Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Des délégués de la CARICOM participent pendant deux jours à  la 5ème  Assemblée de l'Agence internationale des énergies renouvelables (IRENA) qui se tient à Abu Dhabi, aux Emirats arabes unis du 17 au 18 janvier. Ils discuteront de la nécessité d’une expansion rapide des énergies renouvelables dans la Caraïbe.

 

Les délégués régionaux de la CARICOM se joindront aux ministres et hauts fonctionnaires des gouvernements de plus de 150 pays, parmi lesquels Ségolène Royal, ministre de l'écologie de la France, participant à l'Assemblée qui s’ouvre ce samedi. Ils espèrent être parmi les pays qui recevront, cette année, un financement du Fonds d'Abu Dhabi pour le développement (FADD). Un fonds destiné à faciliter les projets d'énergie renouvelable dans les pays en développement.

Les Émirats arabes unis accorderont 350 millions de dollars de prêts concessionnels, à travers le FADD, à des projets approuvés par l'IRENA.

Saint-Vincent-et-les Grenadines a bénéficié d’un  prêt de 15 millions de dollars pour l'aider à financer son projet d'énergie géothermique. Le ministre des Affaires étrangères, Camillo Gonsalves, dirige une délégation de quatre membres, parmi lesquels le directeur de l'Unité de l'énergie, Ellsworth Dacon.

Le ministre de l'Environnement et du Logement des Bahamas, Kenred MA Dorsett, a déclaré que son pays qui a rejoint l'IRENA l'année dernière, a entamé sa politique énergétique et s’engage à augmenter d’au moins 30% d'ici 2033,  l'énergie générée à partir de sources renouvelables. Pour y arriver, il espère une aide spécifique de L’IRENA pour son pays et pour la CAIRICOM, présidée actuellement par les Bahamas.

L’IRENA s'est engagé à aider à la mise en œuvre des technologies d'énergie renouvelable dans la région des Caraïbes, en fournissant une assistance technique, une aide financière et l’évaluation des infrastructures.

L'Assemblée constate que plusieurs pays de la CARICOM s’efforcent de réduire leur dépendance à l'énergie produite à partir des hydrocarbures, qui est couteuse, et affecte négativement leur économie et les empêche d'affronter le changement climatique. Pourtant les petits États insulaires en développement, tels que ceux de la CARICOM, sont les plus touchés par le changement climatique.

Les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables sont passés de 55 à plus de 260 milliards de dollars dans la décennie, ce qui représente une croissance annuelle de plus de 15%. L’IRENA a déclaré que la réduction des émissions à effet de serre, en raison de l'utilisation accrue des énergies renouvelables, peut aider à freiner la hausse des températures dans le monde. Une nécessité, selon les scientifiques, pour éviter un changement climatique catastrophique.

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le gouvernement de la Dominique a pris la décision de renoncer à toutes les taxes d’aéroport et autres, pour l'aide d'urgence qui

Le journal anglais « The Gardian » annonce que les touristes annulent leurs vacances prévues dans les Caraïbes en raison des algues sargas

Ce jeudi matin, Mark Frampton et des militants du « Gran Sanblé » se sont retrouvés au Po

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Élections ou pas les brigades financières continuent à fouiller dans les magouilles politiques qui pourrissent le pays…

La Martinique va bientôt accueillir pour la première fois de son histoire une femme, au poste de Procureur de la République.

C’était Samedi 25 avril à Fort-de-France, le rassemblement condu

En grève depuis une semaine, les lycéens en classe de 2BTS MHR Management en Hôtellerie-Restauration du Lycée Nord Caraïbe de Bellefontaine ne savent plus à quel saint se vouer, face au lourd silen

Le Galion retire de la vente, de facon immédiate, du sucre venu d'ailleurs pour cause de présence de corps étrangers métalliques. Le Martiniquais découvre à cette occasion que son sucre n’est pas s

Pages

1 2 3 4 5 »