Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

L'UGTG n'a pas avalé la tisane étourdissante du Préfet de la Guadeloupe, qui a décidé de maintenir le couvre-feu alors que commence le déconfinement ce lundi 11 mai. Les arguments du représentant de l’Etat n’ont pas convaincu le syndicat : « Pour une histoire de paix sociale, pour une histoire aussi, je crois de gestion des publics plus jeunes qui se sentent souvent complètement étrangers à ce virus. Il faut que nous puissions maintenir ce couvre-feu qui n’aura pas une grande contrainte puisqu’il permettra aux gens le soir de rentrer après leurs courses et puis d’aller travailler pour ceux qui embauchent tôt le matin. Et puis, nous verrons au fil des jours, des semaines qui viennent si nous pouvons abandonner ce couvre-feu très rapidement. » Comme en Martinique, on peut s’interroger sur cette volonté des Préfets choisis par Emmanuel Macron, d’infantiliser les populations. Les élus acceptent sans broncher, mais on peut s’attendre à un vent de révolte dans ces deux territoires où les jeunes n’ont plus le oui-oui aussi facile que leurs ainés.

 
 

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé le versement de 39,8 millions de dollars et l'achèvement du huitième examen de la performance économique de la

Après avoir trébuché pour la finale du 100 m aux Championnats du monde, le Jamaïcain Usain Bolt a arraché son titre en 9,79 secondes

Le Conseil de l'Ordre du Barreau de Fort-de-France refuse le projet de réforme du gouvernement qui frappe dans leur porte-monnaie, mais surtout diminue les chances des plus démunis de bénéficier d'

Pages

« 245 246 247 248 249 »

Articles récents

Un vent de scandale souffle sur l’Université Antilles Guyane depuis que le rapport 2012 de la Cour des Comptes,  consacré à la gestion de l’UAG sur la période 2005-2010,  a été connu.

Pages

« < 244 245 246 247 248 »