Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Le courant semble ne pas passer entre la Collectivité Territoriale de Martinique et EDF. Le Conseiller exécutif chargé des infrastructures, Daniel Marie-Sainte, reproche à l'entreprise de production, de transport et de fournitures d'électicité de bloquer les chantiers routiers de la CTM.

INTOLERABLE !

Depuis près d’un an à cause de l’EDF des chantiers routiers de la CTM sont bloqués :

  - Sur la route des Religieuses, le démarrage de la construction d’un giratoire en haut de l’échangeur avec la Rocade, attribuée à une entreprise depuis 2015, est entravée par la présence d’un câble de EDF.

  - Sur la route de Moutte aux environs du stade Serge Rouch la reconstruction d’un ouvrage hydraulique qui menace de faire écrouler la chaussée à n’importe quel moment, ne peut démarrer. Le chantier a été attribué à une entreprise depuis le mois de juin 2016 !

Là encore c’est la présence d’un câble EDF qui empêche à l’entreprise de travailler !

  - Une situation identique a considérablement retardé le chantier des giratoire de la Meynard sur la route de Châteauboeuf et celui du rehaussement de la RD 15 entre le carrefour Mahault et celui de Petit Pré au Lamentin.

Nous avons déjà écrit, à plusieurs reprises, la direction d’EDF-Martinique pour lui signaler ces situations. Nous l‘avons interpellée directement… nous ne sommes pas entendus. 

Les câbles sont toujours en place ! 

Pire, je viens d’apprendre que EDF Martinique, entend faire payer à la Collectivité de Martinique le coût du déplacement de ses réseaux qui encombrent le domaine public de la CTM !

Pourtant la législation est claire !

La direction d’EDF Martinique feint d’ignorer les jurisprudences du Conseil d’état et les différents arrêts qui précisent que « le bénéficiaire d’une autorisation d’occupation temporaire du domaine public doit, quelle que soit sa qualité, supporter sans indemnité les frais de déplacement ou de modification des installations aménagées en vertu de cette autorisation lorsque ce déplacement est la conséquence des travaux entrepris dans l’intérêt du domaine public».

Ces situations sont intolérables particulièrement dans une période de crise du secteur du BTP en Martinique que nous voulons résorber grâce une relance de la commande publique !

Depuis juin 2016, ce n’est pas moins d’une cinquantaine d’appels d’offres concernant des opérations de remise à niveau de notre réseau routier que nous avons lancée pour donner du travail aux PME du BTP, nous ne pouvons tolérer plus longtemps que ces chantiers, pour lesquels les crédits existent, ne puissent se faire.

C’est pour cela que j’ai pris la décision de rendre publique cette situation !

 

Le 9 novembre 2016

Daniel MARIE-SAINTE

Conseiller Exécutif de la CTM

Chargé des infrastructures

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le Cosette, un navire qui a transporté par le passé des fûts radioactifs, a été coulé au large de Saint-Pierre, la ville classée d'Art et d'histoire.

Personne ne donnnera aux femmes l'égalité. Elles ont tout obtenu par la lutte et elle doivent continuer à se battre.

Sur cette terre de Guadeloupe, mouillée du sang des esclaves pendant trois siècles, des descendants de colons esclavagistes ont voulu planter une stèle en honne

Pages

« 6 7 8 9 10 »

Articles récents

Pourquoi ces associations d’entreprises demandent seulement aux activistes d’être raisonnables ?

Les responsables de l'empoisonnement au chlordécone des populations de Martinique ne peuvent plus vendre tranquillement.

Pour le CNCP (Comité National des Comités Populaires), le Président démissionnaire du Chili, Évo Morales a été chassé du pouvoir, victime de la stratégie des classes dominantes prédatrices.

L’affaire se murmure dans les couloirs de la CTM, mais personne n’ose affronter le vent mauvais qui souffle depuis de longs mois dans la collectivité.

Cette obsession du drapeau français sous lequel nous cherchons désespérément une place, ne produit pas toujours le meilleur.

Pages

« < 6 7 8 9 10 »