d’un jour ne doivent pas travestir la réalité.

Pour rendre acceptable l’inacceptable

Pour cautionner les discriminations,

Pour dissimuler le mépris et  l’humiliation à l’égard des femmes

Pour encore entretenir le harcèlement, distiller la peur et semer la terreur, dans les relations professionnelles!

C’est au quotidien, que le droit des femmes doit être appliqué !

C’est dans la relation de tous les jours que les femmes doivent être respectées.

Il y a encore tant de choses à faire !

Il y a surtout tant de mentalités à changer !

Il y a aussi tant d’intelligences à inventer!

Oui, le droit des femmes, c’est le respect !

C’est le respect des femmes !

C’est tout simplement le respect du à tout être humain

C’est également cette volonté obsessionnelle d’accorder aux femmes, aux êtres humains, leur juste valeur, ni trop basse, ni trop haute !

Mais, ce droit-là ne peut s’allier  ni à la mesquinerie, ni à la médiocrité, ni à la bassesse !

Hommes, Femmes gardez en mémoire cet appel de Léon Tolstoï :

« Femmes, c’est vous qui tenez entre vos mains le salut du Monde ».

Merci à tous de m’avoir écoutée

Merci de m’avoir permis de rendre hommage à toutes ces femmes qui sont marquées des fers de l’irrespect !

 

Mairie de Fort-de-France, 8 mars 2016

A l’occasion de la présentation d’ouvrages de 3 femmes écrivains

Arlette Bravo-Prudent

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Au moment où le dossier CEREGMIA confié à un juge d’instruction,  soulève toutes les rancœurs, toutes les manipulations, toutes les peurs et rage de celles et ceux qui ont bénéficié du système de d

Le dossier du CEREGMIA ne finit plus d’occuper l’actualité.

Les leaders de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) ont condamné les attaques terroristes perpétrées vendredi à Paris, qui ont fait plus d’une centaine de morts et de t

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

L’affaire se murmure dans les couloirs de la CTM, mais personne n’ose affronter le vent mauvais qui souffle depuis de longs mois dans la collectivité.

Cette obsession du drapeau français sous lequel nous cherchons désespérément une place, ne produit pas toujours le meilleur.

L’assemblée Générale du MIM (Mouvement Indépendantiste Martiniquais) est une fois de plus reportée.  Présidé par Alfred Marie-Jeanne qui élimine sans crier gare toutes

La Confédération générale du Travail de Martinique (CGTM)  a déposé un préavis de grève de 24 heures reconductible qui débutera le 5 février 2019.

La lettre du Président de la République adressée aux Français est rendue publique.

Pages

1 2 3 4 5 »