Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

« Chantal Maignan n’a pas de convictions ! » Fred-Michel Tirault, le maire du Saint-Esprit, a fait exploser l’applaudimètre à l’ouverture de la rencontre mensuelle des militants du MIM, au Saint-Esprit, quand il a déclaré sa répulsion pour les responsables politiques qui n’ont pas de convictions.

Secrétaire départemental de l’UMP, le maire du Saint-Esprit a prêté un local communal au Mouvement Indépendantiste Martiniquais, pour sa réunion mensuelle des militants. Et c’est en sa qualité de maire qu’il a été invité pour recevoir les remerciements des organisateurs. Le tout nouveau et jeune maire ne connaît pas la langue de bois, mais il a démontré ce soir là, qu’il sait donner une volée de bois vert.

En visant Chantal Maignan, Fred-Michel Tirault aurait pu recevoir des applaudissements au delà du MIM, tellement l’actuelle présidente Parti Régionaliste Martiniquais, a montré sa capacité à pratiquer la politique des girouettes.

En 2007 elle écrit beaucoup, elle prend position sur presque tout, elle veut se faire connaître, elle veut occuper une place importante dans le paysage politique. Elle fait campagne pour que Nicolas Sarkozy soit élu Président de la République. Son blog a pour nom « Vouloir agir ».

Elle y présente son mentor du moment :

« Dans quelques jours, nous allons choisir le futur président de la République ! Et ce président sera un homme de droite ! D’une droite populaire et solidaire !

D’une droite républicaine pour qui les mots liberté, égalité, fraternité, ont le sens le plus noble et le plus élevé !

D’une droite qui ne donne pas de privilèges aux uns et qui ne méprise pas les autres.

Non Nicolas Sarkozy n’est pas l’homme du Medef ! Non Nicolas Sarkozy n’est pas l’homme du patronat !

Il est l’homme de tous les travailleurs, courageux, entreprenants, hardis, qui rendent nobles la France et la Martinique !

Mais il n’est pas l’homme qui encourage la paresse et l’assistanat car il sait que la première dignité de l’homme c’est son indépendance économique !

Il sait que si la première liberté de l’homme c’est la sécurité, la seconde liberté de l’homme, c’est un pouvoir d’achat décent qui lui permette de vivre dignement !

C’est pourquoi en Martinique nous sommes si attentifs à ce que propose Nicolas Sarkozy.

Nous qui voyons s’enfoncer notre pays dans le chômage, la drogue, le vol.

Nous qui voyons la débrouillardise devenir une organisation de pillage du travail légal.

Nous qui savons que le travail illégal prépare des lendemains désenchantés à ceux qui vivent de djobs et de coups de main !

Nous ne pouvons pas continuer à marcher vers l’abîme.

L’indépendance n’est pas l’abolition absolue !

Elle est le devenir d’un futur de malheur.

C’est pourquoi nous voterons Nicolas Sarkozy ! »

Toujours en 2007, elle montre qu’elle se fait la même idée de la presse que son mentor. Et sur son blog elle s’interroge : « quelle presse pour quelle Martinique ? »

Peut-être trop jeune en politique, elle n'a pas encore constaté que le bébé ORTF a grandi avec l’ADN de ses créateurs et qu’il n’ouvre grand ses antennes, que pour le pouvoir :

« Je ne m'interroge plus sur l'attitude de certains journalistes, y compris de RFO, vis à vis de la déontologie.

Je constate qu'il n'est désormais que mépris pour une éthique qui garantissait une parcelle de vérité !

Sans doute est-il normal que des techniciens de plateau inféodés au MIM agressent verbalement des invités de plateau ?

Sans doute est-il normal pour un journaliste d'arborer un bracelet sur lequel est imprimé "génération anti-sarko" !

Sans doute est-il normal de ne jamais inviter sur le plateau les politiques qui s'engagent, à droite, au service de leur pays et de censurer toute parole qui ne viendrait pas de la gauche ?

Sans doute est-il encore plus normal de ne manifester aucune curiosité pour une femme qui vient en politique avec des idées neuves ?

Il est vrai que cette intellectuelle, jusque là appréciée pour ses prises de position identitaires et ses analyses de la société martiniquaise, a choisi de défendre les valeurs de l'UMP.»

En 2008, Chantal Maignan, rivale déclarée de Yan Monplaisir, président du comité départemental de l'UMP Martinique, fait son lobbying auprès des instances nationales et obtient d’être nommée en juin 2009, chargée de mission départementale, sur proposition du secrétaire général du parti, Patrick Devedjean.

Elle avait donné de la voix pendant le mouvement social  de 2009 en appelant à la fin de la grève et invitant ses partisans à arborer un brassard blanc. La rue a continué à préférer le « rouj pou la viktwa » et elle n’a pas été entendue localement, mais ses chefs parisiens ont dû apprécier l’audace.

Le partage de la vidéo, cri du coeur du maire du Saint-Esprit, sur la page Facebook de Yan Monplaisir laisse imaginer le sourire du chabin de l’UMP, qui n’a pas dû oublier l’épisode de 2009. Chantal Maignan, n'a pas eu l'air d'apprécier.

En décembre 2009,  elle est secrétaire départementale de l’UMP et réussit l’exploit de mettre les journalistes debout, mais contre elle. Alors qu’elle fait campagne contre l’article 74, à un meeting organisé à Rivière Salée, tous les médias quittent la salle à cause des attaques qu’elle leur lance.

Sa seule constance aura d’avoir toujours été contre Alfred Marie-Jeanne et les indépendantistes. Ce qui fait douter de paroles entendues, selon lesquelles elle aurait, dès ses premières envies de politique, voulu frapper à leur porte pour une place sur une liste.

Interrogé par « L’Express » (04/03/2010)  à la veille des élections régionales où elle est colistière de Miguel Laventure (Secrétaire général des Forces martiniquaises de Progrès) elle dit parlant de la gestion Alfred Marie-Jeanne de la collectivité régionale, où il est président sortant : « On ne gère pas une région comme une famille ! »

C’était l’époque ou pour qualifier la gestion du chef de file du MIM, le PPM dénonçait un « matelas ».

En Mai 2010, la  Droite est de plus en plus en perte de vitesse, elle abandonne l’UMP et crée avec Christian Rapha, le Parti Régionaliste martiniquais (PRM).

Déjà le 20 mars 2008 le journal « Justice » avait compris le sens politique de l’universitaire :  

« La Sarkozyste Chantal Maignan fait des yeux doux au PPM sur la base du libéralisme ».

Et le journal du Parti Communiste Martiniquais cite une déclaration de celle qui fait son chemin de choix en politique :

« Nous sommes prêts à travailler avec le PPM comme avec d’autres. Il suffit de regarder la gestion du maire de la capitale pour comprendre que le PPM est devenu un parti qu’une certaine forme de libéralisme ne repousse pas... ». Serge Letchimy est alors maire de Fort-de-France.

Après les yeux doux, le mariage d’intérêts semble se préparer

Fred-Michel Tirault a dit tout haut, ce qui se répète dans le pays, et il faut quand même dire que dans le genre politique girouette, Chantal Maignan n’est pas unique, hélas. Si les citoyens votent moins et perdent confiance dans la politique, c’est bien qu’à force de chercher le sens des convictions, ils ont depuis longtemps le torticolis.

Chantal Maignan a annoncé dans le quotidien local son intention de faire alliance avec le PPM. « Une alliance n'est pas une fusion » jure t-elle. Mais ses amis de Droite la connaissent certainement mieux et ils ne devraient pas être bien surpris des lendemains d'alliance. Fred-Michel Tirault se retrouvera bien seul. La Droite est à l’agonie en Martinique et l'ambiance sera plus, aux "alliances". Ce sera surtout au secours, koté ni an bon post ?

L’approche des élections pour la collectivité unique de Martinique en décembre pochain, a ouvert la chasse aux postes et ceci dans tout les camps politiques. Charles-Maurice Talleyrand écrivait : « En politique il n’y a pas de convictions, il n’y a que des circonstances ». En changeant les noms et prénoms, la petite phrase de Fred-Michel Tirault aura un air de refrain.

Lisa David

 

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

L'arrivée en Martinique de Ségolène Royal, Ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l' Energie, était annoncée pour le 15 août.

L'Université des Antilles, donc les étudiants des Antilles, attendront encore que les politiques décident enfin, de leur permettre de travailler sereinement.

La table ronde organisée hier mercredi 24 février à l’ancien Conseil Régional de Martinique a  commencé dans une ambiance tendue, les pompiers et personnels administrat

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

On sétonnait de ne pas le voir lors de certains évènements au pays, le Député Jean-Philippe Nilor rassure.

Depuis quelques jours circulent sur les réseaux sociaux les photos de la cuisine de l’IMFPA (Institut Martiniquais de Formation Professionnelle pour Adultes), organisme territorial de forma

Au Conseil des ministres de ce mercredi 5 février 2020, Stanislas Cazelles, administrateur civil hors cla

L'Union des Femmes de Martinique ne se contente pas de la lutte pour les droits des femmes ou contre les discriminations et violences faites à celles-ci.

Pages

1 2 3 4 5 »