Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Le président du Conseil Exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique (CTM) a reçu à leur demande, une délégation d’étudiants du Pôle Universitaire de Martinique, mobilisés contre le retour des trois enseignants, Fred Celimène, Kinvi Logossa, et Eric Carpin, mis en examen dans l’affaire du CEREGMIA. Un retour rendu possible suite une décision de levée partielle de leur contrôle judiciaire par la Cour d’appel de Fort-de-France. Cette décision suscite incompréhension, indignation et colère dans le pays, d’autant que les faits de faux et usage de faux en écriture publique, qui font partie des chefs de mises en examen des protagonistes de cette affaire, sont constitutif d'un crime passible de de la Cour d’Assises. Alfred Marie-Jeanne parle d’une « situation aussi inexplicable que déplorable. » A la lecture de la décision de la Cour d’Appel on reste bouche bée en découvrant que la partie civile, donc la présidence de l’Université des Antilles, ne s’oppose pas au retour de ces enseignants « dans un souci académique et pédagogique » ! Une insulte adressée à la jeunesse de Martinique, mais aussi de Guadeloupe. Eustase Janky est-il encore crédible pour présider aux destinées universitaires de notre jeunesse ?

Extrait de la décision de la Courd'Appel de Fort-de-France du 13 mars, concernant Kinvi Logossah, l'un des professeurs mis en examen

 

Eric Carpin, Kinvi Logossah et Fred Célimène les trois professeurs mis en examen

 

Eustase Janky, Président de l'Université des Antilles

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le Bâtonnier actuel de l’Ordre des avocats, Maître Raphaël Constant informe que les avocats du Barreau de Fort-de-France se réuniront en Assemblée Gé

Tous les élus vous diront qu’ils aiment la jeunesse du pays, mais difficile d’y croire quand on apprend que depuis des années, la Région Martinique présidée par Serge L

Dino Desi Bouterse, directeur de l'anti-terrorisme de l'unité du Suriname, avait été arrêté le 25 août 2013 à Panama par les autorités locales, pour possession de drogue et d’armes et remis

Pages

« 1 2 3 4 5 »

Articles récents

Les étudiants réclament du respect, et il était temps.

Le LKP met l’Etat français et les responsables politiques guadeloupéens face à leur responsabilité dans la dégradation générale que connaît la Guadeloupe.

Les précisions scientifiques confirmant les conséquences dramatiques du Chlordécone sur la santé des Martiniquais et des Guadeloupéens se succèdent.

Le site ayant été piraté voir ici sur le blog Médiapart : 

Pages

« < 1 2 3 4 5 »