Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Desi Bouterse a prêté serment ce mercredi 12 août pour un deuxième mandat consécutif de cinq ans, en tant que Président du Suriname, pays membre de la Communauté des Caraïbes, de langue néerlandaise. Desi Bouterse avait déjà gouverné le Suriname suite à un coup d’Etat militaire mené par lui en 1980. Il a ensuite été démocratiquement élu, en mai 2010.

Plusieurs dignitaires étrangers ont assisté à la cérémonie d’investiture, parmi lesquels le Président Teodoro Obiang de la Guinée équatoriale, le Président nouvellement élu du Guyana voisin, David Granger et le président équatorien Rafael Correa. Le Parti national démocratique de Bouterse (NPD) a remporté en mai dernier les élections à l'Assemblée nationale de ce petit pays d'Amérique du Sud, avec une mince majorité.

Dans son discours d'investiture, le Président ancien putschiste a déclaré que « le moment est venu de développer de nouveaux secteurs qui garantissent un développement durable pour nous. »

Le Président Bouterse a souligné que le Suriname doit diversifier son économie, qui dépend fortement de la bauxite et de l'or et aussi d’une industrie pétrolière naissante, pour se protéger contre de brusques fluctuations des prix des produits de base. L'économie du pays a été durement touchée par la chute des prix du pétrole et de l'or, et le premier mandat de Bouterse a été marqué par de généreux programmes sociaux pour les enfants et les personnes âgées, payés avec des réserves de change de la banque centrale.

« Pour la première fois dans l'histoire du Suriname, nous pouvons en tant que peuple, essayer de saisir l'occasion de donner à cette nation une prospérité sans précédent » a ajouté le Président, qui a promis que le tourisme, les énergies renouvelables et l'agriculture seront les priorités de son prochain gouvernement. »

Après son discours d’investiture, le Président a chanté « My Way » de Frank Sinatra, avec un chanteur local.

En 1999, Desi Bouterse a été condamné par contumace pour trafic de drogue par un tribunal aux Pays-Bas. Le Suriname n'a pas de traité d'extradition avec son ancienne puissance coloniale et Bouterse a obtenu l’immunité, quand il a été démocratiquement élu Président en 2010.

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

A la veille des élections municipales, tous les coups sont permis.

Une délégation du MIR (Mouvement Internationale pour les Réparations) et du CNR - Martinique (Comité National pour les Réparations) est actuellement à Antigua, à l’invitation de la Commission

Au Conseil municipal de Fort-de-France, ce mardi 25 novembre, le débat sur les orientations budgétaires a permis à l’opposition, par la voix de Michel Branchi,

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Déjà plus de 40 jours que les salariés du "Carrefour Market" du François sont en grève pour faire respecter leurs droits et obtenir une augmentation de salaire, pour am

Élections ou pas les brigades financières continuent à fouiller dans les magouilles politiques qui pourrissent le pays…

La Martinique va bientôt accueillir pour la première fois de son histoire une femme, au poste de Procureur de la République.

C’était Samedi 25 avril à Fort-de-France, le rassemblement condu

En grève depuis une semaine, les lycéens en classe de 2BTS MHR Management en Hôtellerie-Restauration du Lycée Nord Caraïbe de Bellefontaine ne savent plus à quel saint se vouer, face au lourd silen

Pages

1 2 3 4 5 »