Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

L’association des journalistes de Catalogne qui rassemble plus de 4000 journalistes, condamne ferment les intentions annoncées du gouvernement de prendre le contrôle direct des médias publics (TV3, Catalunya Ràdio et l’agence de presse ACN). L’association des journalistes considère cette décision du pouvoir espagnol comme une attaque directe et sans précédent contre la démocratie et la liberté d'expression, un droit fondamental inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l'homme. 

Le Collège des journalistes de Catalogne regrette que le gouvernement espagnol ait favorisé l'attaque la plus directe que l'autonomie gouvernementale de la Catalogne ait subi, par l'application de l'article 155 de la Constitution. Les journalistes déclarent en outre que l'intervention dans les médias publics est « une violation du droit à l'information » qui, selon eux, est un « pilier fondamental de la démocratie » Ils reconnaissent également le travail professionnel des médias en question et leur font part de leur solidarité.

Le conseil professionnel de TV3 a qualifié la décision de l'Espagne « d'attaque directe, indigne et attentatoire à la liberté d'expression, à l'information, à la presse, et au professionnalisme de leurs journalistes », rejetant la justification de l'application de l'article 155.

« TV3 et Catalunya Ràdio appartiennent à tous les Catalans, ils ont contribué à relancer, maintenir en vie et cultiver la langue et la culture catalane », a déclaré la commission professionnelle, « Ils ont été et sont des éléments d'intégration par les citoyens de Catalogne, bref, ils sont un héritage que nous ne voulons pas qu’on nous prenne. »

Plusieurs anciens directeurs de la Société Catalane de radiodiffusion (CCMA, dont TV3 et Catalunya Ràdio) ont défendu la « neutralité » de TV3 et de Catalunya Ràdio, affirmant qu'ils n'étaient pas d'accord avec le gouvernement espagnol qui questionne la pluralité des médias publics catalans. L'ancien directeur de TV3, Jaume Ferrús, a déclaré que l'annonce de l'éventuelle application de l'article 155 et de son impact sur la CCMA est « absolument inefficace » et qu'elle ne sert qu'à dire « qu'ils sont aux commandes ». Le directeur général de la CCMA de 2004 à 2008, Joan Majó, a déclaré que la mesure proposée par le gouvernement espagnol est une « énorme » erreur politique.

Lisa David

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Daniel Marie-Sainte, Vice-président du Conseil Régional de Martinique, Chef de file du groupe des élus Patriotes Martiniquais et Sympathisants, dénonce le manque de transparence de la gestion des f

L'arrivée en Martinique de Ségolène Royal, Ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l' Energie, était annoncée pour le 15 août.

Yves Jégo, président par intérim de l’UDI, n'a pas apprécié les longues minutes offertes par France 2 à Nicolas Sarkozy pour son retour au devant de la scène politique.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

L’affaire se murmure dans les couloirs de la CTM, mais personne n’ose affronter le vent mauvais qui souffle depuis de longs mois dans la collectivité.

Cette obsession du drapeau français sous lequel nous cherchons désespérément une place, ne produit pas toujours le meilleur.

L’assemblée Générale du MIM (Mouvement Indépendantiste Martiniquais) est une fois de plus reportée.  Présidé par Alfred Marie-Jeanne qui élimine sans crier gare toutes

La Confédération générale du Travail de Martinique (CGTM)  a déposé un préavis de grève de 24 heures reconductible qui débutera le 5 février 2019.

La lettre du Président de la République adressée aux Français est rendue publique.

Pages

1 2 3 4 5 »