Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

L’association des journalistes de Catalogne qui rassemble plus de 4000 journalistes, condamne ferment les intentions annoncées du gouvernement de prendre le contrôle direct des médias publics (TV3, Catalunya Ràdio et l’agence de presse ACN). L’association des journalistes considère cette décision du pouvoir espagnol comme une attaque directe et sans précédent contre la démocratie et la liberté d'expression, un droit fondamental inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l'homme. 

Le Collège des journalistes de Catalogne regrette que le gouvernement espagnol ait favorisé l'attaque la plus directe que l'autonomie gouvernementale de la Catalogne ait subi, par l'application de l'article 155 de la Constitution. Les journalistes déclarent en outre que l'intervention dans les médias publics est « une violation du droit à l'information » qui, selon eux, est un « pilier fondamental de la démocratie » Ils reconnaissent également le travail professionnel des médias en question et leur font part de leur solidarité.

Le conseil professionnel de TV3 a qualifié la décision de l'Espagne « d'attaque directe, indigne et attentatoire à la liberté d'expression, à l'information, à la presse, et au professionnalisme de leurs journalistes », rejetant la justification de l'application de l'article 155.

« TV3 et Catalunya Ràdio appartiennent à tous les Catalans, ils ont contribué à relancer, maintenir en vie et cultiver la langue et la culture catalane », a déclaré la commission professionnelle, « Ils ont été et sont des éléments d'intégration par les citoyens de Catalogne, bref, ils sont un héritage que nous ne voulons pas qu’on nous prenne. »

Plusieurs anciens directeurs de la Société Catalane de radiodiffusion (CCMA, dont TV3 et Catalunya Ràdio) ont défendu la « neutralité » de TV3 et de Catalunya Ràdio, affirmant qu'ils n'étaient pas d'accord avec le gouvernement espagnol qui questionne la pluralité des médias publics catalans. L'ancien directeur de TV3, Jaume Ferrús, a déclaré que l'annonce de l'éventuelle application de l'article 155 et de son impact sur la CCMA est « absolument inefficace » et qu'elle ne sert qu'à dire « qu'ils sont aux commandes ». Le directeur général de la CCMA de 2004 à 2008, Joan Majó, a déclaré que la mesure proposée par le gouvernement espagnol est une « énorme » erreur politique.

Lisa David

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le jeudi 24 juillet, les déclarations d’intérêts des Parlementaires ont été publiées.

Ségolène Royale, la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, n’a pas eu comme l’a fait Christiane Taubira, à choisir de s’affi

Au Conseil municipal de Fort-de-France, ce mardi 25 novembre, le débat sur les orientations budgétaires a permis à l’opposition, par la voix de Michel Branchi,

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Comme aux heures sombres de l’histoire esclavagiste en Martinique, Louis Boutrin a choisi des vigiles accompagnés de chien, pour terroriser les grévistes du Parc Nature

Ce mercredi 15 novembre, deuxième jour de la séance plénière de la Collectivité Territoriale de Martinique commencée hier, sera abordé à l'ordre du jour, au point 64, l

La centrale bagasse-biomasse ALBIOAMA n’est plus seulement une menace pour l’environnement, elle est en train de devenir une fumée polluante qui envahit le monde politi

Une grande glacière blanche occupe la scène, les danseurs ne la quittent pas des yeux. Elle semble les attirer, les inquiéter, occuper leur esprit.

La grève déclenchée au Parc Naturel de Martinique à cause du licenciement du Directeur Général des Services, par le président élu de la CTM, Louis Boutrin, dure depuis

Pages

1 2 3 4 5 »