Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Pour cette année 2014, sa majesté Vaval s’est mise dans la peau du moustique Aedes aegypti,  vecteur de la dengue et du chikungunya qui se répand depuis quelques semaines dans le pays. Certains carnavaliers attendaient de le voir arriver,  alors qu’il était déjà passé devant eux. C’est que ce Vaval 2014, ne ressemble pas au Vaval traditionnel, un grand mannequin perché sur un camion, à l’effigie d’un politicien ou d’un personnage qui défraye la chronique de l’instant. L’approche des élections politiques a-t-elle couvert d’un voile de censure l’imagination des créateurs ?  La question reste posée.

La censure n’a pas atteint la rue où les faits d’actualité ont été réinterprétés avec l’humour décapant des carnavaliers et c’est tant mieux. On a donc vu la quenelle de Dieudonné, interdite sous d’autres cieux, plus froids. Un chef de l’Etat déguisé en preux chevalier du scooter a paradé avec son célèbre casque. Quand à la grève des gérants de stations d'essence, elle s'est manifestée dans les rues joyeuses de la ville, en tenue « complètement bidon ».

Pendant que Vaval revêt sa tenue du politiquement correcte, d’autres se déshabillent. On n’a jamais vu autant de fesses d’hommes nues, dans les rues de la capitale. Entre regards amusés ou détournés, ces fesses exhibées comme une quenelle anti-système,   rappellent que hors carnaval, c’est dans ce même pays que la manifestation contre le mariage homosexuel, a été la plus importante de l’année.

Ce dimanche gras a été un festival de couleurs et de joie. Les tambours et bombes rythmaient les vidés qui les suivaient. On sautait, on courrait, mais on chantait peu. Sauf pour appeler à la non violence, sous l’air de la chanson d’ Hugues Aufray, « Elle descend de la montagne ». Et  version Dimanche gras martiniquais, les paroles sont devenues "youpee I,I,I, youpee I,  on ne veut pas de la violence, on veut c…»

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

A la veille des élections municipales, tous les coups sont permis.

Ce vendredi 16 janvier , à 20 heures, l'Atrium présente "Un dimanche au cachot", une adaptation du roman de Patrick CHamoiseau, par José Plya .

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Déjà plus de 40 jours que les salariés du "Carrefour Market" du François sont en grève pour faire respecter leurs droits et obtenir une augmentation de salaire, pour am

Élections ou pas les brigades financières continuent à fouiller dans les magouilles politiques qui pourrissent le pays…

La Martinique va bientôt accueillir pour la première fois de son histoire une femme, au poste de Procureur de la République.

C’était Samedi 25 avril à Fort-de-France, le rassemblement condu

En grève depuis une semaine, les lycéens en classe de 2BTS MHR Management en Hôtellerie-Restauration du Lycée Nord Caraïbe de Bellefontaine ne savent plus à quel saint se vouer, face au lourd silen

Pages

1 2 3 4 5 »