Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

L’association des journalistes de Catalogne qui rassemble plus de 4000 journalistes, condamne ferment les intentions annoncées du gouvernement de prendre le contrôle direct des médias publics (TV3, Catalunya Ràdio et l’agence de presse ACN). L’association des journalistes considère cette décision du pouvoir espagnol comme une attaque directe et sans précédent contre la démocratie et la liberté d'expression, un droit fondamental inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l'homme. 

Le Collège des journalistes de Catalogne regrette que le gouvernement espagnol ait favorisé l'attaque la plus directe que l'autonomie gouvernementale de la Catalogne ait subi, par l'application de l'article 155 de la Constitution. Les journalistes déclarent en outre que l'intervention dans les médias publics est « une violation du droit à l'information » qui, selon eux, est un « pilier fondamental de la démocratie » Ils reconnaissent également le travail professionnel des médias en question et leur font part de leur solidarité.

Le conseil professionnel de TV3 a qualifié la décision de l'Espagne « d'attaque directe, indigne et attentatoire à la liberté d'expression, à l'information, à la presse, et au professionnalisme de leurs journalistes », rejetant la justification de l'application de l'article 155.

« TV3 et Catalunya Ràdio appartiennent à tous les Catalans, ils ont contribué à relancer, maintenir en vie et cultiver la langue et la culture catalane », a déclaré la commission professionnelle, « Ils ont été et sont des éléments d'intégration par les citoyens de Catalogne, bref, ils sont un héritage que nous ne voulons pas qu’on nous prenne. »

Plusieurs anciens directeurs de la Société Catalane de radiodiffusion (CCMA, dont TV3 et Catalunya Ràdio) ont défendu la « neutralité » de TV3 et de Catalunya Ràdio, affirmant qu'ils n'étaient pas d'accord avec le gouvernement espagnol qui questionne la pluralité des médias publics catalans. L'ancien directeur de TV3, Jaume Ferrús, a déclaré que l'annonce de l'éventuelle application de l'article 155 et de son impact sur la CCMA est « absolument inefficace » et qu'elle ne sert qu'à dire « qu'ils sont aux commandes ». Le directeur général de la CCMA de 2004 à 2008, Joan Majó, a déclaré que la mesure proposée par le gouvernement espagnol est une « énorme » erreur politique.

Lisa David

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

A l’initiative du Député Jean-Philippe Nilor les parlementaires de Martinique écrivent au Président de la République, Emmanuel Macron, pour déplorer ce qu’ils qualifient d’acharnement administratif

Après la défaite de Garcin Malsa, ancien maire de Sainte-Anne, battu par une liste sur laquelle figure un homme qui revendique sur Facebook son choix politique Front National, le silence des femmes

Le maire du Lamentin a annoncé,  quelques semaines après les élections, le montant de la dette et du déficit de la ville.

Pages

« 3 4 5 6 7 »

Articles récents

Un héritage peut virer au cauchemar. La maison obtenue peut cacher des fissures où une invasion de thermites.

Si les cyclones qui frappent la Caraïbe en évitant la Martinique, arrangent des fois le tourisme au pays, celui provoqué par Karine Mousseau, présidente du Comité

Des élus du MIM, mais pas qu’eux, se sont abstenus lors du vote du budget du Comité Martiniquais du Tourisme et pour sa présidente Karine Mousseau, soutenue par Yan Mon

Jean-Philipe Nilor a rappelé qu’il a été élu dans la circonscription du Sud, mais il est le Député de la Martinique.

Serge Letchimy s'est indigné des propos tenus au sein de l'Assemblée Nationale à l'occasion du débat sur la Loi Asile et Immigration.

Pages

« < 3 4 5 6 7 »