Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Pour que la vérité soit enfin faite sur la mort d’Adama Traoré, le 19 juillet dernier lors de son interpellation par les gendarmes dans le Val-d'Oise, une nouvelle marche était organisée aujourd’hui à Paris. Plus d’un millier de personnes, parents, amis d’Adama mais aussi des anonymes qui refusent le silence et l’impunité qui entourent les violences policières. Inutile d’y chercher des élus des Républicains ou du Parti Socialiste. Parmi les rares élus de la République, Danielle Simmonet, Conseillère de Paris, coordinatrice du Parti de Gauche, qui a expliqué sa présence à Dominique Bretodeau, pour Freepawol.

Freepawol : Ca semble être évident, mais pourquoi être présente aujourd’hui ?

Danièle Simonnet : « Je suis ici pour demander la justice, pour Adama, comme tous les gens présents. La police est là pour protéger les citoyens et non pas pour les mettre en danger ou leur voler la vie. Ce qui s’est passé dans cette affaire est inacceptable et monstrueux. Non seulement on lui a volé la vie, mais il y a aussi tous les mensonges autour… Ce rapport du procureur qui manifestement a falsifié la réalité, se retrouve maintenant simplement muté…

Comment peut-on tolérer une République qui organise à ce point-là la protection des complices de ce genre d’agissements. Actuellement, il y a un grand malaise profond dans la police, dû à la fois aux sous-effectifs, mais aussi à un manque absolu de formation. La police n’est pas là pour faire ce qu’elle a fait ce jour terrible qui a coûté la vie à Adama Traoré, c’est inacceptable. J’ai une autre conception de la police républicaine.

Et puis aussi, si Adama avait été un jeune homme blanc, est-ce que la même histoire se serait passée ? Tout le monde est obligé de penser à ça, arrêtons de nous voiler la face. Il y a un vrai problème de racisme dans ce pays. Qu’il faut combattre car c’est illégal et la police est là pour faire respecter la loi, et non pas pour nous mettre en danger. Je souligne la très grande force et dignité de la famille Traoré et des proches. De là où il est, je ne sais où il est, il peut être fier des gens qui l’entouraient de son vivant, car ils mènent ce combat avec une immense dignité. C’est extrêmement fort. »

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le journal télévisé de Martinique 1ère ce mercredi

Après la fusillade de dimanche matin, qui a fait trois morts au Papapazzi, une discothèque du Lamentin, Serge Letchimy semble vouloir rappeler la loi au Procureur

Ce n’est pas souvent que la presse de la Caraïbe anglophone s’intéresse à la Martinique.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

À l’occasion du 10èmeanniversaire de la mort d’Aimé Césaire et à l’initiative de la Collectivité Territoriale de Martinique, une exposition itinérante gratui

Figure de proue de l’élite intellectuelle afro-américaine, Ta-Nehisi Coates, né en 1975 à Baltimore (Maryland) est aussi un journaliste influent.

Suite à notre article paru hier 4 octobre 2018, la Direction du Centre Hospitalier et Universitaire de Martinique a c

Les Martiniquais connaissaient déjà l’état de délabrement du Centre Hospitalier Universitaire abandonné par l'Etat, mais en découvrant indignés les mots employés dans l

Pages

1 2 3 4 5 »