Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Edwy Plénel, fondateur et directeur du site d’information Mediapart, ancien directeur de la rédaction du journal Le Monde, a rencontré mardi 24 mars,  les étudiants de l’Université des Antilles, autour de la question des rapports entre journalistes, presse, médias et société. L’initiative de la Bibliothèque Universitaire du Campus de Schœlcher entrait dans la 26ème édition nationale de la Semaine de la presse et des médias dans l’école sur le thème « la liberté d’expression, ça s’apprend ».

Dans un échange sans complaisance dont la hauteur de vue a frappé les 350 personnes présentes, les étudiants de sciences po et d’infocom de l’UA ont abordé les sujets qui sont au cœur de la démarche intellectuelle et journalistique d’Edwy Plénel : le modèle économique de Mediapart, l’organisation du journal et notamment de sa rédaction, l’indépendance de la presse numérique, la montée du Front National en France, les rapports entre la presse et le pouvoir politique en France, la protection des sources et sa réglementation, la relation d’Edwy Plénel à la Martinique, les révélations de Mediapart sur l’affaire de détournement de fonds de l’UAG...

Avec passion et sans détour, Edwy Plénel a longuement répondu, notant à plusieurs reprises le côté incisif et pertinent des questions des étudiants lui donnant la réplique. Son exposé construit et argumenté, enrichi de ses nombreuses expériences qu’il n’a pas hésité à faire revivre a conquis le public. Si l’homme d’engagement qu’il est, refuse d’endosser le rôle de modèle, le fondateur de Mediapart a néanmoins rappelé avec force aux jeunes qui l’interrogeaient, qu’ils avaient, eux aussi, le devoir de s’engager dans « le chemin de nous-mêmes ». La presse, a-t-il martelé, n’est pas au service d’un pouvoir en place quel qu’il soit ; elle doit avant tout être au service des citoyens qui doivent comprendre les enjeux divers en rapport avec l’intérêt général. Il incombe donc au journaliste, dès lors qu’il reçoit une « alerte », de mener son investigation et d’informer la société, notamment sur l’usage fait de l’argent public.

Près de trois heures d’échanges, durant lesquelles ceux qui avaient eu l’opportunité de trouver place ont pu exprimer leurs interrogations et convictions. Malgré sa capacité d’accueil en effet, la belle et grande salle de lecture de la BU n’avait pu recevoir tous ceux qui se pressaient pour assister à l’événement. De l’avis des organisateurs, on a rarement vu un public aussi nombreux souhaitant participer aux manifestations qu’ils mettent en place régulièrement.

Il est des moments où le temps des tumultes, des manœuvres, des batailles et des chahuts publics semble suspendu... La table-ronde « Journalistes et société » avec Edwy Plénel, les étudiants de sciences po et ceux d’infocom de l’UA est de ceux-là. Au final, une belle soirée d’émotion et de partage, avec au cœur du débat, les valeurs de la République et de la démocratie sociale à la française et en toile de fond, les écrits lumineux, hélas encore méconnus en France, de Césaire, Fanon et Glissant sur l’identité-relation comme réponse aux tentations de totalitarisme si prégnantes aujourd’hui.

Olivier Pulvar

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Une visite sur le site de la Ville de Fort-de-France et une image insolite a attiré notre attention : Dans la rubrique « Partenaires » on trouve : L'Union Européenne, le Conseil Ré

Martinique 1ère  ancienne RFO, devient de plus en plus télé cocotier. La chaine publique annonce en ce dimanche 8 mai le portrait d’une ondobiologue.

La vie coule tranquillement en Martinique mais qu’on se méfie, c’est en seulement en apparence.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Élections ou pas les brigades financières continuent à fouiller dans les magouilles politiques qui pourrissent le pays…

La Martinique va bientôt accueillir pour la première fois de son histoire une femme, au poste de Procureur de la République.

C’était Samedi 25 avril à Fort-de-France, le rassemblement condu

En grève depuis une semaine, les lycéens en classe de 2BTS MHR Management en Hôtellerie-Restauration du Lycée Nord Caraïbe de Bellefontaine ne savent plus à quel saint se vouer, face au lourd silen

Le Galion retire de la vente, de facon immédiate, du sucre venu d'ailleurs pour cause de présence de corps étrangers métalliques. Le Martiniquais découvre à cette occasion que son sucre n’est pas s

Pages

1 2 3 4 5 »